Feed on
Posts

Au marché

Vous savez qu’une des grandes activités de mes vacances, c’est aller au marché! Hier, c’était le marché de Trégastel. Trégastel est une ville au bord de la mer, sur la fameuse Côte de granit rose. C’est donc un marché très agréable. Par contre, avec Felicia qui est encore bien jeune et qui a des horaires fixes, nous le faisons un peu au pas de course entre la sieste du matin et la tétée de fin de matinée. Car si Felicia est un bébé très calme, doux et souriant, quand il s’agit de dormir ou de manger, elle est ferme sur les prix comme dit mon père.
Premier stand, celui de Véronique, la marchande de légumes, à qui nous avons acheté des tomates, deux salades, des carottes et des pommes de terre. En ce moment, nous avons la folie des carottes râpées! En France, nous disons que les carottes donnent les cuisses roses et rendent aimable.
Mon père voulait des artichauts, mais ils avaient déjà tous été vendus!
Ensuite, nous avons fait un bref passage au stand de Marie-Françoise, la marchande de confitures. C’est mon père, graphiste à la retraite, qui dessine les étiquettes pour ses pots. Ils lui en avait justement imprimé une série : gelée de cassis et gelée de groseilles.
Nous sommes allées voir Aude qui tient le stand de fromages de la ferme (la ferme de sa mère, Marie-Claire). Mon père a choisi un petit chèvre mi-sec, pendant que je demandais à Aude comment s’était passé son audition comme chanteuse pour un groupe de Blues de la région. Elle a été prise!
Enfin, nous avons acheté des moules pour notre repas de midi. Mon père les a cuisinées dès notre retour à la maison, simplement avec des échalotes, du persil et du vin blanc. Nous les avons mangées avec tartines beurrées.

Au marché

p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px Verdana} p.p2 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px Verdana; min-height: 15.0px} span.s1 {letter-spacing: 0.0px}

Au marché

Vendredi dernier, je suis allée au marché toute seule avec ma petite fille. J’y suis allée à pieds bien sûr car le centre ville n’est qu’à une dizaine de minutes de l’appartement. Tous les marchands chez qui je suis allée ce matin-là se sont étonnés de l’absence de mon père.

- Ton père n’est pas là, il est malade? m’a demandé Marie-Françoise la marchande de confitures.

- Tiens, Michel a préféré rester au chaud aujourd’hui? m’a demandé Véronique la marchande de légumes à qui j’ai acheté un kilo de tomates, deux salades et deux artichauts.

- Ton père n’est pas venu aujourd’hui, a simplement constaté Aude, la fille de Marie-Claire qui tient son stand pendant les vacances.

Et bien, non, il n’était ni malade, ni resté au chaud, il attendait une livraison. La livraison de son nouvel appareil photo car le sien est tombé en panne. Il l’a commandé sur Internet en Allemagne. Et comme c’est les vacances l’expédition a un peu tardé. Jeudi, le site du transporteur a annoncé la livraison pour le vendredi. Mon père était excité comme une puce.

En rentrant du marché, tout de suite, je lui ai demandé si le livreur était passé.

- Non, m’a-t-il répondu.

Dans l’après-midi, le site Internet du transporteur indiquait que le livreur était passé mais que “le commerce? de mon père était fermé.

- Ah, d’accord, a dit mon père, encore un livreur qui ne s’est pas donné la peine de venir.

Finalement, la livraison a eu lieu lundi matin et, à cause de ça, nous avons loupé le marché de Trégastel.

Tout le monde a dû se demander ce qui nous était arrivé!