Feed on
Posts

Cet après-midi, je suis allée me promener au parc avec mes filles et notre voisine et ses deux enfants. Ma fille et sa fille sont très copines. Nous sommes tout d’abord allés au toboggan. Il était relativement de bonne heure et ce n’était pas la grande foule. Mais au bout d’un certain temps le petit espace réservé au toboggan s’est rempli d’enfants qui couraient dans tous les sens. Nous avons réussi à entraîner nos filles vers la pelouse où elles ont bien couru. Il y avait d’autres enfants qui jouaient au ballon. Micaela est venue me voir.
- Maman, je veux un ballon pour jouer, m’a-t-elle dit.
- On n’a pas pris le ballon, ma chérie. On le prendra la prochaine fois.
Elle était très déçue, mais elle a vite trouvé une autre activité : faire des galipettes.
En cherchant quelque chose dans le panier de la poussette, je suis tombée sur un ballon de baudruche dont j’avais totalement oublié l’existence. Je l’ai gonflé et j’ai appelé ma fille. Elle était toute heureuse et elle a bien joué avec sa copine.
J’ai raconté à ma voisine que ce ballon m’avait été offert dans un magasin de jouets à Paimpol à l’occasion d’un achat.
- Tu es déjà allée à Paimpol, ai-je demandé à ma voisine.
- Oui, mais c’était il y a longtemps. Je ne m’en souviens plus très bien.
- C’est une très jolie ville.
Et alors que je disais ces mots, je me suis souvenue d’une galerie de peinture. Les tableaux exposés représentaient des bateaux et ils m’avaient beaucoup plu. Vous savez l’effet que ça fait quand un artiste vous plaît. Et l’espace d’un instant, le temps de cette pensée, j’étais à nouveau devant les tableaux de Guy L’Hostis (qui, je l’espère, ne m’en voudra pas d’avoir téléchargé une image d’un de ses tableaux pour illustrer ce podcast).