Feed on
Posts

Hier soir, ah, nous sommes allés au théâtre ! Nous étions cinq : Michelle, Jacques, Patricia (la mère de Laurie), mon mari et moi. Nous sommes tous partis en voiture pour le centre-ville. Nous étions un peu en avance au Studio Théâtre, ce qui nous a laissé le temps, après avoir retiré nos billets, de prendre un verre au bar. Ce petit théâtre qui abrite une école de comédiens est vraiment un endroit agréable.

Nous sommes allés nous installer vers vingt heures trente. Nous étions au troisième rang. Lorsque nous sommes arrivés dans la salle, il y avait déjà des comédiens sur scène. Le décor était celui d’une fabrique de tissus à Venise, au XVIIIe siècle, lors de la dernière soirée du Carnaval. Les trois comédiens sur scène pliaient des tissus, les rangeaient, allaient en chercher d’autres, tout cela en silence. Cela faisait un drôle d’effet d’arriver dans la salle alors qu’une action était déjà en cours. Mais en même temps, cela donnait vraiment l’impression de s’installer dans le temps de la pièce, de prendre les choses en route, il y avait un avant et il y aurait un après.

Lorsque tout le monde fut installé, d’autres personnages sont arrivés sur scène et la pièce a vraiment commencé. C’était très bien joué et c’était enthousiasmant ! La pièce était la dernière de Goldoni avant qu’il ne rejoigne la France et la situation du héros, le jeune Anzoletto était un peu celle de l’auteur lorsqu’il a quitté l’Italie : obligé de partir pour s’accomplir professionnellement. J’ai particulièrement aimé le personnage de Madame Gatteau, cette brodeuse française, plus très jeune, qui tombe amoureuse du bel Anzoletto. Nous avons donc passé un très bon moment, nous avons bien ri et les danses à la fin du spectacle étaient très jolies. Ça fait du bien !

Nous sommes rentrés à la maison et nous avons libéré Papy Michel qui faisait le baby-sitter.

00:0000:00
Download(Loading)