Feed on
Posts

Ce matin, Lisa devait aller à la garderie. En partant de la maison, j’ai fait bien attention à ne pas oublier dans le frigo un mystérieux paquet. J’ai déposé Micaela devant la grille de l’école, puis Felicia dans sa classe et enfin, Lisa et moi avons marché jusqu’à la garderie. C’est le nouveau truc de Lisa, elle aime marcher. Il faut dire que la garderie et l’école ne sont distantes que de quelques mètres. Une fois Blue Tango rangée sous l’auvent du parking à poussettes, je lui ai confié le paquet mystère : « Tu le donnes à Isabelle, d’accord Lisa ? ». En arrivant dans la garderie, Lisa s’est faufilée entre tout le monde pour arriver jusqu’à Isabelle.

— Bonjour Lisa ! Oh, mais qu’est-ce que c’est ? C’est pour moi ? Allez, j’ouvre.

Je suis arrivée derrière Lisa.

— C’est pour souhaiter une bonne année à toute l’équipe de la garderie.

— Des macarons ! Oh, mais il ne fallait pas ! Merci beaucoup.

Ce soir, lorsque je suis arrivée pour chercher Lisa, Patricia et Isabelle qui étaient dans la petite cuisine m’ont interpellée.

— Oh, ces macarons ! Ils étaient divins ! C’est une très bonne adresse.

— Oui, c’est une amie qui m’a fait connaître Stéphane Glacier. Il est meilleur ouvrier de France.

— Vous avez goûté d’autres choses ?

— Oui, tout est vraiment très bon. Je n’ai pas encore goûté leur Paris-Brest, mais de toute façon tout ce que j’ai pu goûter de chez ce pâtissier était merveilleux.

Lorsque je suis allée chercher Lisa, ce fut au tour de Virginie et Nadine de me parler des macarons.

— Oh, qu’est-ce que ces macarons étaient bons !

Puis Delphine est arrivée.

— Oh, celui au cassis ! Il était exceptionnel.

Voilà, les macarons de Stéphane Glacier ont fait leur petit effet et moi j’étais ravie de faire plaisir.

Au sommaire de One thing in a French day PLUS (la newsletter du podcast)

REPERES Les macarons - Une recette de 1776 - Stéphane Glacier - Meilleur ouvrier de France 3 EXPRESSIONS A RETENIR - UN PEU DE GRAMMAIRE concordance des temps « En partant de la maison, j’ai fait bien attention à ne pas oublier dans le frigo un mystérieux paquet. J’ai déposé Micaela devant la grille de l’école, puis Felicia dans sa classe et enfin, Lisa et moi avons marché jusqu’à la garderie. » Imaginons que je ne parle pas de ce matin, mais d’un jour de la semaine dernière. Les temps changent. « En partant de la maison, j’avais fait bien attention à ne pas oublier... » Ecrivez la suite.

00:0000:00
Download(Loading)