Feed on
Posts

J’ai intitulé ce podcast “La” gourmet solitaire et c’est une faute, mais je l’ai fait exprès. En effet, gourmet est un nom masculin. Mais comment dire lorsque le gourmet est une femme? Le dictionnaire dit qu’il s’agit d’une personne, mais l’inconscient l’associe à un homme. Si je dis “Le gourmet solitaire”, c’est l’image d’un homme qui se formera dans votre esprit. Est-ce que je me trompe?
Ou bien, si vous êtes un lecteur de mangas, vous aurez l’image de cet homme dont on ne connaît ni le nom, ni l’âge, ni le travail, qui au gré de ses déambulations professionnelles et personnelles se retrouve à manger dans différents restaurants. Chaque lieu forme comme une petite nouvelle, les plats sont décrits minutieusement, le plaisir qu’ils procurent au héros se lit sur son visage et puis la poésie du moment est présente dans les différentes cases de la bande dessinée. C’est homme est le gourmet solitaire. J’ai adoré ce livre.
La gourmet est mon amie japonaise Noriko (nous nous écrivons toujours très solennellement, mais je la considère comme mon amie). Nous nous envoyons régulièrement des petits paquets remplis de douceurs. Hier, j’ai reçu un paquet de Noriko qui contenait deux jolis paquets de biscuits délicatement emballés dans un papier de soie. Le paquet était accompagné d’une carte où Noriko écrivait qu’elle était allée au cinéma et s’était souvenue d’un “bon petit magasin de Karinto” et avait décidé de m’en acheter.
J’ai grignoté quelques délicieux biscuits doucement sucrés et je voyais dans mon esprit Noriko se promenant dans Tokyo, ses paquets de karinto sous le bras, comme dans une nouvelle du Gourmet solitaire.