Feed on
Posts

Au début du mois de janvier, c’était l’anniversaire de mon amie Natasha. Comme c’était un anniversaire important (un chiffre rond), j’ai eu envie de lui faire un beau cadeau. Je trouvais que c’était important de lui offrir quelque chose qui lui fasse vraiment plaisir et je savais qu’elle avait un faible pour un vin que nous aimons toutes les deux beaucoup. J’ai décidé de lui en offrir une caisse. Elle l’a découvert par des amis et moi chez un ami caviste. Il s’agit d’un Cerdon, mais pas n’importe lequel, celui de Raphaël Bartucci qui élabore des vins naturels c’est-à-dire en biologie (ne confondez pas avec les vins doux naturels, c’est autre chose).
Le Cerdon est un vin rosé mousseux, délicatement fruité. Celui de Raphaël Bartucci est élaboré selon la méthode ancestrale que l’on appelle aussi méthode rurale. Voilà en quelques mots comment cela se passe. Le raisin est mis à fermenter en cuve (classiquement) et mis en bouteille avant que la fermentation ne se termine, c’est-à-dire avant que les levures n’aient terminé de transformer autant de sucre en alcool qu’elles le peuvent. La fermentation va se terminer en bouteille, pendant trois mois dans le cas de ce délicieux Cerdon, et va donner les bulles, c’est la “prise de mousse”. Ce n’est pas ainsi qu’est élaboré le Champagne. Je vous raconterai cela si vous êtes nombreux à me le demander (eh, oui, je me fais prier!)
Pour en revenir au Cerdon de Raphaël Bartucci, voici l’effet qu’il peut produire : mon beau-père adorait le Cerdon, puis il trouvait que les vins avaient changé de qualité et il a cessé d’en boire. Il y a quelques années, je lui ai offert une bouteille du Cerdon de Raphaël Bartucci. Il l’a bu et ses yeux se sont embués de larmes alors même que ses lèvres souriaient. C’était le goût de ses souvenirs.