Feed on
Posts

Archive for January 2019

Le matin lorsque j’accompagne Lisa à l’école et lorsque Lisa ne court pas devant, elle me parle. Certains matins, j’ai un peu de mal à suivre le fil de sa conversation parce que je ne suis pas très réveillée. Elle ne parle pas de choses qui se sont passées à l’école (on fait ci ou ça), ou bien du comportement des autres enfants. Elle me fait part de ses réflexions directement sorties de son monde intérieur ou bien de ses observations. Ces derniers temps, il était surtout question de la compétition interclasses de baseball à laquelle sa classe avait terminé dernière. Elle regrettait que leur entraîneur ne soit pas venu les soutenir, que la maîtresse ne les ait pas encouragés plus fort.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

 1610-LSK-Exterieur.jpg

Comme prévu, il y a une semaine jour pour jour mon amie Sylvie et moi avons pris l’Eurostar pour Londres. Nous avons eu un peu de retard à l’aller à cause de la neige en France. J’ai tout de suite envoyé un message à Ice, le boulanger qui nous attendait dans sa boutique de Fulham, pour le prévenir de notre retard. À Saint-Pancras, nous avons pris la Piccadilly line et nous sommes descendues à Barons Court. Il fallait marcher un bon quart d’heure pour rejoindre la boulangerie dans Munster road. Nous avons traversé le Margravine cemetery pour y arriver. C’est très étrange de circuler au milieu des pierres tombales comme si on traversait un simple parc.
Ah, enfin, nous étions en vue de la boulangerie Little Sourdough Kitchen. La première impression dès que nous avons passé le seuil de la boutique ce fut l’odeur du pain ! Une bonne odeur de pain bien cuit. Ice était là, il remontait du sous-sol par son escalier, souriant, ayant déjà deviné que c’était nous les Françaises qui arrivions.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

1608_4478.jpg

Dans l’épisode d’hier, Charles Cracco, le créateur de la marque de cosmétiques française Mademoiselle Saint-Germain nous a présenté sa marque, le lien particulier qu’elle entretient avec le potager du Roi à Versailles. Nous avons aussi découvert l’influence de la Reine Marie-Antoinette dans le basculement de la toilette sèche qui se pratiquait à l’époque à la Cour vers la toilette de flore. C’est joli, non, la toilette de flore ? Mais comment Charles Cracco a-t-il travaillé pour élaborer ses recettes ? C’est ce que vous allez découvrir dans la seconde partie de cet entretien. C’est parti !

Et donc vous avez travaillé à partir des archives du château de Versailles, vous avez retrouvé des recettes, des livres, des documents ? Comment ça s’est passé ?
Alors, effectivement, j’ai mené des recherches dans la faculté de pharmacie de Paris Descartes de Paris, dans la BNF (Bibliothèque François Mitterrand), dans les archives de Versailles. Effectivement, les principaux ouvrages que j’ai trouvés sont ce qu’on appelle dans notre jargon de pharmacien, des pharmacopées. Ce sont en fait, des recueils de recettes de pharmaciens. Donc, c’est un peu notre bible en tant que pharmaciens, notre pharmacopée.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

1608_4478.jpg

Fin novembre, j’ai eu la chance de rencontrer Charles Cracco, le créateur de la marque de cosmétiques française Mademoiselle Saint-Germain. Cette marque utilise les plantes du Potager du Roi à Versailles dans ses compositions. Charles Cracco m’a accueillie dans ses bureaux à Paris pour un entretien très intéressant, vous allez l’entendre. Cet entretien sera diffusé en deux parties. La première aujourd’hui et la seconde demain.

Bonjour, merci de me recevoir pour les auditeurs de One Thing In A French Day. Est-ce que vous pourriez vous présenter, s’il vous plaît ?
Tout d’abord, merci pour l’invitation à parler de Mademoiselle Saint-Germain. Donc, je suis le créateur de la marque. Je m’appelle Charles Cracco. J’ai suivi une formation de pharmacien dans le nord de la France. Eh oui, je ne suis pas originaire de Versailles. Je suis bien originaire du Nord. Et en fait, donc, j’ai commencé à travailler dans la région parisienne. Et donc, je me suis dit quel était l’endroit le plus agréable pour y vivre. J’ai tout de suite trouvé que c’était Versailles par sa splendeur, par sa beauté, son lien avec la nature, mais aussi son lien avec l’histoire. Et c’est tout simplement en habitant Versailles et en étant imprégné du patrimoine historique de la ville que j’ai eu l’idée de créer Mademoiselle Saint-Germain.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

1607-miche.jpg

Le jeudi matin, je vais à un cours de conversation anglaise. La prof est très sympa et le groupe qui y assiste aussi. Nous avons des conversations intéressantes et on voyage pas mal, car les participants sont majoritairement à la retraite et aiment beaucoup parler de leurs voyages. Pour la reprise après les vacances de Noël, la prof nous a proposé de faire chacun un petit exposé, si on le souhaitait. J’ai sauté sur l’occasion.
— Je suis volontaire, ai-je dit. Je dois aller à Londres mardi 22 pour rencontrer des boulangers et j’aimerais m’entraîner à parler du pain en anglais.
J’ai donc présenté mon exposé jeudi matin que j’avais intitulé Homemade Sourdough Bread. J’étais un peu nerveuse, car si j’ai l’habitude de parler dans un micro, face à une assemblée et dans une autre langue, c’est toute autre chose.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

Cet après-midi, je me suis fait une petite sortie en solo jusqu’à la BNF. J’aime bien aller à la Bibliothèque François Mitterrand. C’est direct depuis Saint-Lazare, par la ligne 14. Il y a en ce moment une exposition consacrée aux photographes Nadar : Hadrien, Félix et le fils Paul. Ce sont les pionniers du portrait photo à Paris. Toutes les célébrités de la seconde moitié du XIXe siècle se sont fait photographier à l’atelier Nadar. J’ai à la maison un livre entier de photographies des personnes réelles qui ont inspiré Marcel Proust pour ses personnages de A la recherche du temps perdu, toutes photographiées par Nadar. Et vous vous souvenez de la Comtesse Greffulhe dans sa robe noire de chez Worth, brodée de lis blanc ? une photo de Paul Nadar.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

1605-Paves.jpg

Cet après-midi, j’ai accompagné Felicia au solfège. Il n’y avait “que” quatre voitures en partance pour la fourrière cette semaine. Lisa avait préféré rester à la maison avec Micaela. Lorsque nous sommes arrivées au conservatoire, j’ai laissé Felicia et je suis allée me promener. Il y a à cinq minutes du conservatoire une grande rue commerçante et surtout un magasin de vêtements pour femme avec une sélection de vêtements super sympa. Ce sont les soldes, donc je suis entrée. J’ai essayé quelques robes et j’en ai choisi deux.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

 

Read Full Post »

Aujourd’hui, suite de l’entretien avec Claire étudiante en histoire à La Sorbonne. Dans l’épisode de jeudi, Claire nous a parlé de ses études et du sujet qu’elle étudie en particulier en ce moment : les moniales de l’abbaye Notre-Dame de la Charité, à Angers, à l’époque du Moyen Âge. Et elle a commencé à nous raconter une drôle d’histoire de vol de cadavre entre l’abbaye de Saint-Nicolas et leur abbaye. Dans quel but ? Eh bien, récupérer des paroissiens donc de l’argent par le biais d’un impôt : la dîme. Vous êtes prêts ? Allez, c’est parti pour la suite.

Donc, on récupère son argent !
— Voilà, on récupère son argent parce que quand il y a un enterrement, on va récupérer un bout du patrimoine de la personne. On va aussi après pouvoir revendiquer le petit bout de terrain, le petit de quartier dans lequel vivait la personne en question. Et ils vont dire, vu qu’il est enterré chez moi, c’est qu’ils sont tous mes paroissiens donc ils me doivent la dîme. Et donc, l’intérêt financier continue après la mort de la personne en question. Et donc, c’est ce qui est arrivé à nos pauvres moniales, à nos pauvres religieuses. Elles se sont fait piquer un ou deux cadavres, voire un peu plus, par les moines de Saint-Nicolas. Et le problème, c’est qu’elles ne se laissaient pas faire ces moniales. C’est des femmes, certes, mais elles avaient un peu de caractère. Et donc, soit elles faisaient ça dans les règles et elles allaient voir l’évêché. Elles allaient lui dire « Voilà, monseigneur, je ne suis pas d’accord. Il nous a piqué un de nos paroissiens. Qu’il nous le rende ! Qu’on le fasse exhumer et qu’il vienne être enterré chez nous. Je ne comprends pas pourquoi c’est comme ça. » Et généralement, l’évêque, après enquête, concluait que c’était effectivement le cas, qu’elles avaient été spoliées, qu’on leur avait volé un cadavre, ce qui est un peu bizarre aujourd’hui, mais oui !

 

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

Aujourd’hui, je vous propose de faire la connaissance de Claire, étudiante en histoire à La Sorbonne. Claire et moi faisons partie du même club de Kung-Fu et c’est ainsi qu’entre deux séries d’exercices, Claire m’a parlé de ses passionnantes études. Vous allez voir, ça vaut le détour. Et je lui suis extrêmement reconnaissante d’avoir accepté cet entretien enregistré.

Dans cet épisode, Claire va se présenter et nous parler du sujet particulier qu’elle étudie en ce moment. Dans l’épisode de mardi prochain, elle nous expliquera sa méthode de travail et vous donnera ses conseils de visite si le Moyen-Age à Paris vous intéresse.

C’est parti !
— Claire, peux-tu te présenter et nous expliquer ce que tu fais comme études ?

— Alors, moi, c’est Claire. J’ai vingt-deux ans. J’en suis à ma quatrième année d’histoire, donc j’ai ma licence d’histoire. J’ai étudié toutes les périodes historiques depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Et maintenant, j’étudie le Moyen-Age en particulier, surtout le bas Moyen-Age, ce qui m’intéresse le plus, c’est-à-dire la fin du Moyen-Age.

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »

1602-Au-cafe.jpg

C’est une idée qui me trottait dans la tête depuis quelques semaines. Je sais que mon amie Sylvie le fait régulièrement. Mais jusqu’à présent, je n’en avais pas vraiment ressenti l’envie. Si, peut-être à la BNF, entourée de livres, de lumière et de silence. Mais dans un café ? Et puis, en rentrant de l’école, j’ai plusieurs fois remarqué qu’il y avait des personnes qui travaillaient dans le café restaurant à côté du Monoprix. Ils avaient l’air bien, installés à leur table en bois carrée. Un jour, j’ai consulté la carte des boissons chaudes. Hum, une bonne sélection de thés de la maison Damann.
Ce qui me retenait, c’est que je n’ai aucun mal à travailler chez moi. Je travaille comme Micaela et Felicia font leurs devoirs : je m’y mets sans états d’âme (ce qui n’est pas le cas de Lisa). Alors, pourquoi travailler à l’extérieur de la maison ?

 

La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!
http://bit.ly/OnethingNL

♡ le compte Instagram du podcast :
https://www.instagram.com/onethinginafrenchday/
♡ la page FaceBook du podcast :
https://www.facebook.com/onethinginafrenchdaypodcast/

Read Full Post »