Feed on
Posts

La semaine dernière, j’étais donc à Lyon. Enfin, pas vraiment, j’étais à Venissieux, dans la banlieue lyonnaise. Notre petit séjour dans ma belle-famille s’est bien passé.
J’espérais découvrir à notre retour que les hirondelles étaient bien arrivées. Mais je ne les ai pas vues. Lundi matin, rien non plus. Pourtant, j’ai bien observé. Je ne sais pas pourquoi mais leur retard commençait à me rendre nerveuse. Je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était peut-être la fin, qu’elles ne viendraient peut-être plus jamais. En fin d’après-midi, j’ai eu mon amie Michelle au téléphone pour organiser un cinéma ce soir. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui demander si elle avait vu des hirondelles de chez elle.
- Non, je ne les ai pas vues, m’a-t-elle répondu.
L’heure du dîner est arrivé. Micaela a demandé à ce que je m’assoie à côté d’elle soit pile en face de la fenêtre. Nous étions en train de manger quand j’ai vu passer devant la fenêtre une petite forme noire. Mes yeux l’ont automatiquement suivie et sur le ciel bleu j’ai bien reconnu la forme d’un martinet!
- Une hirondelle! me suis-je exclamée.
- Une ‘rondelle? a demandé ma fille, où ça?
- Là, elle vient de passer, vous ne l’avez pas vue?
Personne à par moi ne l’avais vue. Nous avons tous regardé le ciel pendant quelques minutes, même notre bébé observait avec curiosité. Aucune autre hirondelle n’est passée.
Finalement, nous avons continué notre repas. Après le dîner, j’ai fait un tour sur Internet et j’ai découvert un site très intéressant où des passionnés font part de leurs observations concernant les hirondelles et les martinets. Si je l’avais regardé plus tôt, j’aurais sû que les hirondelles étaient déjà arrivées depuis le 19 mars dans certaines régions.

Depuis que nous sommes rentrés de Bretagne, nous guettons la première hirondelle. En général, elles arrivent à Paris fin avril. Nous nous adonnons à cette activité d’observation le soir, lorsque nous sommes à table et que nous voyons le ciel dégagé par la fenêtre.
Nous ne nous disons pas « Tiens et si on observait le ciel maintenant ! » entre la soupe et le fromage. Cela ne se passe pas comme ça, c’est plus spontané. En général, ça commence lorsqu’une des filles, la fourchette à la main, remarque un pigeon ramier qui s’envole de l’arbre en face de chez nous.
La suite du texte est dans la NEWSLETTER, abonnez-vous!

00:0000:00
Download(Loading)