Feed on
Posts

Comme vous le savez, je sors tous les jours en promenade avec mon bébé. Chaque jour, c’est la même question : où vais-je aller?
C’est simple lorsque j’ai des courses à faire, le parcours s’organise de lui-même d’un magasin à l’autre.

Pour les jours où je n’ai pas de courses à faire, je me choisis une destination, j’y vais et je rentre à la maison, si possible en empruntant un chemin différent. D’autres fois, j’aime jouer au “jeu des péniches”. C’est un jeu que je me suis inventée. Je vais jusqu’au pont de Levallois (c’est vingt minutes à pieds de chez moi). Je traverse la moitié du pont et je regarde si une péniche arrive. Si oui, je la prends en photo. Si non, je rentre bredouille.

Les péniches me fascinent. Si j’essaye de vous expliquer pourquoi j’ai peur de ne pas être très claire. Mais, je vais essayer. Je crois que je les aime par romantisme. Elles semblent naviguer dans un autre temps que le nôtre. Tout va si vite de nos jours et en région parisienne les gens sont toujours pressés, agressifs, on se bouscule dans le métro, dans les trains, on se klaxonne les uns sur les autres en voiture. Alors, apercevoir une péniche sur la Seine avancer lentement, chargée de sa lourde cargaison, savoir qu’elle va continuer sa remontée du fleuve, peut-être même pendant des jours, peut-être même naviguer sur le Rhin, sur le Danube, c’est tout simplement dépaysant. Et cela me fait aussi toujours penser à l’univers de Georges Simenon. Il a d’ailleurs écrit une enquête du commissaire Maigret qui se passe dans le milieu de la batellerie. Je vous le conseille si vous ne connaissez pas cet auteur car il écrit des phrases simples, ce qui n’enlève rien à son talent.

Si je vous raconte tout ça c’est qu’aujourd’hui, j’ai joué au jeu des péniches et j’ai gagné! La preuve en photo sur le site.