Feed on
Posts
Comments

Hier matin, j’avais rendez-vous chez le coiffeur. Je suis retournée chez mon coiffeur habituel près de la place de la République. Il n’est plus question d’aller ailleurs maintenant. J’avais rendez-vous à l’ouverture du salon, à dix heures. Comme je suis arrivée un peu en avance dans le quartier, j’en ai profité pour flâner. C’était agréable d’être à Paris de bonne heure, à l’écart de la foule, dans une rue avec beaucoup de vitrines à regarder.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Dimanche après-midi, Micaela était invitée chez une copine de classe. C’est Pietro qui l’a accompagnée et, à dix-huit heures, je suis allée la chercher.
La famille habite une maison de ville. On entre par une petite entrée au rez-de-chaussée qui mène directement à la cuisine et à la salle à manger.
— Les filles ont préparé un gâteau au yaourt. Est-ce que je vous en sers une part ? m’a gentiment proposé la maman.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Quand j’ai entendu que Christophe Honoré avait adapté en film le célèbre roman de la Comtesse de Ségur paru en 1858, Les malheurs de Sophie, j’ai été très intriguée. J’avais beaucoup aimé sa version moderne de La princesse de Clèves et aussi son film sur Paris.
Nous sommes allées voir le film hier après-midi, Micaela, Felicia et moi. Ce qui m’a frappée dès le début c’est le naturel avec lequel les enfants jouaient.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Je commence par une évidence : les restaus vegan sont faits pour moi, enfin surtout les assiettes où tout est cru : je peux parler et écouter autant que je veux, rien ne refroidit !
Hier, j’avais rendez-vous avec mon amie Sylvie, elle avait entendu parler de ce restau situé au 5 de la rue Notre-Dame de Lorette et m’avait proposé de le tester avec elle. C’était mon premier restau végétalien (synonyme de vegan).

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Samedi dernier, nous sommes allées au restaurant indien avec les filles du cours de danse Bollywood. A un moment, Elsa a dû envoyer un SMS. Elle s’est plainte que son téléphone refusait de prendre le mot qu’elle tentait d’écrire.
— Et est-ce qu’il te fait des propositions systématiquement masculines ? lui ai-je demandé. Par exemple, sur le mien, quand je tape « Syl » pour « Sylvie », il me propose « Sylvain », « Pat » pour Patricia, il me propose « Patrick ». Et bien sûr, tous les adjectifs ou les participes passés sont au masculin.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Je continue le récit de ce week-end pont. Dimanche matin, il faisait toujours beau. Nous terminions le petit-déjeuner lorsque Micaela a soupiré.
— On va quelque part, aujourd’hui ?
Nous n’avions pas passé une bonne nuit. Felicia avait été malade et nous avait réveillés plusieurs fois entre trois heures et huit heures du matin.
— Je ne sais pas, ai-je marmonné en mordant dans ma tartine.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

J’ai profité de vendredi dernier, puisque nous étions au calme à la maison, pour m’attaquer à une pile de dossiers qui trainait dans le salon. Les mois passant j’avais presque fini par ne plus voir cette pile. Elle s’était fondue dans le paysage. Puis elle a commencé à m’agacer, je lui suis rentrée dedans deux ou trois fois et là c’était décidé, cette pile allait débarrasser le plancher.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Ah, les célèbres ponts du mois de mai ! Cette année, le premier mai tombant un dimanche, c’est le jeudi de l’Ascension qui a ouvert le bal. Ce pont est arrivé trois jours seulement après la rentrée scolaire. Il y a de quoi s’énerver, mais les hirondelles étaient enfin là et il a fait beau et chaud. Pietro ne travaillait pas. Pourquoi râler ? Pourquoi lutter ?

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Vous savez que je vous ai caché des informations à propos de notre sortie d’hier. Mais je ne vais pas garder le secret bien longtemps. J’avais toujours en tête notre dégustation en Bretagne de tartes aux fraises et d’éclairs au chocolat. C’est ainsi que, tout d’abord chez Aki, le boulanger japonais de la rue Sainte-Anne qui adapte les classiques de la pâtisserie française au goût japonais (éclair yzu, religieuse au thé matcha, etc.), je me suis procuré un éclair au chocolat et un éclair garni de fraises et de chantilly (à défaut de tarte).

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

Cet après-midi, j’ai fait un saut à Paris avec Felicia et Lisa. J’avais une commande à récupérer auprès d’un fournisseur, rue Sainte-Anne, à la station Pyramide. Bien sûr, il a fallu les convaincre de me suivre. Mais j’avais un argument.
— On ira s’acheter un gâteau chez Aki, la boulangerie japonaise.
— Ah, et je peux emmener Biscotte ? a demandé Lisa. Elle a très envie de sortir.
— Si elle prend Biscotte, alors moi je prends Louise, a ajouté Felicia. On les met dans les porte-bébés ?

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00

- Older Posts »