Feed on
Posts

Invariablement, ça revient avec l’arrivée du printemps : chaque année, au mois de mars, je dois rendre ma comptabilité à mon association de gestion.
Cette association est chargée de vérifier que je tiens bien ma comptabilité. Pour cela, je dois remplir un immense tableau de quatre pages sur lequel je reprends, mois par mois, l’ensemble de mes recettes et de mes dépenses. Je dois additionner, soustraire, vérifier des égalités... bref, tout doit être parfait.
Sachant que tout cela prend du temps, j’avais préparé au maximum ma compta avant l’accouchement. Ainsi, j’ai pu rapidement me mettre à remplir ce fameux tableau. Chaque année, c’est la même chose, il y a une erreur quelque part. Et je reprends ma calculatrice, et j’additionne à nouveau, et je m’énerve, et je réfléchis et finalement je trouve.
Une fois ce grand tableau rempli, je peux remplir ma déclaration d’impôts en cinq minutes “top chrono” et ainsi déterminer mon bénéfice professionnel. C’est ce bénéfice qui servira de base au calcul de mes charges sociales : sécurité sociale, allocations familiales, retraite.
La photocopie signée et certifiée conforme à l’original de ma déclaration fait partie du dossier que j’envoie à l’association de gestion.
Mon dossier est examiné et si tout va bien je reçois en retour une attestation que je joindrai à ma déclaration fiscale. Lorsque l’on ne joint pas d’attestation, le calcul des impôts est automatiquement majoré de 25%! Aïe!