Feed on
Posts

Aujourd’hui, j’ai croisé dans la rue, à deux pas de chez moi, mon prof de maths de terminale. La terminale, c’est la dernière année du lycée, juste avant le bac.

Ce n’était pas la première fois que je le croisais, nous habitons le même quartier.

J’aurais pu l’aborder et lui dire bonjour, lui raconter ce que je devenais, etc, comme je l’ai fait récemment avec une prof d’anglais du collège, mais je n’en ai rien fait. Pourquoi? Parce que j’ai la rancune tenace.

La terminale, c’est la classe du bac! C’est hyper important! vos résultats au cours de cette année et vos résultats au bac conditionnent votre avenir. Et bien, ce prof ne nous avait fait travailler que les deux tiers du programme. Je mourrais de peur de tomber au bac sur la partie du programme non préparée en classe. A cause de lui, j’aurais pu rater mon bac. Et lui, prenait ça comme si ce n’était pas un drame. “C’est comme ça! disait-il?. Je lui en ai toujours voulu et je lui en veux encore. C’est pour cela que quand je le croise dans la rue, je fais comme si je ne le connaissais pas. Lui fait de même, d’ailleurs, mais c’est peut-être tout simplement parce ce qu’il ne me reconnaît pas! Le bac, c’était il y a combien de temps... euh, juste un petit plus de seize ans. Oui, j’ai vraiment la rancune tenace!