Feed on
Posts

Ma grande fille de trois ans mange super bien au déjeuner, au goûter, au dîner, mais c’est la croix et la bannière pour lui faire avaler son petit-déjeuner. Ça me stresse un peu car le matin on est toujours un peu pressé et je ne voudrais surtout pas qu’elle aille à l’école le ventre vide.
Nous avons essayé toutes sortes de petit-déjeuner : le pain de mie avec du beurre, de la confiture, du miel, le pain grillé (sans la croûte), les céréales avec du lait, le yaourt, le petit-suisse, la semoule, la bouillie. Les tartines de pain grillé avec du miel ont eu le plus de succès, mais la lassitude commençait à pointer son nez. J’ai commencé à dire des choses comme : tu sais si tu ne manges pas bien tes tartines, le Père Noël va le voir et il peut décider de ne pas t’apporter tes jouets. Un horrible chantage, n’est-ce pas? Eh bien ma fille, imperturbable dans ses certitudes me répond toujours : mais siiiiiii, il va apporter mes jouets.
Puis, hier soir, j’ai eu une idée. Et si je lui faisais des crêpes? Il était vingt-trois heures. Ça serait bien que j’aie ce genre d’idées un peu plus tôt dans la soirée. J’étais déjà couchée, mais je me suis relevée pour préparer une pâte à crêpes. J’en ai rêvé toute la nuit. Ce matin, je n’ai eu aucun mal à me lever. J’ai préparé mes crêpes sous l’œil ahuri de ma fille qui s’est englouti deux crêpes beurre-sucre.
- Maman, demain, je veux encore des crêpes.
- Oui, on verra (si j’ai le courage).