Feed on
Posts

Archive for December 2010

Le cedre et le forum

Ce matin, alors que je sortais de chez moi, Madame L., notre voisine du quatrième descendait les escaliers. Elle m’a dit bonjour du bout des lèvres et m’a jeté un regard noir avant de détourner le visage avec dédain. Voilà, c’est le drame depuis l’histoire du cèdre. Quelques jours après la taille du cèdre, elle nous est «tombée» dessus alors que mon mari et moi rentrions de promenade. Un voisin lui aurait dit que mon mari aurait insisté pour qu’on taille l’arbre (ce qui n’est pas l’exacte vérité). Bref, c’était comme si nous avions tenu la tronçonneuse. C’est vrai que je suis contente que cet arbre ait été un peu taillé car nous avons plus de lumière dans notre appartement, mais Madame L. était tellement en colère que j’ai poussé davantage mes recherches sur cet arbre. Elle est mécontente, je suis contente, mais ni l’une ni l’autre ne sommes des spécialistes. Cet arbre avait-il été massacré pour reprendre ses termes? J’ai trouvé un forum d’élagueurs où les particuliers peuvent poser des questions. J’ai posté des photos du cèdre avant et après la taille, expliqué le différent avec notre voisine (qui, c’est vrai, habitant au dernier étage est moins concernée que nous par l’ombre du cèdre) et j’ai obtenu beaucoup de réponses. Les élagueurs qui postent sur ce forum sont passionnants. Il y en a qui ont dit que c’était un massacre, mais beaucoup d’entre eux ont apporté une réponse plus raisonnable : il est difficile de cohabiter avec un arbre planté si proche d’un bâtiment et les coupes ont été bien faites, l’arbre est à surveiller, mais il devrait s’en remettre. Je me demande si je ne vais pas faire part de tout cela à notre voisine. C’est dommage, j’aimais bien discuter avec elle. L’arbre aura-t-il raison de nos bons rapports de voisinage?

00:0000:00

Read Full Post »

La princesse de Montpensier

Ce matin, Jacques est passé m’apporter un livre qu’il avait promis de me prêter : le scénario du film La princesse de Montpensier du réalisateur Bertrand Tavernier. Le scénario est suivi du texte de la nouvelle de Madame de Lafayette. Je ne sais pas si vous connaissez Madame de Lafayette, c’est elle qui a écrit, au XVIIe siècle, le très célèbre roman La princesse de Clèves. On dit de ce roman qu’il fut le premier roman psychologique. Mais c’est une courte histoire publiée quelques années auparavant que le réalisateur Bertrand Tavernier a décidé d’adapter au cinéma. J’ai vu le film il y a deux semaines. L’histoire se passe au XVI siècle, à la Renaissance, pendant les guerres de religion. Bien sûr, c’est une histoire d’amour. C’est très bien réalisé et écrit. Comme l’écrit le critique du journal Télérama,  «Tavernier se fait fin portraitiste - son pinceau n'appuie pas. Et fin paysagiste - la terre, les arbres, la brume, paraissent d'époque !». Ce qui m’a beaucoup plu aussi c’est la jeunesse des acteurs. Enfin, dans le livre que m’a apporté Jacques et que j’ai parcouru après le déjeuner, l’introduction du réalisateur m’a énormément intéressée. Il explique comment il a travaillé son film à partir de la nouvelle, donnant des exemples de phrases qui ont donné telle ou telle scène du film, expliquant l’évolution du vocabulaire. Cette introduction donne également un éclairage sur son travail avec le scénariste, Jean Cosmos. J’aime beaucoup les coulisses des œuvres. Maintenant, je vais lire tranquillement la Princesse de Montpensier et relire la princesse de Clèves. Et repenser au film. Vous trouverez sur le site du podcast un lien vers la bande-annonce du film et un autre vers un article concernant l’attaque de notre Président envers La princesse de Clèves.

00:0000:00

Read Full Post »

Laetitia et moi avons participé à un atelier de cuisine organisé par une naturopathe dans notre rue. Je ne sais pas exactement ce qu'est une naturopathe mais tout ce qu'elle cuisine est bio et elle nous a fait découvrir pas mal d'ingrédients que nous n'avons pas l'habitude d'utiliser. Elle est plus bio que nous, c'est dire... Sur place, nous avons rencontré ceux avec qui nous allions confectionner et partager le repas. Notre hôte nous a donné le menu et les recettes de ce dîner de l'avant Noël, tout un programme. Chacun a choisi ce qu'il voulait cuisiner et on s'est mis au travail. Pour démarrer le repas, j'ai préparé avec une autre élève cuisinière  "des sirènes exotiques", apéritif réalisé avec des crevettes, des litchis et de la menthe. Puis  nous avons également préparé "un consommé blanc comme neige" c'est-à-dire un consommé de chou-fleur. Laetitia nous a fait, elle, "des petit palets salés pour un caviar qui n'a jamais vu la mer" : des blinis réalisés avec de la farine de pois chiche agrémentés de quinoa et d'algues fraîches. Le plat principal : "Enfant de Neptune intrépide" accompagné d'une "farce dans sa marmite" ou encore un pavé de saumon cuit en papillote avec une sauce citron vanille gingembre et cive avec une purée de courge et du gouda aux orties. Et pour finir : une mousse au chocolat, des bouchées au chocolat et une bonne tisane pour faire passer tout ça... Il ne nous reste plus qu'à faire la même chose à la maison !!

00:0000:00

Read Full Post »

Premier épisode

Je continue avec les épisodes anniversaires et je vous propose aujourd’hui d’écouter le premier épisode du podcast diffusé en décembre 2006. Je remercie Peter qui m’ a suggéré cette idée via la fonction commentaire du site. Depuis que j’ai changé d’hébergeur, les premiers épisodes ne sont plus disponibles en version audio sur le site. Mais vous pourrez bientôt vous procurer l’intégralité des fichiers audio. Je prépare cela pour le début 2011. Allez, replongeons-nous dans les débuts du podcast. Aujourd’hui, je suis allée acheter des fruits. Je vais toujours au même endroit, “Chez Eric”. Le magasin ne s’appelle pas comme ça, mais comme c’est Eric le patron, on dit “chez Eric”. Eric travaille avec sa mère, une femme charmante que je n’avais pas vue depuis longtemps. Elle était très heureuse de nous voir, moi et mon bébé. “Mais c’est qu’on a grandi! Oh, quel joli sourire! Mais, on a les dents du bonheur!.” Utiliser “on” quand nous parlons à un bébé est très courant, surtout chez les personnes un peu plus âgées que moi!. Une femme de mon âge aurait plutôt tendance à tutoyer directement le bébé. Mais que sont les dents du bonheur? Eh bien, simplement les dents de devant qui sont écartées. Je connais l’expression car ma mère a les dents du bonheur, mais je n’en connaissais pas l’origine. D’après un site Internet, l’expression “les dents du bonheur” viendrait du fait que les bébés écartent leurs dents de devant en suçant leur pouce et cette disposition dentaires s’appellerait ainsi parce que sucer son pouce est un vrai bonheur pour les bébés.

00:0000:00

Read Full Post »

L’atelier du Père Noël

- Oui, Laurie? Qu’est-ce qui se passe? - C’est Lisa, elle vous appelle. Elle n’est pas très bien. - Oh là là. Excusez-moi, il faut que j’aille m’occuper de Lisa. Laurie, ça vous embêterait de prendre la suite? - Non, pas du tout. - Je vous laisse le micro. - Donc, aujourd’hui, avec Laetitia, nous avons joué au Père Noël. Ce matin, pendant que les filles étaient à l’école et que Lisa faisait la sieste, nous avons pris la pile de cadeaux et nous avons commencé à faire les paquets. Notre temps était compté. Et il fallait faire vite, avant que les filles ne rentrent de l’école. Nous avons enchaîné les emballages de cadeaux. Lorsque nous arrivions aux derniers paquets, nous avons entendu des voix dans l’escalier. C’était les filles! Vite, nous avons rangé tous les cadeaux dans un grand carton et nous l’avons poussé jusque dans la chambre pour le cacher. Ouf! Juste à temps. Les filles n’ont rien vu et le secret du Père Noël est bien gardé!

00:0000:00

Read Full Post »

Papier de verre

Ce matin, j’ai demandé à Jacques s’il pouvait m’apporter sa ponceuse afin que je me lance dans la rénovation de ma table basse d’occasion. -    D’accord, je passerai demain dans l’après-midi. Il te faut du papier de verre, j’imagine. -    Oui, mon père m’a conseillé de d’abord utiliser un papier à gros grains et ensuite quelque chose de plus fin. -    Il faudra que je t’en achète car il ne me reste plus rien. -    Ne t’embête pas, je pourrai aller en acheter. -    Cela ne m’embête pas, en plus j’ai une course à faire à côté du magasin de bricolage. Quand voudrais-tu que je passe? -    En fin d’après-midi. -    D’accord. - Ah, excusez-moi. On sonne à l’interphone. C’est Jacques. - Bonjour, Jacques. Je ne t’attendais pas si tôt. J’étais en train d’enregistrer mon podcast. - Ah, bonjour! - Je te fais la bise. - Voilà ça c’est la ponceuse.  J’ai trouvé du papier de verre. - T’as trouvé du papier de verre. Oh, tu es vraiment trop sympa. Ok. - Oui, oui. Et puis comme on était pas loin de la pâtisserie, j’ai pris des gâteaux. J’ai pris deux éclairs au chocolat pour les filles. Et pour toi, tu vas voir, c’est une surprise. - Oh, mais il ne fallait pas! - Mais si, mais si. Tu es gourmande, moi aussi. - Ecoute, alors, comme j’étais en train d’enregistrer mon podcast, je crois que je vais arrêter et qu’on va aller manger les gâteaux. - Très bonne idée.

00:0000:00

Read Full Post »

Micaela vous parle

Avant que les filles n’aillent se coucher, j’ai sorti mon matériel pour l’enregistrement de ce podcast. Micaela, très observatrice, a tout de suite repéré le micro sur mon bureau. -    Oh, maman, c’est le micro de ton podcast? Je peux parler dedans? -    D’accord. Tu vas te brosser les dents et après tu pourras dire bonjour à mes auditeurs. Je pense que ça leur fera plaisir! Tu sais que c’est l’anniversaire du podcast, il a quatre ans. Micaela s’est bien appliquée au brossage de ses dents et nous avons fait un petit enregistrement. Elle a trouvé cela amusant de parler dans le micro et était complètement stupéfaite d’entendre ensuite sa voix sortir de l’ordinateur. Felicia aussi voulait parler, mais elle est un peu trop jeune. Voici donc Micaela qui vous parle. Bonjour, je m’appelle Micaela, j’ai cinq ans. Ma petite sœur, elle s’appelle Felicia, elle a trois ans. Mon histoire préférée, c’était l’histoire de mon anniversaire. Au revoir Madame! A bientôt!

00:0000:00

Read Full Post »

Anniversaire

frenchcake.jpg

Je n’ai encore jamais fêté l’anniversaire du podcast, pourtant en cette fin d’année, le podcast va fêter ses 4 ans ! 4 ans que je vous raconte trois fois par semaine un petit bout de ma journée. Sachez que j’y prends toujours autant de plaisir ! Je suis la première surprise de la longévité du podcast, du nombre de textes écrits en quatre ans, plus de 500, et surtout du nombre d’auditeurs (en moyenne 5000 auditeurs par épisode). Et puis, il s’est passé tant de choses en 4 ans. Lorsque j’ai commencé One thing in a French day, ma fille, Micaela avait tout juste un an. Aujourd’hui, je suis maman de trois filles. Il y a eu aussi en 4 ans, beaucoup d’échanges avec vous, mes chers auditeurs. Ces échanges toujours sympathiques et touchants sont un véritable moteur pour moi. Il y aussi eu la rencontre à Londres. Quel souvenir ! Voilà, j’ai envie de vous dire merci. Si je fais un peu partie de votre vie à travers ces petits textes sur la vie quotidienne en France, eh bien, vous aussi vous faites partie de ma vie grâce à votre écoute, à votre présence, à vos messages et à vos commentaires. Je vous propose donc de fêter cet anniversaire avec moi. A partir de la semaine prochaine, il y aura quelques surprises en ligne. Je vais d’ailleurs pour l’occasion créer un compte Twitter, pour que vous puissiez suivre la fête. C’est aussi le moment de vous annoncer la création de la boutique de One thing in a French day. Mon super papa vous a préparé cinq objets aux couleurs du podcast : un tablier, une horloge, un mug, un tapis de souris et un sac en tissu. Ce n’est qu’un début ! Mais je suis tout heureuse de jouer à la marchande ! Vous trouverez l’adresse de la boutique sur le site du podcast. Vous avez aussi été plusieurs à me demander comment acquérir mon petit livre sur le vin bilingue français-anglais. Le vin en anglais, c’est son titre, est un guide de conversation pour les professionnels du vin, mais si vous êtes amateur, vous y trouverez en français et en anglais tous les termes de la dégustation, du service du vin, etc. Il est disponible sur le site www.cafe-anglais.fr Bon, et si nous passions, aux cadeaux que vous pourriez faire au podcast ! J’ai fait une petite liste. -    J’aimerais un beau nuage de tags. Vous savez ces mots clés qui servent à améliorer la visibilité d’un site. Pour cela, cela m’aiderait beaucoup si vous pouviez me suggérer des mots clés pour le podcast. Par exemple, ceux que vous avez utilisés pour trouver One thing in a French day sur Google... Dans toutes les langues que vous parlez. Pour me proposer vos mots clés, utilisez la fonction commentaire de cet épisode directement sur le site. -    Un beau cadeau serait aussi des commentaires sur l’iTunes Music Store, c’est aussi pour moi un moyen de savoir que vous appréciez le podcast. -    Enfin, j’aimerais mieux vous connaître, alors pourquoi ne pas m’envoyer un petit mot d’anniversaire en parlant de vous. J’ai créé un onglet anniversaire sur le site. Voilà, je vous dis à très vite.

00:0000:00

Read Full Post »

La nouvelle table basse

tablebasse.jpg

Nous sommes mercredi aujourd’hui et comme vous le savez, il n’y a pas d’école le mercredi. Les filles étaient donc à la maison. Ce matin, nous avons attendu que Lisa se réveille pour sortir faire quelques courses dans le froid glacial. Les filles ont donc profité de la sieste de leur sœur pour jouer avec un jeu de Playmobil que Micaela a reçu pour ses 5 ans. J’étais assise à mon bureau et je les regardais jouer sur notre nouvelle table basse. Je suis vraiment ravie de cette table ! Depuis que nous sommes allés à Trégastel et que j’ai vu comment les filles s’appropriaient la table basse pour dessiner et jouer, je m’étais mise en tête de leur acheter une table à leur hauteur, où elles pourraient s’installer et qui nous servirait, accessoirement de table basse pour les apéritifs ou goûters. Je l’ai cherchée partout cette table ! Partout, d’accord, j’exagère ! Disons que j’ai fait le tour des possibilités autour de chez moi et sur Internet. Rien ne me plaisait vraiment. Puis, inspiration, je suis allée faire un tour sur Le bon coin, un site d’annonces en ligne dont le principe est simple. On choisit les annonces en fonction de la localisation géographique du vendeur. C’est ainsi que, la semaine dernière, j’ai repéré quatre tables basses d’occasion susceptibles de me plaire. Finalement, vendredi, j’ai acheté une table de la même collection que d’autres meubles de mon salon, une aubaine, et elle n’est ni trop petite, ni trop grande. Nous sommes allés la chercher en voiture, mon mari et moi, vendredi soir. En plus, je l’ai payée une misère. Par contre, il y a un peu de travail, le plateau en pin massif a souffert. Mon père m’a conseillé de le poncer et de le vernir à nouveau. Jacques aussi, il m’a d’ailleurs proposé de me prêter sa ponceuse. J’ai encore un peu de mal à m’imaginer en bricoleuse, mais après tout, pourquoi pas ?

00:0000:00

Read Full Post »

Autour du cèdre

Ce soir, alors que je rentrais de l’école avec les filles, nous sommes tombées dans la résidence sur un voisin, monsieur P. Il était en train de mettre des protections aux jeunes oliviers en pot qui encadrent les trois entrées de notre bâtiment. Ce monsieur fait partie du conseil syndical et s’occupe beaucoup de l’entretien de la résidence. Je passais simplement en disant « bonsoir », un peu pressée de rentrer à la maison me réchauffer, mais Micaela ne suivait pas. Elle était restée à observer notre voisin. Je suis revenue en arrière. -    Qu’est-ce que fait monsieur T. Aux arbres ? Il les décore pour Noël ? -    Non, je pense que c’est une couverture pour les protéger du froid, du vent et de la neige qui va bientôt tomber. -    Ah, c’est joli quand même. Monsieur T. Nous écoutait en souriant. Puis il m’adressa la parole. -    Dites-moi, j’en profite pour vous poser la question. Que pensez-vous de la taille du cèdre ? -    J’en suis très heureuse ! L’appartement est beaucoup plus clair et je crois que ça a fait beaucoup de bien à l’arbre. Je le regardais justement de loin et je le trouvais comme rajeuni. Déjà, la dernière fois la taille lui avait fait beaucoup de bien. -    Ah, j’en suis content ! J’ai demandé à l’élagueur de lui faire une belle toilette. Je sais que certains se plaignaient des branches trop longues. Par contre, je vous posais aussi la question parce que je viens de me faire incendier par madame L. -    Ah bon ? -    Oui, elle m’a dit « comment avez-vous osé faire couper toutes ces branches ! C’est une honte ! Vous n’avez donc aucun respect pour la nature ? » -    Oh là là ! Je savais qu’elle était intervenue la dernière fois pour qu’on ne coupe pas trop l’arbre, mais je pense qu’il en avait vraiment besoin. Comme m’a dit mon mari, heureusement que Madame L n’était pas là quand on a taillé l’arbre ! Monsieur T a bien ri. Nous sommes rentrées à la maison. Maintenant, je file sur Internet me renseigner sur la taille des cèdres, il faudra que j’aie des arguments pour défendre mon point de vue la prochaine fois que je croiserai madame L.

00:0000:00

Read Full Post »