Feed on
Posts

Ce matin, les filles et moi étions les premières devant la porte maternelle. Nous y étions à l’heure à laquelle nous quittons d’ordinaire la maison. C’était très étrange. Sur le chemin, nous n’avons croisé pratiquement personne. Il y a dans notre rue une crèche et en général nous croisons toute une série de poussettes qui s’y rendent. Cela me donne souvent l’impression de passer au travers d’une mer de petits bateaux. Puis nous tournons dans la rue Balzac, la rue où mon mari et moi habitions avant 2004. Dans cette rue, il y a toujours un ou deux enfants qui sortent avec leurs parents, le cartable sur le dos, pour aller eux aussi à l’école. Ce matin, nous avons seulement aperçu au loin une femme en tenue de bureau qui se rendait à la gare. Au bout de la rue, nous avons traversé au niveau de la pharmacie. La pharmacie était fermée. Elle est toujours ouverte lorsque nous passons à notre heure habituelle. Et il nous arrive de faire signe au pharmacien ou à la pharmacienne. Sur la grande avenue, il y avait peu de voitures. Les filles étaient silencieuses. Nous sommes arrivées devant le portail fermé de l’école, il n’y avait que nous.

— Il n’y a personne, a fait remarquer Micaela comme si elle ne voyait pas autre chose à dire.

— Oui, nous sommes les premières. C’est la première fois que ça nous arrive ! Je crois que nous allons prendre une photo.

J’ai pris la photo. Quelques minutes plus tard, quelques parents sont arrivés. Nous avons aperçu Isabelle au loin (la maîtresse de petite section des filles). Les filles ont couru l’embrasser.

— Mais pourquoi êtes-vous déjà là les filles ? a demandé Isabelle.

— C’est parce que Maman a préparé un papier pour le cadeau de Garance. Elle va le distribuer aux autres parents, a dit Felicia.

— Ah, je comprends mieux.

Puis en quelques minutes, il y a eu une foule devant le portail. Ce n’est même pas nous qui sommes entrées les premières.

AU SOMMAIRE de One thing in a French day PLUS (la newsletter du podcast)

Découvrir la newsletter : http://j.mp/IqZWz8

REPERES : des explications sur le texte.

3 EXPRESSIONS UTILES : pour parler français comme un vrai Français.

UN PEU DE GRAMMAIRE participes passés

« La pharmacie était fermée. Elle est toujours ouverte lorsque nous passons à notre heure habituelle. » Dans cette phrase, nous avons les deux participes passés « fermée » et « ouverte », mais nous ne sommes pas dans un cas de passé composé. Quelle est donc leur fonction ici ?

REPONSE DANS LA NEWSLETTER.

00:0000:00
Download(Loading)