Feed on
Posts

Ce matin, je suis allée faire un tour rapide à La Défense. Vous savez le quartier d’affaires situé à l’ouest de Paris avec La Grande Arche qui suit l’axe historique (Le Louvre, l’Obélisque, l’Arc de triomphe... Et la Grande Arche). Il y a à La Défense un grand centre commercial qui s’appelle Les Quatre Temps. J’avais une carte cadeau à épuiser. Vous connaissez le principe de ces cartes, on vous offre un crédit que vous pouvez utiliser dans certaines enseignes comme on dit en marketing (pour parler en langage clair : dans certains magasins). J’avais un choix limité par rapport à mes goûts avec cette carte, mais bon, il y avait aux Quatre Temps un magasin où j’aurais pu trouver un ou deux CD qui m’intéressaient. C’est donc dans ce magasin que je suis allée ce matin. L’ambiance de ce magasin « culturel » était un peu particulière, il était tout simplement désert, un ou deux clients, zéro vendeur, et il offrait un choix limité en livres, DVD et CD de musique. Mais, ne soyons pas mauvaise langue, j’y ai quand même trouvé un des CD que je cherchais. Pour le deuxième, j’ai demandé à la caissière s’il y avait un moyen de savoir s’ils l’avaient en stock. — Attendez, je vais appeler le vendeur, m’a-t-elle dit. Elle a passé un coup de fil. — Il arrive tout de suite. La caissière a continué à parler avec son collègue homme. Son collègue était du genre comique qui raconte sa vie, sa nuit et ses humeurs mélancoliques. J’écoutais vaguement ce qu’il racontait. Quand tout à coup arrive dans le magasin un homme qui courait à vive allure. Il s’est adressé à moi alors qu’il passait à ma hauteur. — PJ Harvey, c’est ça ? — Oui. — Je vais voir. Le collègue de la caissière a éclaté de rire. — Ah, vous avez déjà vu ça, Madame ? Il est génial, non ? — Oui, il est assez étonnant. Le vendeur coureur est revenu vers moi, à peine essoufflé. — Non, nous n’en avons plus. Il faut dire qu’ils ont bien réduit le rayon. Désolé. Et il est reparti en courant.

00:0000:00
Download(Loading)

  • feenschach

    Je constate que tu sembles sensible à cette merveilleuse artiste qu’est Polly Jean Harvey (en tout cas plus qu’en mai 94) : si seulement elle pouvait être un peu plus médiatisée à la radio… je suis d’accord pour dire que Let England Shake est réellement bon et même fascinant (déconcertant? : mettre des musiques militaires et guerrières, il fallait oser !), même si je continue à préférer ses trois premiers albums (surtout Dry qui est un album culte, incandescent).

    Mar 11, 2011 at 11:13 pm