Feed on
Posts
Comments

du 9 au 26 août le podcast sera en vacances!

Aujourd’hui, Natasha m’a proposé une balade à Paris. Une promenade avec trois buts autour du chocolat. Le premier, aller boire un chocolat frappé à la terrasse éphémère de La maison du chocolat boulevard de La Madeleine. Nous avons toutes les deux pris un Salvador, il s’agit d’un chocolat glacé d’Amérique du Sud mélangé à un sorbet framboise. C’était vraiment savoureux ce mélange frais de chocolat et de fruits.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


du 9 au 26 août le podcast sera en vacances!

Hier soir, alors que nous avions juste couché les filles, mon mari et moi étions dans la cuisine. Il débarrassait la table et je lui racontais mon rêve de la nuit précédente en feuilletant un Télérama Sortir.
— J’étais dans une ville de province, peut-être Saint-Etienne parce que Natasha m’en a parlé. Je devais aller quelque part. J’ai pris Bouton d’or et je suis partie sur la route. Et puis c’était la ville et je me disais que finalement je pouvais conduire cette voiture en ville. C’était comme si je l’avais toujours conduite. Je l’ai même garée !
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


Lundi soir, j’ai regardé un film à la télé : Stupeur et tremblements. Ce film d’Alain Corneau est tiré du roman éponyme d’Amélie Nothomb, la célèbre auteure belge. C’était la quatrième fois que je voyais ce film et il me fascine toujours autant. La première fois, je l’avais vu au cinéma et je l’avais trouvé incroyablement drôle et étrange. Depuis, je l’ai revu à la télé et j’ai également lu le roman.
J’y repensais tout à l’heure alors que j’allais chercher les filles au centre de loisirs. Elles sont au centre de loisirs de l’autre côté du pont, celui qui passe au-dessus de la voie de chemin de fer et que vous connaissez désormais.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


Depuis samedi, nous sommes de retour à Paris. Nous étions vraiment bien la semaine dernière en Bretagne, tout le monde avait trouvé son rythme, les filles dormaient bien, nous aussi. On commençait enfin à se reposer du tumulte de l’année scolaire.
Vendredi soir, nous sommes allés manger des crêpes avec Christine, la propriétaire du gîte. Nous étions dans une crêperie bien sympathique à Pleuven, l’Epi d’or.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


En ce moment, je lis un drôle de livre. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, mais maintenant, je suis captivée. Dans ce livre écrit par Martin Suter,un auteur suisse, un homme qui a perdu sa femme assassinée, est embarqué par un vieux voisin dans un concept délirant : le temps n’existerait pas. Le voisin a lui-même perdu sa femme et il est persuadé qu’en gommant les modifications du temps et en recréant tout à l’identique d’une certaine date, on peut revenir en arrière.
Il n’y aurait donc pas de temps qui passe selon lui, mais des modifications. Les arbres qui poussent ce sont des modifications, les corps qui vieillissent aussi et ainsi de suite.
La nuit dernière, j’ai rêvé que je pouvais voyager à travers le temps.
La suite du texte est dans LA NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


En fin de semaine dernière, nous avons eu des orages, en plein après-midi, avec de beaux roulements de tonnerre. Et puis, dimanche, tout ça s’est éloigné vers Paris et le beau temps est presque revenu. Nous en avons profité pour aller faire un tour au manoir de Kernault, pour changer des abbayes. L’endroit a immédiatement plu aux filles.
Le manoir est en réalité une grande bâtisse en pierres dont la construction a commencé au 15e siècle. Il est entouré de prés et de bois. A l’accueil, une jeune femme sympathique nous a expliqué qu’en ce moment se tenait une exposition sur les contes.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


Dimanche matin, nous sommes allés faire un tour au magasin d’usine d’Armor Lux, la marque qui fabrique la célèbre marinière arborée par notre ministre du Redressement productif. J’aime bien y acheter des vêtements pour les filles. Le magasin est très grand, bien agencé, avec un espace jeux, un espace librairie et de la documentation touristique. Sur un présentoir tournant, il y avait des petites cartes présentant différents sites touristiques du Finistère. Je le regardais d’un air distrait quand je suis tombée coup sur coup sur trois cartes présentant des abbayes : Saint-Maurice, Landévennec (que nous connaissions déjà) et Daoulas.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


Incroyable, la coupe du monde de foot est terminée, le 14 juillet est passé et nous entamons déjà notre deuxième semaine de vacances !
Samedi matin, j’ai retrouvé le groupe de marche aquatique. Il y avait Andrée dont j’avais fait la connaissance l’année dernière. J’étais curieuse de savoir si elle avait marché toute l’année.
— Oui, je suis vraiment devenue accroc, m’a-t-elle répondu avec son sourire sympathique. Nous avons marché jusqu’en décembre et les séances ont ensuite repris en mars.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


Lorsque nous nous sommes assis à la terrasse de la Chocolaterie de Pont-Aven, cet après-midi, je n’y croyais toujours pas. Lisa n’était pas là, elle n’était pas avec nous dans cette cité des peintres rendue célèbre par Gauguin. Nous venions de nous promener sur le port, de remonter quelques ruelles typiques bordées de galeries d’art et de biscuiteries traditionnelles. Et Lisa, elle, était au centre nautique.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


La fuite

Nous sommes arrivés en Bretagne, samedi soir, sous la pluie. En vraie Bretonne, Christine, nous a accueillis sans remarquer que de grosses gouttes nous tombaient dessus.
— J’ai mis un grand lit à Lisa, m’a-t-elle dit. Et je l’ai mise dans la chambre des filles. Elle est grande maintenant !
— Oui, je pense qu’elle sera bien contente. En ce moment, elle dort souvent dans le lit de Felicia.
— Bon, je vous laisse vous installer ! On se voit plus tard.
Le lendemain matin, il pleuvait toujours. Et, les filles doivent être un peu bretonnes elles aussi, car elles nous ont demandé si on pouvait aller à la plage.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

Listen Now:


- Older Posts »