Feed on
Posts

Ce matin, je suis allée en train à Paris acheter un massicot. Je savais que je pourrais en trouver un dans un magasin de fournitures de bureau proche de la Gare Saint-Lazare, rue de la Pépinière.

Mais avant de me rendre au magasin, j’ai eu envie de faire un détour par le boulevard Haussmann pour prendre une photo pour vous qui m’écoutez.

Je vous ai dit dans mon podcast ballade à Paris que Marcel Proust n’habitait pas très loin de la cave Augé. En fait, il y a même une plaque sur l’immeuble qu’il habitait boulevard Haussmann. C’est donc cette plaque que je suis allée prendre en photo.

En me rendant devant ce fameux immeuble, je suis passée devant un magasin qui était autrefois un magasin de tapis. C’est maintenant un magasin de produits siciliens. Il y avait dans la vitrine des assiettes, des meubles et, perdus au milieu de tout cela, des citrons et des oranges énormes. J’ai cru qu’il s’agissait de faux fruits, pour le décor. Mais, non. En dessous du panier d’oranges était indiqué le prix : 3 euros le kilo.

Je suis rentrée dans le magasin. Il n’y avait pas seulement des objets en vente, mais effectivement des citrons, des oranges et d’autres spécialités (biscuits, pots de confitures, conserves, fromages, charcuterie, vin, huile d’olive, etc). La dame qui tenait le magasin m’a expliqué qu’il s’agissait d’oranges cultivées en agriculture biologique, qui arrivaient directement de Sicile, qu’il aurait été dommage de les presser et qu’il valait mieux les manger, par exemple, en salade avec un peu d’origan.

J’en ai eu trois pour un peu plus d’un kilo. J’en ai goûté une ce midi. Je crois c’était la meilleure orange que j’ai jamais mangé. Elle avait un parfum délicat et doux et un goût ensoleillé plein de dépaysement.