Feed on
Posts

Aujourd’hui, j’ai reçu le bon à tirer de mon livre. Le bon à tirer est l’épreuve qui est envoyée par l’imprimeur. On peut y faire les dernières corrections ou bien l’envoyer sans correction. Il faut signer le document pour approbation et le renvoyer à l’imprimeur qui peut alors lancer la fabrication du livre. Ce document lui servira de repère pour son travail.

En fait, j’ai un peu pesté contre mon imprimeur car le coursier qui est venu livrer le bon à tirer n’avait pas le code de la résidence pour accéder chez moi, alors que je l’avais bien indiqué à l’imprimeur.

Le coursier a téléphoné, mais je n’ai pas pu décrocher à ce moment-là : j’étais en train de changer ma fille!

Finalement, le coursier a laissé un message et je l’ai rappelé. Il va repasser en fin d’après-midi.

Mais dans l’histoire, j’ai tout de même perdu vingt-quatre heures car si je l’avais reçu le matin, j’aurais pu le renvoyer aujourd’hui. La levée de la poste ayant déjà eu lieu, je suis contrainte de ne l’envoyer que demain matin... Voilà comment perdre vingt-quatre heures!
Mais, je reste zen.