Feed on
Posts

Depuis vendredi ce sont les vacances scolaires de la Toussaint. Nous avions prévu de passer quelques jours à Lyon dans la famille de mon mari. Nous devions partir samedi matin par le TGV de neuf heures. Je dis bien “devions” car nous ne sommes pas partis, ma belle-mère étant malheureusement souffrante et ne pouvant nous recevoir. Prenant le parti de ce changement de programme, j’ai commencé à préparer une liste de courses à faire à Paris (pendant que mon mari garderait nos filles). Ce n’étaient que des plans sur la comète : mon mari est rentré vendredi soir en me disant “Je dois retourner travailler lundi”. Pas si grave que ça me direz-vous! Cependant, lundi matin, il m’a téléphoné du bureau. “Euh, en fait, je vais travailler toute la semaine. Une collègue est absente et il n’y a personne d’autre pour la remplacer”. Je crois qu’il a éloigné le récepteur de son oreille quand j’ai crié “Quoi? Toute la semaine!”.  Il est rentré hier soir avec une bonne nouvelle : il s’est arrangé pour ne travailler qu’un jour sur deux cette semaine : trois jours sur cinq quand même. Aujourd’hui, il était là. J’aurais pu filer ce matin, vendre quelques livres à Saint-Michel et acheter quelques pâtisseries. Mais, ce sont des vacances qui tournent mal. Micaela est malade. J’ai dû l’emmener chez le docteur. Elle a une laryngite, beaucoup de fièvre et ne veut plus entendre parler de pâte à modeler, mais de peinture! “Je veux faire de la peinture, maintenant!”. Bien sûr, il n’y a plus une goutte de peinture à la maison. Et me voilà à chercher de la peinture au Monoprix. Pour couronner le tout, il y a eu une fuite chez des voisins et l’eau a été coupée une partie de la journée. Quelle est la suite du programme?

00:0000:00
Download(Loading)