Feed on
Posts

Ah, ce matin, lorsque j’ai entendu les filles se réveiller, j’ai commencé par râler intérieurement (eh, les amis, je suis bien Française !). J’avais l’impression que cela faisait seulement cinq minutes que j’étais endormie. Mais, non, il était presque huit heures et mon mari était déjà parti pour le travail. Je ne l’avais même pas entendu quitter la maison. Je ne me suis pas levée immédiatement, c’était trop difficile. Puis Felicia est arrivée.

— Maman, j’ai faim ! On peut aller voir bébé dans sa chambre ? Elle est réveillée.

— Oui, vous pouvez y aller. J’arrive. Je vais préparer le petit-déjeuner. Je vous appelle quand c’est prêt.

Le petit-déjeuner m’a semblé un enfer. C’était comme si je commençais un nouveau travail et que j’étais tout de suite débordée. J’étais toujours en retard sur les demandes des filles. Il me semblait que ça n’arrêtait pas « Maman, j’ai soif ! Je peux avoir du lait ? », « Maman, je voudrais une autre tartine grillée avec du miel ! » « Maman, je peux avoir une tartine pas grillée avec de la confiture ? », « Maman, je peux goûter ton thé ? », « Maman, tu peux me faire du thé, c’est trop bon ! ». Et la pauvre Lisa qui me montrait désespérément son verre de jus d’orange posé trop loin sur la table. Ensuite, il a fallu les habiller. Et là, je crois qu’elles ont bien senti que ce serait une journée où je serais à la traîne. Elles en ont rajouté. « Oh, non, je veux mettre une jupe aujourd’hui ! Dis, je peux mettre une jupe ! Et tu me mettras du rouge à lèvres ? » « Non » « Moi aussi, je veux une jupe ! Je veux pas mettre mon pantalon ! Et j’aime pas ce pull ! Moi aussi je veux du rouge à lèvres comme Mica ». Voilà, ça a été comme ça toute la matinée.

Enfin, ce fut l’heure de la sieste. Et là, je me suis écroulée de fatigue. Ce satané virus que j’ai eu à Noël m’a vraiment mise à plat.

Au sommaire de One thing in a French day PLUS (La neswletter du podcast)

REPERES : Le mercredi - L'habillage - La tenue des filles aujourd'hui - 3 EXPRESSIONS A RETENIR - UN PEU DE GRAMMAIRE : négations manquantes. Les enfants ont tendance à supprimer la négation quand ils s’expriment. Certaines négations sont manquantes lorsque je rapporte les propos des filles. Combien en trouvez-vous ?

00:0000:00
Download(Loading)

  • Ian

    Courage Laetitia. C’est normal avec les enfants. Ca ne durera qu’un autre vingt ans!

    Jan 15, 2012 at 2:58 am