Feed on
Posts

biocooparticle.jpg

Aujourd’hui, je suis allée faire quelques courses à la Biocoop. J’aime toujours autant ce magasin. Dans une allée, je suis tombée sur la directrice. Nous nous sommes dit bonjour, comme d’habitude, et elle s’est arrêtée pour faire un petit coucou à Lisa. J’en ai profité pour échanger quelques mots avec elle. En effet, la directrice avait fait l’objet d’une interview dans le précédent numéro du journal des Biocoop, distribué gratuitement chaque mois. Elle était interviewée car elle est chargée de la sélection des vins pour l’ensemble du réseau Biocoop. Septembre étant traditionnellement le mois des foires aux vins, elle y parlait des sélections faites pour le réseau et de ses critères de choix. J’ai appris en lisant l’article qu’avant de travailler pour Biocoop elle avait été vigneronne. Vous savez que j’ai un intérêt particulier pour le vin. Mon travail dans l’édition est d’écrire et de publier des livres pour les professionnels. Mon best-seller est un guide de conversation français-anglais pour les vignerons. Je lui ai raconté que c’est quand j’avais travaillé sur ce livre que j’avais vraiment découvert le bio.  En effet, c’est par un caviste, également sommelier, que j’avais interviewé pour le livre, que j’ai appris beaucoup de choses sur le vin. Son chemin professionnel l’avait amené à rencontrer des vignerons engagés dans le bio, une véritable révélation pour lui et pour ses papilles. Je me rappelle qu’il me disait «Je vais te faire goûter ce vin, c’est une bombe».  Mais en parlant à la directrice, j’ai surtout parlé du contact avec les vignerons. Elle m’a dit que pour elle aussi, les vignerons étaient à part. Dans mon livre, j’ai mis pas mal de phrases en relation avec l’agriculture biologique et aussi une partie sur l’expression de ses sentiments sur le vin. Les sentiments, la poésie, la vie quotidienne du vigneron. Je crois que c’est aussi tout ce que l’on retrouve dans un vin.

00:0000:00
Download(Loading)