Feed on
Posts

La semaine dernière, je suis allée au cinéma avec ma voisine Alexandra. Nous avons vu le film The visitor qui nous a énormément plu à toutes les deux. En rentrant chez nous, nous avons un peu parlé du sort des sans-papiers en France. J’ai évoqué un reportage entendu dans une émission de radio il y a plusieurs mois de cela qui m’avait donné une claque sur la réalité des centres de détention. Nous étions d’accord toutes les deux que la façon de traiter les gens ici n’est pas humaine.
Hier soir, je suis allée voir un autre film, avec Caroline. Il s’agissait de Musée haut, musée bas. Je n’ai pas accroché. Je ne sais pas pourquoi, je n’arrêtais pas de penser au prix qu’avaient dû coûter les décors et je trouvais qu’il y avait trop de dépenses. Caroline n’a pas trop aimé le film non plus.
Pour rentrer chez nous, nous avons traversé la gare. Je ne sais plus de quoi nous parlions, mais notre discussion a été interrompue par la présence de la Police dans le hall. Des agents entouraient quelques personnes, des africains au regard hébété assis contre un mur, enveloppés comme des paquets cadeaux dans des couvertures de survie dorées. Il n’y avait aucune agitation. Les gens passaient comme Caroline et moi, surpris, ne sachant pas quoi penser.
- Tu crois que ce sont des sans-papiers m’a demandé Caroline après que nous sommes sorties de la gare.
- J’en ai l’impression.
- Nous, nous rentrons à la maison et eux qu’est-ce qu’ils vont devenir.
- Ben, centre de détention et ensuite expulsion. Il faut bien tenir les chiffres.
Pas facile de parler cinéma après ça.