Feed on
Posts

Ce matin, l’interphone a sonné.

- C’est Chronopost, Madame. Je n’avais pas votre code, j’ai pu quand même rentrer, vous avez de la chance. Il faut que vous descendiez chercher votre paquet.
- Je ne peux pas descendre tout de suite. Si vous voulez bien attendre cinq minutes.
- Quoi?
- Je ne peux pas descendre. Il faut que vous attendiez.
- Bon, vous êtes à quel étage?
- Au premier. Je vous ouvre.

En général, le livreur Chronopost monte les parquets, mais celui-ci avait décidé de me punir parce que le code d’entrée de la résidence n’était pas mentionné. Il n’était pas très content et il m’a fait toute une leçon sur le temps qu’il perdait quand le code n’était pas mentionné, et que ce qui était encore mieux c’était d’indiquer l’escalier et l’étage. A part ça, il n’avait pas de temps à perdre.

Que m’apportait ce gentleman livreur? Mon nouveau téléphone portable! Le précédent était tellement vieux (au moins 6 ans) que je n’osais plus le sortir en public. Je suis une sentimentale, je l’aimais bien, je n’arrivais pas à me faire à l’idée de m’en séparer. Je lui avais même donné un petit nom... Comme nous disons entre copines : je suis grave!

Heureusement, l’âme de mon ancien téléphone est dans sa carte SIM, il a juste changé de carapace.

Cependant, quelle déception! Il est d’un compliqué : il faut que j’appuie sur plein de boutons avant d’avoir la chance de pouvoir écrire un SMS, l’écran est certes en couleurs, mais au final plus petit que mon ancien téléphone et je n’aime pas les sonneries qu’il me propose. Je me demande si finalement je ne vais pas reprendre l’ancien...