Feed on
Posts

Cet après-midi, c’était mon tour de me rendre au centre nautique. J’ai enfin réalisé mon rêve de faire une balade en kayak de mer. Mon mari était avec moi. Il est venu nous rejoindre pour le week-end. Il a fait une drôle de tête quand je lui ai annoncé, tout heureuse, que je nous avais inscrits à la balade.

— Je suis fou de joie, m’a-t-il dit avec un petit sourire qui disait le contraire.

— Tu vas voir, je suis sûre que ça va être sympa.

Un peu avant quatorze heures, nous sommes arrivés au centre nautique. Le moniteur était déjà là. Nous avons attendu que les deux derniers participants arrivent et nous sommes allés nous changer.

— Voilà, je vais donner à chacun une combinaison shorty et quand vous serez changés nous irons mettre les gilets de sauvetage et chercher les pagaies, nous a dit le moniteur.

Dans le hangar à bateaux, il a choisi les pagaies en fonction de notre taille. Je ne suis pas très grande, ma pagaie faisait deux mètres. Ensuite, nous nous sommes rassemblés et il nous a donné les consignes de bases : s’asseoir le plus vite possible dès que le kayak est à l’eau, comment tenir la pagaie, commencer à pagayer en plongeant la pale droite loin devant, les bras assez hauts, et le côté incurvé vers nous et enfin, nous avons vu comment tourner.

— Surtout, si vous tombez à l’eau, ce qui n’est jamais arrivé en trois ans, vous m’attendez pour remonter à bord.

Maintenant, nous allons prendre nos kayaks sur la plage, a conclu le moniteur.

En chemin, une dame s’est adressée à moi.

— C’est la première fois que vous faites du kayak ?

— Oui. Et vous ?

— Oh, j’en ai fait une fois, il y a vingt ans. Ça m’avait beaucoup plu, c’est pour ça que j’ai voulu recommencer.

J’ai tiré mon kayak, qui était extrêmement lourd, jusqu’à la mer. Mon mari, plus rapide, était déjà sur l’eau. Je suis montée assez rapidement, mais je n’étais pas assez loin dans l’eau et une petite vague m’a ramenée vers le sable. Le moniteur est arrivé vers moi.

— Ah, vous êtes encore sur le sable ! Ne bougez pas, je vais vous pousser.

Et voilà, j’étais partie.

AU SOMMAIRE de One thing in a French day PLUS (la newsletter du podcast)

Découvrir la newsletter : http://j.mp/IqZWz8

3 EXPRESSIONS UTILES : pour parler français comme un vrai Français.

Pendant les vacances, la newsletter aura un format plus libre, sans rubriques imposées.

00:0000:00
Download(Loading)