Feed on
Posts

Dimanche, nous avons fêté l’épiphanie en famille. Vous savez les Rois, la galette, le plus jeune qui va sous la table, la fève et la couronne!
Pour la deuxième année, la galette des rois, je l’ai faite moi-même. Enfin, pour être plus précise, j’ai acheté de la pâte feuilletée et je l’ai fourrée moi-même.
Cette année, je voulais absolument faire une galette pistache-griotte à la place du traditionnel fourrage à la frangipane (crème pâtissière à l’amande). Ce n’est pas une lubie, mais le souvenir impérissable de la galette pistache-griotte mangée à la fameuse pâtisserie parisienne Ladurée.
J’ai donc trafiqué une recette de crème à la frangipane... le résultat était dé-li-cieux! Mais... ce n’était pas exactement comme dans mon souvenir. J’ai déjà des idées pour un autre essai. Je m’y mets dès le week-end prochain!
Ah, vous vous demandez peut-être ce que c’est que cette histoire du plus jeune sous la table dont je parle au début de mon podcast. Et bien, une fois la galette découpée en parts, le plus jeune de l’assemblée doit aller se cacher sous la table. On lui demande d’attribuer les parts de galette. En général, ça donne quelque chose comme ça :
- Cette part est pour qui?
- Pour Maman.
- Celle-là?
- Pour Tata Cécile
etc.
Bien sûr, j’ai mis une photo de la galette sur mon site!
Ah, et non, je n’ai pas eu la fève donc ce n’est pas moi qui ai porté la couronne...

Cet après-midi, nous avons fêté les rois chez Caroline. Les filles étaient excitées comme des puces.

— Tu crois que je vais avoir la fève ? n’arrêtait pas de demander Micaela alors que nous nous préparions.

— On ne peut pas savoir à l’avance, Micaela !

— Moi, j’ai déjà eu deux fèves ! s’est écriée Felicia.

C’est vrai que la galette de cet après-midi était notre troisième galette de l’année. Et qu’à chaque fois c’est Felicia qui avait eu la fève.

Nous sommes arrivées alors que Caroline mettait la galette au four pour la réchauffer. Nous avions apporté du Jus de princesse pour l’occasion.C’est Felicia qui est allée sous la table pour attribuer les parts de galettes. C’est elle la plus jeune des filles (sachant parler). C’était drôle parce que la table de Caroline est en verre alors on voyait Felicia s’agiter dessous. Je servais les parts.

— Et cette part, c’est pour qui ?

— Juliette.

— Et celle-là ?

— Felicia.

— Mais non Felicia, tu as déjà une part ! se sont écriées les filles en même temps. Il faut dire que c’était déjà la troisième fois que Felicia s’attribuait une part. Finalement, tout le monde a été servi et nous avons commencé notre goûter.

Les filles scrutaient chacune leur part avec curiosité. Il y avait deux fèves dans la galette. Devinez qui a trouvé la première? Felicia. Et la seconde ? Micaela. Je suis rentrée à la maison avec deux têtes couronnées.

Au sommaire de One thing in a French day PLUS (la newsletter du podcast)

REPERES La galette des Rois - Les galettes à la mode à Paris - La crème frangipane - La pâte feuilletée - La pâte sablée - 3 EXPRESSIONS A RETENIR - UN PEU DE GRAMMAIRE parler correctement « Et cette part, c’est pour qui ? » ai-je demandé à Felicia. J’ai parlé comme une enfant sans doute parce que Lisa nous répète à longueur de journée « C’est qui ? C’est qui ? »  Comment dire cette phrase de façon "académique" ?

00:0000:00
Download(Loading)

  • Curtis Pellerin

    J’habite a la Nouvelles Orleans dans le sud des Êtats Unis. Ici, nous avons aussi une tradition de Galettes des Rois. Nous les appellons “King Cakes.” On les trouves dans les magazins entre Épiphanie et Mardi Gras (Carnaval): Nos King Cakes sont dans la forme d’une anneau, ou peut être meilleur dit, une aurèole. Ils ont une glaçage qui est très sucrée. Sur le dessus de cela sont des cristaux de sucre dans les coleurs traditionaux de Mardi Gras, ce qui sont vert, or et violet. Au lieu d’une feve dedans, il y a un bébé en plastique. Il réprésente l’enfant Jésu. Vous pouvez voir des photos si vous Google “king cake images”

    Jan 21, 2012 at 12:08 am