Feed on
Posts

Archive for December 2011

Virus et bactérie

« Je crois que les filles ont un virus. » Voilà ce que j’ai dit tout à l’heure au téléphone à Caroline.

— Elles ont de la fièvre, mais aucun autre symptôme à part un peu mal au ventre. Au fait, tu sais quelle est la différence entre un virus et une bactérie? lui ai-je demandé.

— Pas vraiment, m’a répondu Caroline.

Nous avons raccroché et cette question de virus et de bactérie m’est restée à l’esprit. Je la connaissais à une époque. Je ne sais pas pourquoi, j’ai repensé au premier cours de biologie en terminale, au lycée. C’était la troisième année que j’avais la même prof de biologie. Voilà, pendant tout le lycée, j’ai eu la même prof. Je l’aimais bien. Au cours de ce premier cours, elle nous a montré avec un projecteur différents êtres vivants : un bison, des fleurs, un lapin, etc. Et je me souviens qu’elle s’est adressée à la classe.

-    Alors, quel est le point commun de tous ces êtres vivants ?

Grand silence dans la classe.

-    Laetitia, vous avez une idée ?

Elle s’adressait à moi parce qu’elle me connaissait.

-    Euh, je ne vois pas.

-    Mais si, regardez, cela ne vous saute pas aux yeux? Personne n’a d’idée ?

Au bout d’une ou deux minutes, elle avait l’air franchement déçue. Puis, elle s’est écriée (reprenant soudainement son enthousiasme habituel) :

-    La cellule ! Tous ces êtres vivants ont en commun d’être issus d’une cellule !

Oui, c’était évident.

En repensant à la différence entre une bactérie et un virus, j’avais l’impression que ma prof de bio me disait « Alors, Laetitia, vous n’avez pas une idée ? » J’avais en tête un truc en rapport avec l’ADN, je voyais le virus entrer dans la cellule et copier l’ADN de la cellule ou un truc comme ça. J’ai fait une recherche sur Internet et bien sûr, j’ai trouvé un article bien détaillé.

Les bactéries sont des êtres vivants, les virus sont des parasites à la frontière entre le minéral et le vivant. Ils sont beaucoup plus petits que les bactéries. Enfin, les bactéries, qui ne sont pas forcément pathogènes, peuvent mener leur propre vie, les virus non. Et mes souvenirs concernant les virus étaient corrects, ils utilisent la « machinerie » des cellules qu’ils infestent pour se reproduire.

Souvent, j’ai l’impression que le lycée c’était hier. Des jours comme aujourd’hui, je me rends compte que ce n’est qu’une impression, le lycée c’était il y a longtemps pour mes cellules !

Au sommaire de One thing in a French day PLUS, la newsletter du podcast :

REPERES - la terminale - Terminale D - L’article que j’ai lu sur la différence entre les virus et les bactéries - 3 EXPRESSIONS utiles pour votre français, choisies dans le texte - UN PEU DE GRAMMAIRE : discours indirect. « Je crois que les filles ont un virus. » Voilà ce que j’ai dit tout à l’heure au téléphone à Caroline. La première phrase de ce podcast est au discours direct. Et si nous la mettions au discours indirect en nous servant de la deuxième phrase. « Tout à l’heure, au téléphone, j’ai dit à Caroline que... » Quelle serait la suite ?

00:0000:00

Read Full Post »

Soirée improvisée

Hier soir, mon amie Sylvie m’a téléphoné. J’étais occupée au moment où mon portable a sonné, et mon mari aussi parce que nous étions en train de coucher les filles. Mais lorsque le téléphone fixe a sonné quelques instants plus tard, j’ai compris qu’on voulait me joindre absolument. J’ai déposé Lisa dans son lit et je suis allée répondre.

-    Bonsoir Laetitia, c’est Sylvie. Je t’appelle pour te proposer quelque chose... Voilà, on devait aller voir Elie Semoun ce soir avec Guillaume, mais il est coincé au bureau. Est-ce que tu voudrais m’accompagner à sa place ?

-    Euh.

-    Oui, je sais, je te laisse peu de temps pour réfléchir. Il est 20h04 et le spectacle commence à 20h45.

-    Ecoute, pourquoi pas ? Je vais juste prévenir Pietro.

Et c’est comme ça que j’ai vu le dernier spectacle de Elie Semoun. Il m’a plu, sans plus. Si quand même, j’ai adoré son personnage de Kevina. C’est le seul sketch où j’ai franchement ri. Kevina est une ado, elle a un petit copain avec qui elle téléphone, envoie des SMS, utilise Facebook et ça donne un sketch très vivant lorsqu’elle rend visite à sa grand-mère qui ne parle pas du tout comme elle.

Dans le hall du théâtre, nous avons ensuite regardé une expo photo. Il s’agissait uniquement de portraits, principalement des people (comme on dit) de la musique, du cinéma, de la littérature ou du sport. Enfin, nous n’en connaissions pas beaucoup. Parfois, le visage nous disait quelque chose, parfois c’était le nom, mais pas le visage.

Nous avons tourné un peu pour retrouver la voiture de Sylvie. Ce qui était assez comique.

-    Euh, je ne me souviens plus. Par où est-on arrivé ?

-    C’était par là, non ?

-    Ah, moi j’aurais dit par là-bas.

Finalement, nous avons retrouvé la voiture et nous sommes rentrées. J’avais passé une bonne soirée improvisée.

Aujourd'hui, au sommaire de One thing in a French day PLUS :

REPERES Sylvie, Guillaume, Elie Semoun, Kevina, Christophe Meireis 3 EXPRESSION UTILES pour votre français UN PEU DE GRAMMAIRE : La place de l’adjectif  «J’avais passé une bonne soirée improvisée». Il y a deux adjectifs qui entourent le nom «soirée» comment expliquer leur place?

00:0000:00

Read Full Post »

Du pain et des idées

dupainetdesidees.jpg

ça y est, j’y suis allée !! J’ai enfin eu l’occasion de me rendre dans cette boulangerie à quelques minutes à pied de République. Du pains et des idées. Je vous avais dit que Trevor, le mari de Natasha, m’en avait parlé lorsque nous étions allés acheter de l’huile d’olive. En fait, cette boutique n’est pas très loin de là où habitait mon mari avant que nous n’habitions ensemble.

Je connais donc un peu le quartier. Je l’aime bien, il me rappelle des bons souvenirs. J’ai remonté la rue Yves Toudic jusqu’à la boulangerie. C’était un peu avant seize heures et il n’y avait presque personne. Il faut dire qu’il ne fait pas très beau en ce moment à Paris. Il pleut depuis plusieurs jours et ça rend tout le monde morose. J’ai trouvé la boulangerie facilement, elle ressemble bien à la photo présentée sur le site Internet. Dans une des vitrines, il y a les portraits des grands boulangers qui ont inspiré Christophe Vasseur, le patron de la boulangerie. Ce patron qui a quitté son travail dans la mode pour reprendre des études de boulanger ! Dans la boulangerie, j’ai pu faire mon choix tranquillement. L’accueil était vraiment très agréable. J’ai acheté du Pain des amis qui est un pain avec une belle croûte et très peu de mie, un escargot rhum raisins pour mon mari et une petite fougasse aux herbes pour les filles.

Bon, j’avoue, j’ai aussi pris un escargot chocolat-pistache pour moi. C’était mon goûter, je l’ai mangé en retournant vers République. Je me disais qu’il faudrait que je revienne pour goûter aux escargots citron-nougat et aux chaussons aux pommes avec une vraie pomme à l’intérieur.... A la maison, tout le monde s’est régalé. Micaela a trouvé la fougasse « trop bonne » et mon mari a beaucoup apprécié son dessert parfumé au rhum. C’était une bonne idée.

Aujourd'hui, au sommaire de One thing in a French day PLUS

REPERES : République - Du pain et des idées - La tête dans les olives - Yves Toudic - Escargot - 3 EXPRESSIONS UTILES EN «R» - UN PEU DE GRAMMAIRE : concordance des temps «En fait, cette boutique n’est pas très loin de là où habitait mon mari avant que nous n’habitions ensemble.» Quel est le temps de «habitions»? Pourquoi?

00:0000:00

Read Full Post »

Sans téléphone portable

J’ai mis presque deux jours avant de m’en rendre compte : mon téléphone portable n’était plus connecté au réseau. En fait, j’aurai dû comprendre dès lundi que quelque chose ne fonctionnait pas. Marie-Christine, qui garde Lisa et la fille de mon amie Caroline le lundi après-midi était en retard. Et, bien sûr, elle a essayé de me joindre.

-    Je vous ai laissé un message. Vous étiez sur messagerie, m’a-t-elle dit en arrivant.

Puis hier soir, mon mari, qui s’était remis du petit choc de ma nouvelle coupe de cheveux, m’a affirmé qu’il avait tenté de me joindre.

-    Mon téléphone n’a reçu aucun appel, regarde ! lui ai-je dit en lui tendant mon appareil.

Mais, c’est seulement ce matin, quand j’ai voulu envoyer un SMS à Natasha et que mon téléphone a affiché le message « impossible d’envoyer le message », que j’ai commencé à me dire que peut-être quelque chose ne fonctionnait pas comme d’habitude. Effectivement, le nom de mon opérateur avait disparu de l’écran. Ah, ah. J’ai fait une recherche sur Internet et j’ai trouvé comment forcer en manuel le réseau. Je fais la manip’ et mon téléphone m’a sèchement répliqué « accès non autorisé ». J’ai décidé d’appeler l’assistance, je suis tombée sur une jeune femme sympathique, mais qui parlait comme une machine.

-    J’ai tenté de forcer manuellement le réseau et mon téléphone me met un message disant que l’accès n’est pas autorisé, lui ai-je expliqué.

-    Je vois, Madame Perraut, vous avez tenté de forcer manuellement le réseau et cela n’a pas fonctionné. D’après votre dossier, vous n’avez jamais changé votre carte SIM. Je pense que c’est votre carte qui ne fonctionne plus. Pouvez-vous sortir la carte de votre appareil et me donner les numéros qui sont inscrits dessus ?

-    Oui. Euh, non. Attendez, je consulte la notice de mon téléphone.

Bref, je vous passe les détails, mon opérateur doit me renvoyer une nouvelle carte. En attendant, je me sens complètement coupée de tout le monde. Impossible d’envoyer à Natasha une photo du superbe pain que j’ai réussi tout à l’heure. Impossible d’appeler mon mari en direct ce matin de la Biocoop pour savoir s’il avait besoin de lait. Impossible de dire à Caroline que j’ai acheté le journal. Et je ne reçois pas les messages comiques de Natasha sur ses élèves. Heureusement qu’il me reste Internet.

Au sommaire de la newsletter One thing in a French day PLUS :

REPERES : Téléphone portable - Les principaux opérateurs en France - Description d'un portable en français - Quelques phrases pratiques liées au portable - La manip' - 3 EXPRESSIONS utiles sélectionnées dans le texte UN PEU DE GRAMMAIRE : La 3e personne du singulier du verbe en inversion. « Vous étiez sur messagerie, m’a-t-elle dit en arrivant. » Pourquoi met-on un « t » entre deux tirets ? Mettez sous forme inversée les bouts de phrase suivants : Il m’a dit — Elle a ajouté — Elle m’a répondu — Il lui a suggéré

00:0000:00

Read Full Post »

Chez le coiffeur (2)

Mes cheveux ont bien poussé depuis la dernière fois que je suis allée chez le coiffeur, à Pâques. Cela faisait quelques semaines que je me disais qu’il fallait que je retourne me faire couper les cheveux, quand j’ai reçu une offre par Internet proposant une séance chez un bon coiffeur parisien pour vingt euros. Pour une fois, j’ai lu attentivement l’offre et je me suis laissé convaincre. J’ai acheté le bon et j’ai pris rendez-vous pour aujourd’hui en début d’après-midi. Le coiffeur qui s’est occupé de moi était jeune et très sympa. C’est tout de suite passé entre nous.

-    Oh là là, il y a du boulot ! a-t-il soupiré joyeusement. On va vous faire une autre tête, si vous êtes d’accord. Voici ce que je vous propose : un carré aux épaules avec un dégradé.

-    Il me faut une coiffure super pratique. Je n’ai pas le temps de passer des heures à me coiffer.

-    J’ai bien compris. Vous allez voir, je vais tout vous expliquer, vous n’aurez pas besoin de faire de brushing. Vous vous séchez les cheveux tout de même ?

-    Oui, quand même !

-    Super. Bon, le secret de votre coiffure ce sera la cire.

-    La cire ?

-    Oui, la cire, mais je vous expliquerai ça tout à l’heure.

Il m’a lavé les cheveux, a appliqué un masque capillaire et m’a laissée sur le fauteuil massant. Puis, nous sommes passés aux choses sérieuses. Il a sorti sa paire de ciseaux.

-    Voilà, pour le carré. Vous devez vous sentir plus légère !

-    Oui...

-    Maintenant pour le dégradé, soit je le commence à hauteur du nez, soit je le commence à la hauteur de la bouche. Le nez, c’est plus audacieux...

-    Alors, commencez au niveau de la bouche, s’il vous plaît.

-    Entendu.

Et il a coupé, très concentré sur sa tâche. Puis pour me sécher les cheveux, il m’a demandé de mettre la tête en bas. Quand mes cheveux ont été secs, il m’a demandé de relever la tête d’un seul coup.

Et puis, il a appliqué la cire qu’il a tirée d’un pot. Il l’a chauffée entre ses mains avant de la répartir par petites touches sur mes cheveux.

-    Voilà. Ce qui est très important avec la cire, c’est de redonner un petit coup de sèche-cheveux après l’application. Je pense que ce soir votre mari ne va pas vous reconnaître.

Effectivement, il a ouvert de grands yeux avant de sourire et de dire qu’il trouvait la coupe très réussie !

Aujourd'hui, au sommaire de One thing in a French day PLUS (Newsletter du podcast) :

REPERES un bon, un carré, un dégradé, la cire coiffante 3 EXPRESSIONS UTILES pour votre français choisies dans ce texte UN PEU DE GRAMMAIRE : verbe pronominal « Cela faisait quelques semaines que je me disais qu’il fallait que je retourne me faire couper les cheveux ». Nous avons dans cette phrase un verbe pronominal : se faire couper les cheveux. La grande difficulté avec les verbes pronominaux ce sont les accords du participe passé. Imaginons que ça y est, mes cheveux soient coupés et que vous racontiez cette anecdote à quelqu’un dans une phrase par exemple qui commencerait comme ça « Oh, tu sais, Laetitia s’est ... ». Quelle serait la suite ? Et pourquoi ? Suivez-moi sur Twitter @cultivatefrench

00:0000:00

Read Full Post »

Ras-le-bol

Ce soir, en rentrant de l’école, je me suis arrêtée pour aller chercher les médicaments de ma voisine à la pharmacie. Nous lui avons apportés au passage.

-    Ah, je vous remercie. C’est bien gentil. Dîtes moi, je vous ai fait une liste de courses. Quand vous aurez le temps, bien sûr. Je sais bien que vous n’êtes pas à mon service.

J’ai pris le petit papier sur lequel de son écriture d’école, ma voisine avait écrit ses courses. Il fallait aller chez Picard, chez le boucher, à Monoprix. Là, je ne sais pas pourquoi, subitement, j’en ai eu assez. Cela fait un an que ma voisine ne sort pratiquement plus. Au début, nous lui avions proposé de la dépanner pour les courses. Le dépannage s’est transformé en habitude. Et puis, ce qui était étonnant c’est qu’à chaque fois que nous partions en vacances, elle pouvait de nouveau sortir.

Une fois, je n’avais pas le temps de passer tout de suite à la pharmacie. Elle m’avait signalé que son fils viendrait déjeuner.

-    Votre fils pourra peut-être passer à la pharmacie, ai-je suggéré.

-    Oh, non, il n’a pas le temps !

Son fils est arrivé à onze heures et demie ce jour-là et il est reparti à quinze heures trente. Pour quelqu’un de pressé, j’ai trouvé qu’il prenait bien son temps.

Alors, depuis, faire les courses de ma voisine, je l’avoue, ça m’énerve.

Aujourd’hui, quand j’ai vu la liste. Je me suis rebellée.

-    Je pense qu’il vous faudrait une personne qui fasse vos courses. Vous avez besoin de quelqu’un qui s’occupe vraiment de vous.

-    Ah. Mais vous vous occupez bien de moi.

Je n’ai pas cédé.

-    Si vous voulez, je vous aiderai à trouver quelqu’un.

-    Entendu.

J’ai raconté l’épisode à mon mari et combien ça m’avait libérée.

-    Tu sais, elle recherche surtout de la compagnie.

-    Quand je fais ses courses, je ne lui tiens pas compagnie. Et puis, ce n’est pas toi qui les portes.

-    C’est vrai.

Aujourd'hui, dans One thing in a French day PLUS (la newsletter du podcast)

REPERES : le nombre de vieilles dame en France - pyramide des âges - Jeanne Calment - Mamie Nova - La finta nonna - A la recherche du temps perdu (M. Proust) 3 EXPRESSIONS utiles pour votre français UN PEU DE GRAMMAIRE : concordance des temps, etc. « Je pense qu’il vous faudrait une personne qui fasse vos courses. » Quel est le temps du verbe dans « il vous faudrait » ? Que devient le reste de la phrase si on met « il vous faudrait » au présent de l’indicatif ? (en gardant « je pense que », bien sûr)

00:0000:00

Read Full Post »

Goûter d’anniversaire

Cet après-midi, Micaela était invitée au goûter d’anniversaire d’une de ses copines. Nous avions acheté un petit cadeau. A quinze heures, après une petite sieste, je l’ai déposée chez son amie. Quelques enfants étaient déjà là. A peine Micaela était-elle arrivée que tous les enfants présents se sont mis à crier son nom « Mi-cae-laaaaaaa ». Puis une petite Sarah est arrivée et ce fut à nouveau des cris : « Sa-raaaaaaaah ». Oh là là !

Pour la fête, la maman de la petite fille dont c’était l’anniversaire avait préparé une table entièrement recouverte de bonbons dans des petits bols. Je n’en avais jamais vu autant. Elle avait aussi prévu pour chaque petite fille un diadème de fée.

Deux heures et demie plus tard, je suis allée chercher Micaela. Lorsque j’ai sonné à l’interphone, je n’ai entendu que des cris. Oh là là, ai-je pensé à nouveau. La maman quand elle m’a ouvert la porte avait l’air d’avoir fait un tour dans un manège à la fête foraine ou d’être passée à travers une tempête en mer, bref, un truc où on perd le contrôle. D’ailleurs, il y avait des enfants qui sautaient allègrement sur son canapé. Une autre maman est arrivée. Sa petite fille s’est précipitée dans ses bras et s’est mise à pleurer.

« — Maman, elle m’avait dit qu’elle n’avait pas de Furry Frenzy et en fait, elle en avait un !

— Mais, ce n’est pas grave...

— Siiiiiii.

— C’est quoi un Furry Frenzy ? suis-je intervenue.

— Un petit animal qui roule tout seul. C’est à la mode.

— Regarde, c’est ça un Furry Frenzy m’a dit la petite fille en sortant une boule de poils grise. »

On aurait dit une souris.

Micaela et moi sommes parties. Elle est rentrée à la maison en faisant des pas chassés et en zozotant.

« Tu as vu Maman, Ze parle comme ça maintenant ! Ze parle comme ça ! Z’ai un sac de bonbons et pas toi !».

Oh là là, ai-je pensé.

— Et tu t’es bien amusée à la fête ?

— Ah, oui, c’était trop bien.

— Qu’est-ce que vous avez fait ?

— Euh, ze ne sais pas. Oh, mais Felicia sera zalouse de mes bonbons. C’est pas grave, ze vais lui en donner.

— Ah, c’est gentil.

Finalement, on m’avait bien rendu ma fille.

Aujourd'hui, au sommaire de One thing in a French day PLUS - La newsletter du podcast

REPERES : Les prénoms à la mode pour les petites filles en 2011 — Furry Frenzie — diadème — 3 EXPRESSIONS inUTILES sélectionnées dans le textes — UN PEU DE GRAMMAIRE : passé simple. «D’ailleurs, il y avait des enfants qui sautaient allègrement sur son canapé. Une autre maman est arrivée. Sa petite fille s’est précipitée dans ses bras et s’est mise à pleurer.» Dans ce passage, mettons les verbes qui devraient être au passé simple... si j’étais La Comtesse de Ségur! S’agit-il des verbes à l’imparfait ou des verbes au passé composé? Et pourquoi?

00:0000:00

Read Full Post »

En ce moment, je n’ai plus rien à lire. Enfin, je ne suis pas en train de lire un roman. Alors, le soir, avant de dormir je lis des magazines. Ce sont les magazines que j’achète souvent sans avoir le temps de les lire. Je me suis donc fait de belles séances de rattrapage.

J’ai terminé la lecture du dernier numéro de Monocle. J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article sur un Japonais, professeur de design, qui collectionnait les chaises depuis trente ans et en possédait environ mille deux cents. J’ai ensuite entamé le numéro de décembre avec le classement des pays en fonction de leur « soft power ». Si j’ai bien compris, le soft power c’est un peu l’image de marque. D’après eux, la France s’appuie trop sur son passé, même si elle est numéro 3 dans le top 30.

J’ai également entamé la lecture du hors série de Télérama sur Casanova. Cela m’a vraiment donné envie d’aller faire un tour à l’exposition que la BNF lui consacre. Je ne connaissais pas vraiment le personnage. Bien sûr, tout le monde connaît Casanova de nom, enfin sa légende de séducteur, mais lire cet article sur l’histoire de sa vie, ses amours, mais aussi l’histoire de son manuscrit a suscité ma curiosité. Imaginez, le manuscrit de l’Histoire de ma vie sauvé des bombes pendant la Deuxième Guerre mondiale par un descendant de son éditeur, puis le manuscrit qui reste caché jusqu’en 2007 avant d’être racheté par la BNF grâce à un mécène anonyme....

Mes lectures de magazine se sont terminées avec le numéro de novembre d’Entrepreneur, le magazine des indépendants aux Etats-Unis. J’aime bien lire ce magazine, ça me donne des idées pour mon travail dans l’édition. J’ai vraiment ri en lisant l’article sur la vidéoconférence. Lorsque vous êtes en contact avec des Français, d’après cet article, il est recommandé de fumer ! Oh là là ! Mais ça fait longtemps qu’il est interdit de fumer dans les lieux publics et les bureaux, en France. Le journaliste était mal renseigné, à moins que tout ça ne soit une image parasite véhiculée par notre soft power !

Aujourd'hui dans One thing in a French day PLUS :

REPERES: Monocle, Télérama, Giacomo Casanova, la BNF, Exposition Casanova, le manuscrit de Histoire de ma vie, La loi anti-tabac en France TROIS EXPRESSIONS utiles à retenir pour votre apprentissage du français UN PEU DE GRAMMAIRE : la place de l'adjectif dans la phrase « J’ai terminé la lecture du dernier numéro de Monocle.»

00:0000:00

Read Full Post »

La dame de chez Maxim

damedechezmaxim.jpg

Tout à l’heure, je riais toute seule. Je venais de recevoir un SMS de Natasha dans lequel elle mentionnait notre amie “La Duchesse”. Et dans ma réponse, je lui ai casé “Eh, allez donc ! C’est pas mon père !”

Tout cela ressemble à du langage codé. Je ne nie point. Nous avons été des fans amusées de la série Alias et il nous en est resté le goût de l’ordre de mission et du déguisement (fictif, rassurez-vous). Mais à quoi faisions-nous donc référence ? A une pièce de théâtre que nous sommes allées voir jeudi dernier au studio théâtre d’Asnières. Vous savez que j’aime beaucoup la troupe de comédiens qui jouent là-bas. Certains sont des apprentis, mais tous sont toujours excellents.

Nous avons vu La dame de chez Maxim de Georges Feydeau, une pièce écrite en 1899. C’est ce qu’on appelle un vaudeville avec des quiproquos, des invraisemblances, des portes qui claquent et beaucoup de rires. Il paraît qu’à l’époque la pièce a eu un énorme succès et que tous ceux qui venaient à Paris pour l’Exposition Universelle de 1900 ne voulaient pas repartir sans avoir vu la pièce. Je vous raconte l’histoire en quelques mots : le Docteur Petypon s’est laissé entraîner par son ami Mongicourt dans une soirée de beuverie chez Maxim’s. Au matin, il se réveille chez lui et trouve dans son lit La môme Crevette, une danseuse du Moulin Rouge. C’est elle qui a ce tic de langage du “Eh allez donc ! C’est pas mon père !” en faisant à chaque fois un mouvement de genou. La Duchesse, quant à elle, était un personnage local pour toutes les scènes qui se passaient dans un château en Province. Elle a beaucoup plu à Natasha. Agée, la Duchesse ne comprenait pas toujours de quoi il était question et c’était assez drôle. Et puis, surtout, elle était jouée par un homme ! Elle avait une allure irrésistible.

Bref, nous avons beaucoup ri. Et depuis, nos SMS sont teintés de Feydeau.

Au sommaire de la Newsletter One thing in a French day PLUS :

* Repères : SMS, Duchesse, la série Alias, apprentis, le studio-théâtre d'Asnières, Georges Feydeau, vaudeville, l'Exposition Universelle de 1900, Maxim's

** 3 expressions utiles sélectionnées et mises en pratique

*** Un peu de grammaire : les pronoms

«Tous ceux qui venaient à Paris pour l’Exposition Universelle de 1900 ne voulaient pas repartir sans avoir vu la pièce.» Remplaçons «à Paris» et «la pièce» par des pronoms personnels. Qu’est-ce que cela donne?

Pour vous inscrire à la Newsletter et ainsi soutenir le podcast, c'est ici.

00:0000:00

Read Full Post »

Samedi dernier, nous avons fêté l’anniversaire de Micaela. Elle a eu six ans. Non, mais, vous vous rendez compte, six ans ! Lorsque j’ai commencé ce podcast, elle venait d’avoir un an. Mais je m’écarte de mon sujet. Pour l’occasion, nous avions organisé une petite fête avec ses amis au cours de laquelle Micaela a reçu des cadeaux, dont une tête à coiffer. Ça lui a fait énormément plaisir. Sur le moment, toutes les petites filles présentes ont voulu y jouer avec elle. La tête était équipée d’une trousse de maquillage pour cheveux. Je vous laisse imaginer l’aspect de tête au bout de cinq minutes. Elle avait des cheveux roses, bleus, des paillettes partout sur le visage. La pauvre. Je l’ai mise dans la salle de bains dès la fête terminée.

— On lui lavera les cheveux pour que tu puisses jouer avec. Là, ce n’est pas possible avec toutes ces crèmes qui collent partout.

— Oui, mais quand ? Quand est-ce qu’on va lui laver les cheveux ?

— Je ne sais pas.

On lui a lavé les cheveux aujourd’hui. Ça a été l’attraction pendant un petit quart d’heure. La bande des trois s’était réunie devant la baignoire pour assister à ça. Apparemment, c’est super excitant à voir.

J’ai tout d’abord longuement passé ses cheveux sous l’eau ce qui a fait partir une bonne partie du maquillage. De l’eau bleu et rose coulait vers la bonde. Ensuite, je lui ai fait un shampoing au savon noir, après tout ce sont des cheveux synthétiques. Et je lui ai fait un long rinçage pour faire partir les dernières traces de produits. Elle est redevenue blonde !

— Ah, super ! s’est écrié Micaela. On peut jouer avec maintenant ?

— Tu pourras jouer avec dès qu’elle aura les cheveux secs... — Ah.

Aujourd'hui dans la newsletter du Podcast "One thing in a French day PLUS" :

* Repères

La fête d’anniversaire : Les paroles de la chanson :

** 3 expressions utiles

*** Un peu de grammaire : l’adjectif attribut du sujet

« Elle est redevenue blonde ».

S'inscrire à la newsletter : c'est ici.

00:0000:00

Read Full Post »