Feed on
Posts

Ce matin, d’assez bonne heure, je me suis rendue avec mes filles chez le boucher pour commander une volaille de Noël pour ce week-end. Ma petite fille courait dans la rue en criant “C’est Noël! C’est Noël!”. Elle a fait sourire plusieurs passant.
Chez le boucher, heureusement, il n’y avait pas foule. Alors que j’attendais mon tour, j’entends quelqu’un parler du fond de la boutique. Je la connaissais cette voix forte et sympathique. Je fis signe à la femme du boucher qui tenait la caisse :
- C’est le fromager qu’on entend?
- Oui. Vous voulez lui dire bonjour?
- Ah, oui, ça me ferait bien plaisir.
- Jacky, venez par ici. Il y a quelqu’un qui veut vous dire bonjour!
- Ah, mais c’est ma petite cliente! Comment allez-vous? dit le fromager à la retraite quand il m’aperçut.
Nous nous sommes fait la bise et nous avons échangé quelques nouvelles. Sa femme nous a rejoint et elle a demandé des nouvelles des enfants. Eux étaient “montés” à Paris (puisqu’ils habitent désormais le sud de la France) pour passer les fêtes avec leur fils et leurs petits-enfants.
Enfin, le fromager m’a demandé si je continuais à aller chez le nouveau fromager, celui qui a repris sa boutique.
- Non, parce que ce n’est pas pareil, lui ai-je répondu.
- J’étais très exigeant sur la qualité.
- Oui, c’est vrai. Mais il y a aussi l’accueil qui est différent. Vous voir me rappelle de bons souvenirs.
Bon après cette rencontre, une nouvelle résolution dans ma liste de 2009 : retrouver un bon fromager!
A demain pour le récit de mon repas de Noël en famille. Bon réveillon et bonnes fêtes à tous!