Feed on
Posts

Ici, à Cologne, vient d’avoir lieu du 6 au 10 juin le 31ème congrès évangélique allemand. La ville était toute décorée de orange et remplie de monde. Il y avait de la musique et des discussions. Le jeudi 7 il y a aussi eu la procession de la Fête-Dieu des catholiques avec des drapeaux, des personnes habillées en costumes représentant les différents groupes comme chaque année.

Ceux qui avaient envie de prier ensemble se sont rencontrés dans une église catholique à 21 heures. Là, les frères de Taizé ont participé au congrès. Si vous avez envie d'écouter un peu: http://www.absolutely-intercultural.com publiera une épisode qui vous permettra de partager un peu cette atmosphère.
C'est l' œkoumène, non?
Ah, et le samedi j'ai rendu visite aux confrères et soeurs protestants avec ma fille. On s'est bien amusé, mais ça c'est une autre histoire.

Amicalement
Irene

Irène ajoute l’adresse suivante à l’intention de ceux qui aiment les prières et les chants de Taizé sur http://www.domradio.com/aprogrammaktuell/taize.htm (podcast qui publie la liturgie de la lumière pascale hebdomadaire)

Mon père, par Ann de Rome
Aujourd’hui j’ai dit au revoir à New York et je suis retournée à Rome
où j’habite depuis neuf ans. Je suis allée à NY pour rendre visite à ma
famille. Mon père est très malade et j’ai voulu donner un coup de main à ma mère et à ma soeur qui s’occupent de lui pendant ce moment difficile. Mon père était très content de me voir.
Il a souvent été malade ces dernières années parce qu’il souffre du
diabète.
Pendant mon séjour, j’allais tous les jours à la maison de santé où
il séjourne désormais depuis un mois. Avec mon père, nous sortons dans le jardin et nous prenons le pain qu’ils donnent avec le repas parce qu’il ne mange jamais ce
pain: il s’amuse à le donner aux oiseaux! Il dit
toujours «Les petits et les grands mangent tous ensemble sans se
disputer…Tu vois? Ils s’entendent très bien» Ensuite, il lève
son visage vers le soleil pour prendre un bain du soleil. En fait,
le premier jour lorsque je suis arrivée, je lui ai tout de suite dit : «Alors, on m’a dit que tu étais malade! Je te trouve plutôt bronzé comme après des vacances en Floride!»

Quand j’ai dit au revoir à ma mère, elle s’est couvert le visage et a
commencé à pleurer. Nous étions dans les bras l’une de l’autre et j’ai lui dit qu’un jour, je
l’emmènerai habiter avec moi en Italie et que nous irions ensemble
même visiter Paris! Mon père n’a pas pleuré. Il m’a demandé
seulement si j’avais assez d’argent sur moi et puis il m’a dit
“Fais ce que tu dois faire”.