Feed on
Posts

Il y a quelques semaines de cela, je vous parlais de la trilogie Millénium. Après la lecture du premier tome, j’étais moyennement convaincue par l’histoire. Je trouvais que certaines scènes décrites étaient trop violentes. Ma voisine m’avait prévenue que cela n’allait pas en s’arrangeant. En fait, je crois que le pire était passé.
J’ai attaqué le troisième et dernier tome et je dois dire que mon opinion a changé. Ces livres ont quelque chose de spécial, sans aucun doute. Les personnages sont vraiment bien dessinés. J’ai un faible comme je vous le disais pour Lisbeth Salander, son sourire en coin, son esprit implacable, logique et résolu et surtout les surprises qu’elle ne cesse de nous faire au fil des romans. Tous les autres sont très bien aussi. Hier, j’ai lu une altercation entre Erika Berger et un de ses rédacteurs en chef (Erika est devenue rédactrice en chef d’un grand quotidien suédois) qui m’a laissé le souffle coupé. En fait, je me suis trouvée une fois dans des circonstances similaires à celles qui ont amené l’altercation et j’étais curieuse de savoir comment elle réagissait.
Et puis, j’aime bien l’écriture, la façon d’aborder les personnages, certains détails (la tenue vestimentaire par exemple, ou une pensée fugitive qui rendent les personnages crédibles, vivants).
Dans les défauts, certains passages sont à mon goût trop longs. Mais l’histoire est vraiment pleine de rebondissements sans paraître sortie d’un moule.
C’est vraiment la folie Millénium ici. Mon mari me disait encore hier qu’il voyait plein de gens en train de lire les livres dans le bus.
D’ailleurs, ma vie a pris un goût suédois : je grignotte des Krisprolls, je tartine mon pain de confiture d’airelles, je bois du sureau et j’envisage d’acheter une nouvelle commode chez Ikéa.