Feed on
Posts

Vous êtes très nombreux à m’avoir écrit à propos des difficultés de téléchargement des derniers podcasts et je vous en remercie. J’ai contacté Apple, j’ai écrit à un collègue podcasteur, j’ai essayé différentes choses, je me suis arraché les cheveux, mais rien ne marche! le problème me dépasse. Si quelqu’un a une suggestion, je suis preneuse.
Je vous signale quand même que si vous cliquez sur “Obtenir l’épisode” dans la fenêtre du podcast sur iTunes, ça marche!

Le pique-nique
Le pique-nique au parc Montsouris s’est très bien passé et je remercie encore Curtis de m’avoir proposé cette petite fête dans un endroit si charmant. Nous avons oublié le temps d’un pique-nique, sous le feuillage protecteur d’un orme roux (d’après Michelle) que nous étions à Paris. Mes amis et voisins, dont je parle régulièrement dans le podcast, sont venus : Michelle, Jacques, Caroline et son mari ainsi que ses deux filles. Nous retrouvé Curtis, sa femme Aimée et leurs deux enfants au lieu de rendez-vous, près du bac à sable. J’étais très impatiente de rencontrer un auditeur! Le seul du pique-nique car vous êtes plus à l’étranger qu’à Paris.
Nous avons choisi notre emplacement, près d’un arbre et nous nous sommes installés. Un grand tapis vert de gymnastique nous a servi de buffet et chacun a mis ce qu’il avait apporté dessus. Que des bonnes choses! La célèbre salade de pommes de terre de Jacques accompagnée de bœuf cuit, la délicieuse salade au quinoa et aux pois-chiche d’Aimée (il faudra que je lui demande la recette), du saucisson, des radis, pleins de fromage différents mais pas de Camenbert. Ce qui a fait bondir Jacques “Quoi, un pique-nique français sans camembert! C’est une honte!”. Ben, je préfère le fromage de chèvre. Curtis et Aimée nous avaient gâté avec différents fromages : du Manchego, de la tomme d’Abondance, du Beaufort. J’avais apporté deux Valençay différents (vous savez, pour mon enquête). Et il y avait aussi beaucoup de douceurs, dont un succulent gâteau au chocolat, deux tartes aux fraises et une à l’abricot. Et du vin! choisi par mes soins. Un vin gris, un jeune Chinon et un vin blanc (mais la bouteille n’a pas été ouverte). Et bien sûr, aussi, très important, du pain! Ah, j’oubliais les chips bretonnes au sel de Guérande!
Nous avons beaucoup parlé... de ce que nous mangions en Français qui se respectent. Mais aussi de la vie. On s’est raconté des anecdotes. Les enfants ont joué. Felicia a pas mal pleuré. Le temps a vite passé. Finalement, c’était l’heure de partir. Nous nous sommes quittés en se promettant de recommencer l’année prochaine. A Londres, peut-être?