Feed on
Posts

Cette année, pour les vacances d’été, je ne pourrai pas aller à Perros-Guirec. Mes parents ont dû rendre leur appartement au propriétaire car celui-ci souhaitait le vendre. Mes parents n’ont pas l’intention de prendre une nouvelle location rapidement.
De mon côté, je n’imagine pas passer l’été en banlieue parisienne. Ma grande fille attend déjà avec impatience de revoir la mer, les bateaux et de jouer sur la plage.
Le week-end dernier, j’ai cherché des locations pour l’été sur Perros. Oh là là, c’est hors de prix! Et bien souvent les locations saisonnières sont déjà réservées pour l’été.
Aujourd’hui, j’ai eu une idée. Et si nous passions une partie de l’été en Normandie plutôt qu’en Bretagne? Je ne connais pas bien la Normandie alors j’ai pris une carte de France et les horaires de train pour étudier la question. J’ai d’abord pensé à Granville dont j’ai beaucoup entendu parlé, mais les départs en train se font de la gare Montparnasse. Quitte à aller en Normandie, je préférerais une ville desservie depuis la gare Saint-Lazare qui dessert également notre gare. J’ai alors vu Dieppe. C’est un peu au nord, mais c’est seulement à deux heures de train de Paris et d’après ce que j’ai vu sur Internet cela a l’air très joli. Il y a une vieille ville, de jolies plages et de l’animation avec les ferries. J’ai déjà repéré des locations bien sympathiques. J’ai alors pensé qu’avant de nous décider nous pourrions nous y rendre pour un petit séjour pendant les vacances de février. Hum, revoir la mer!
Ah, bien sûr, l’idée de ne pas aller à Perros me rend carrément triste, j’avais très envie de revoir tout le monde... Aude, sa mère Marie-Claire, Marie-Françoise, Véronique... Ce sera pour une prochaine fois.

Cet après-midi, pendant ma pause (je travaille à la maison sur mon prochain livre), je me suis intéressée à nos prochaines vacances. Cela faisait plusieurs jours que mon mari et moi nous disions que nous aimerions bien partir dans les Monts du Lyonnais à Pâques. Je suis allée regarder les disponibilités du gîte de Saint-Laurent de Vaux où nous sommes allés à la Toussaint. J’étais confiante, car je croyais m’y prendre largement à l’avance. J’avais tort. Notre petit gîte était entièrement loué jusqu’à mi-juillet. En regardant de plus près le calendrier, je me suis aperçue que les vacances scolaires tombaient au moment des ponts du mois de mai. Zut ! C’est vrai que Jacques m’avait dit qu’il avait eu du mal à trouver un gîte de libre en Normandie pour accueillir une réunion de famille un week-end du mois de mai.

Et puis surtout, où aller ? J’ai réfléchi cinq minutes. C’était peut-être là l’occasion de découvrir une autre région. J’ai repensé à mes lectures du soir. Henry James qui visite les châteaux de la Loire. Une petite recherche sur un site de locations et j’avais une liste de gîtes dans la région des châteaux d’Amboise, Chenonceau, Blois, etc. Ma pause a duré un peu plus longtemps que prévu. Alors qu’il faisait un froid de canard dehors, je me voyais déjà au mois de mai visitant les châteaux, emmenant les filles au zoo de Beauval voir les pandas que la France a reçus l’année dernière de Chine, découvrant de nouvelles villes, des pâtisseries locales, etc.

Que dit le dicton déjà ? En mai, fais ce qu’il te plaît.

J’ai appelé mon mari au bureau. J’étais impatiente de partager avec lui mon enthousiasme !

— On s’en occupe dès ce soir ! m’a-t-il dit ravi.

00:0000:00
Download(Loading)