Feed on
Posts

Ce matin, je suis allée faire le plein de smoothies au supermarché, je ne me suis pas arrêtée au rayon des confitures cette fois! Mais, j’ai fait une petite halte au rayon des fromages. Je boude le fromager qui a remplacé mon fromager qui est parti à la retraite alors c’est la disette des fromages à la maison. On m’a parlé d’un bon fromager de l’autre côté de la gare. Oui, je le connais, mais ce n’est pas sur mes itinéraires habituels. Et puis, j’ai le souvenir d’un Beaufort avec un fort goût de cave. En attendant, alors qu’il y a quelques jours j’ai écrit un dialogue pour Cultivate your French qui se situe chez un fromager, j’ai eu soudain envie d’un bon fromage de chèvre comme celui dont je parlais dans mon texte : un Selles-sur-Cher. En passant dans le rayon des fromages, je remarque justement dans une petite boîte en plastique le fromage cendré et rond de mes rêves. J’ai hésité, pas d’affinage dans les caves du supermarché, mais j’ai été trop tentée et je l’ai pris. Mon excuse? Faire découvrir le fromage à la plus jeune de mes filles qui ne connaît que l’emmental. Nous l’avons testé ce midi. Je l’ai sorti de sa boîte pour le faire respirer et son aspect m’a paru très engageant. En fait, il était bon, bien qu’un peu salé. Bien sûr, j’en ai mangé de meilleurs provenant de chez mon fromager. Des fromages dont la douceur et la fraîcheur vous racontent une histoire, mais j’en ai aussi mangé de pires. Ma petite fille l’a aussi goûté. Cependant, je ne crois pas qu’elle soit une fan de fromage comme sa sœur. Après avoir regardé le petit bout que j’avais posé devant elle pendant un long moment, elle l’a finalement pris entre ses petits doigts et l’a porté à sa bouche. Elle l’a aussitôt repris et jeté par terre, en me regardant droit dans les yeux et en commentant son geste d’un “nin” contestataire. Tant mieux, ça en fera plus pour les autres.