Feed on
Posts

Aujourd’hui, j’ai vu mon amie Natasha pour ce que nous appelons un War planning. Pourquoi ce langage guerrier? Eh bien, pour nous motiver. Le War planning, c’est une réunion agréable au cours de laquelle pendant une heure ou deux nous rêvons que les mois à venir vont être différents des précédents. J’enrage que mon amie soit ainsi réduite à l’esclavage par l’école de langues qui la fait travailler. Elle parcourt Paris dans tous les sens, en métro, en bus ou à pied, pour donner des cours d’anglais à des cadres supérieurs déprimés et déprimants qui ont trop tendance à lui refiler leurs rhumes!! Tout ça pour une rémunaration de misère, au mépris de la loi. Enfin. Aujourd’hui, pas de Ladurée. Parcourir à pied les quelques rues qui mènent de la Gare Saint-Lazare à la rue Royale me semblait un effort trop important. Nous sommes donc allées faire les princesses au bar de l’hôtel quatre étoiles Concorde Saint-Lazare. C’est un endroit calme, où le personnel est attentionné, les fauteuils confortables et réconfortants et dont les cocktails de fruits font voyager. Et j’adore qu’on nous offre quelques sablés bretons en accompagnement. J’ai choisi un cocktail qui s’appelait le Bougainvillé : jus d’orange, jus de pamplemousse et jus d’airelles. C’était délicieux. Natasha s’est laissée envoûtée par un Earl Grey. Nous en avons oublié les hommes d’affaires en veste grise qui se parlaient sérieusement autour de nous (“on dirait mes élèves m’a dit en riant Natasha”). Pour la première fois depuis bien longtemps, nous avons un projet commun. Nous avions décidé d’y consacrer cette réunion. Nous avons posé les bases de notre idée et c’était stimulant. Je n’en dirai pas plus. Peut-être ce projet ne verra-t-il jamais le jour, mais il aura existé entre un Bougainvillé et un thé parfumé.

00:0000:00
Download(Loading)