Feed on
Posts

Archive for August 2009

Le départ du ferry

Cet après-midi, nous sommes allés voir le ferry partir. Il y a une liaison quotidienne entre Dieppe et New-Haven en Angleterre. Le ferry arrive d’Angleterre vers 14 heures et repart à 18 heures. La traversée dure quatre heures d’après ce que j’ai lu sur une documentation de l’Office du Tourisme. Ce n’était pas pas la première fois que nous assistions à son départ. Mais, Micaela ma grande fille ne se lasse pas du spectacle. Il faut dire que c’est un bateau assez impressionnant par sa grande taille. Nous nous installons sur la digue pour assister au départ. On voit bien les différents étapes se dérouler. Tout d’abord, il y a la mise en route des moteurs, euh, des machines comme on dit sur un bateau. Une fumée noire sort d’une des quatre cheminées, puis une deuxième machine est mise en route, deuxième fumée noire. Ensuite, on entend le bruit de la fermeture des portes arrières, celles par lesquelles les camions et les voitures montent à bord. ça fait grand bruit métallique qui raisonne dans le port. Enfin, les trois amarres avant sont larguées les unes après les autres. C’est à ce moment-là que la sirène du bateau retentit, faisant invariablement sursauter mes filles! Puis les propulseurs d’étraves, qui permettent au bateau de se déplacer latéralement, se mettent en route et le navire quitte le quai. Les remous créés par le bateau remuent la vase et les mouettes s’en donnent à cœur joie pour plonger dans l’eau et ramener quelques bricoles  à manger. Le bateau après s’être suffisamment éloigné du quai, se met à tourner sur place. C’est impressionnant car à ce moment-là il est juste en face de nous et l’instant d’après il nous présente son côté. On découvre alors les ponts du bateaux et les passagers. Il y a des gens qui font signe et nous leur répondons en faisant signe aussi. Micaela adore ce moment là. Elle fait de grands coucous en agitant les bras au dessus de sa tête. Puis, elle s’écrie : “Oh, j’ai envie de prendre le ferry! Quand est-ce qu’on va en Angleterre?”. Je lui réponds, “on ira quand tu seras plus grande”. Et le ferry quitte le port.

00:0000:00

Read Full Post »

Il y a Dieppe un fort attachement au Canada lié à la Seconde Guerre Mondiale. Le 19 août 1942 avait lieu l’opération Jubilee, le premier débarquement des alliés en France. Les pertes furent énormes surtout pour les soldats canadiens, tous volontaires pour l’opération. La ville ne les a pas oubliés et aujourd’hui, jour anniversaire du débarquement, de nombreux drapeaux canadiens étaient accrochés aux fenêtres de la ville. Un autre événement avait lieu également aujourd’hui à Dieppe : l’arrivée de la Solitaire du Figaro, une course de bateaux (des petits voiliers tous identiques sur lesquels naviguent un skipper), en petites étapes de quelques jours entre la France, l’Espagne, l’Irlande et l’Angleterre. Une cinquantaine de skippers participait. Ils étaient partis de Lorient en Bretagne le 28 juillet dernier. La course a lieu tous les ans  et c’est un événement sportif très suivi par les Français. A Dieppe, leur arrivée était organisée depuis plusieurs jours. Sur le quai Henri IV, nous avons vu pousser comme des champignons de grandes tentes blanches pour accueillir le staff de la course, les sponsors, une petite station météo, des animations diverses dont un bassin pour modèles réduits de bateaux (ça a beaucoup plu à ma grande fille). Malheureusement,  je n’ai pas pu assister à l’arrivée car c’était l’heure de la sieste et mes filles dormaient. J’ai entendu de chez moi les nombreuses sirènes de bateau accueillir le vainqueur. Mais mon père était sur la jetée et il a vu passer les bateaux. C’est lui qui a pris la photo du vainqueur qui illustre ce podcast. Un vieux dieppois était à côté de lui et lui faisait ses commentaires. Il s’est bien amusé. Michel Desjoyaux, le vainqueur du dernier Vendée Globe, participait à la course. En fin d’après-midi, nous sommes passés sur le port admirer les bateaux. C’était très jolis tous ces bateaux, les uns à côtés des autres sur les pontons, décorés d’une multitude de petits drapeaux colorés.

00:0000:00

Read Full Post »

Criel-sur-mer

Criel-sur-mer Cet après-midi, il faisait super beau après la sieste. Nous avons décidé d’aller faire un tour en voiture. Nous sommes partis en direction du nord. Au lieu de remonter la côte et de prendre la route de Fécamp, nous avons traversé le fameux pont Ango, celui que se lève pour laisser passer les bateaux, et le pont tournant. J’avais indiqué à mon père la station balnéaire de Criel-sur-mer à vingt-cinq kilomètres de Dieppe. La campagne est très jolie par ici. C’est très vert et assez plat. Il y a pas mal de prés avec des vaches ou des moutons, mais aussi beaucoup de champs. Comme c’est la saison des foins, on voit pas mal de grosses machines dans les champs qui se retrouvent ensuite décorés de gros cylindres de foin. Je crois qu’on appelle ça des rounds. Alors, bien sûr, on se retrouve parfois coincé sur la route derrière un tracteur qui roule à 40 à l’heure les voitures doublent chacune leur tour. Nous n’en avons eu qu’un seul à l’aller. En route, nous avons aussi vu beaucoup d’éoliennes. Elles ont beaucoup impressionné Micaela qui se demandait si des gens les habitaient. Elles tournaient toutes à la même vitesse, par groupe de trois ou quatre. A proximité de Criel-sur-mer, il y en avait une série qui ne marchait pas. Cela fait bizarre, comme si tout était subitement arrêté. Après une descente à travers bois, nous sommes arrivés à Criel. C’était magnifique! Le soleil donnait à la mer une couleur entre le bleu pâle et le vert clair. La station est nichée dans un creux entre deux falaises. Il y avait peu de monde sur la plage. Nous nous sommes installés sur un petit carré de sable au milieu des galets et les filles ont pu jouer avec leurs seaux et pelles. Alors que nous avions décidé qu’il était l’heure de rentrer, deux parapentes sont doucement venus se poser sur la plage.

00:0000:00

Read Full Post »

goélands dieppois

Les goélands Dieppois La nuit dernière, j’ai eu une petite période d’insomnie, de quatre heures du matin à environ cinq heures trente. Quand je me suis réveillée, je ne savais plus où j’étais. Il m’a fallu quelques instants pour reprendre mes esprits. Ah, oui, je suis à Dieppe! Je suis restée quelques minutes dans le noir. Il n’y avait aucun bruit. Ce silence m’a fait une drôle d’impression car ici les goélands sont hyper bavards. Ils crient à longueur de journée, seuls ou en bande, en vol ou bien posés sur les cheminées des toits. ça fait un boucan infernal parfois. Et puis, ce ne sont pas des chanteurs nés. Ils s’égosillent et nous cassent les oreilles. Je me demande bien ce qu’ils peuvent se raconter. On dirait parfois qu’ils rigolent après avoir entendu une bonne blague bien grasse. A Perros, les goélands sont beaucoup plus calmes. Ici, on les entend même au téléphone. J’étais au téléphone hier soir avec mon mari quand quelques goélands sont passés au dessus de la cabine téléphonique, en criant, bien sûr, et couvrant presque ma voix. Je suis certaine que vous les avez entendus alors que je vous parlais. Bref, cette nuit, je pensais avoir découvert que les goélands finissaient par se taire la nuit et dormir comme tout le monde. Voyant que je ne me rendormais pas, j’ai allumé la lumière et j’ai pris mon livre - je lis un roman de Magdalen Nabb qui se passe à Florence. Le héros du livre, l’adjudant Guarnaccia, était en train de réfléchir à son enquête en regardant par la fenêtre de son bureau quand tout à coup un concert de cris suraigus a commencé : les goélands Dieppois chantent donc même la nuit. Sans doute un chalutier au filet rempli de poissons venait-il de rentrer au port!

00:0000:00

Read Full Post »

A la piscine

A la piscine Mon père est venu nous rejoindre pour quelques jours. C’est super! Mes filles sont ravies et moi aussi. Aujourd’hui, tout le monde s’est réveillé un peu tard de la sieste. Il était trop tard pour partir quelque part en voiture. Ma grande fille m’a demandé si nous pouvions aller à la piscine. Après tout, pourquoi pas? Il y a au bout de l’immense plage de Dieppe, au pied du château, un centre aquatique très agréable, avec des bassins couverts et des bassins extérieurs où l’on peut faire des longueurs, où les enfants peuvent jouer dans des bassins peu profonds et même un espace pour les tout-petits (une pataugeoire). Mon père est parti se promener le long de la plage avec la plus jeune de mes filles et ma grande fille et moi sommes donc allées nous baigner. Autre détail concernant cette piscine, on se baigne dans de l’eau de mer! Bien sûr, elle est traitée, mais lorsqu’on prend la tasse, l’eau est salée. C’est surprenant. Nous avons mis nos maillots dans une cabine et nous avons laissé nos affaires dans un casier automatique, un peu comme dans une consigne. Nous avons pris une douche, c’est obligatoire, et nous avons trempé nos deux pieds dans le pediluve. C’était la première fois que ma fille allait à la piscine. Elle était à la fois très excitée et sur ses gardes. Je lui ai passé des brassards gonflables autour des bras et un maître-nageur nous a remis une ceinture avec des flotteurs. Ainsi équipée, je l’ai emmenée dans le bassin de 60 cm de profondeur. Au début, elle ne voulait pas lâcher le bord, puis elle a vu une petite fille de son âge que sa mère tirait dans l’eau. Elle a voulu faire pareil et c’était parti pour une heure de piscine. Je suis ressortie épuisée et elle pense déjà à la prochaine fois qu’elle ira nager à la piscine. Car Micaela est persuadée qu’elle nage!

00:0000:00

Read Full Post »

La maison de pêcheur

Me voici donc à Dieppe et à nouveau j’ai des problèmes avec Internet. Ce sera un été malchanceux pour mes podcasts. J’ai en effet fait l’acquisition d’une clé 3G pour pouvoir mettre en ligne mes fichiers audio, mais dans la maison de pêcheur que j’ai louée pour le mois d’août il n’y a pratiquement pas de réseau. Je vais donc confier chaque semaine un CD à mon mari et c’est lui qui, une fois rentré à Paris, mettra en ligne les fichiers. A propos, j’ai mes billets pour Londres! Le pique-nique aura lieu le samedi 19 septembre prochain! J’espère que mes auditeurs anglais pourront faire le déplacement, je serais très heureuse de pouvoir vous rencontrer. Mais nous en reparlerons en temps voulu, dès que je serai rentrée, afin de mettre au point les détails pratiques du rendez-vous. Je suis donc à Dieppe, dans une maison du centre historique, à deux pas du port. Pour me rendre dans le centre, je longe les quais du port de plaisance, bordés d’une file de restaurants colorés, ayant tous pour spécialité principale les moules frites (c’est-à-dire accompagnées de pommes de terre frites). Le soir, lorsque la nuit est tombée, les voiliers et bateaux à moteurs des plaisanciers baignent dans la douce lumière jaune de l’éclairage du port. C’est joli et presque féerique. Il y a sur le quai de hautes maisons colorées datant du XVIIe siècle. Les chalutiers qui entrent et sortent du port passent au fond du port de plaisance et les plus gros d’entre eux nécessitent que le pont Ango soit levé. Il y a également un pont tournant, ce sont des manœuvres impressionnantes à regarder. La Grande Rue, la principale artère commerçante, part du port pour s’enfoncer dans la ville. J’ai déjà trouvé un bon boulanger et un bon boucher. Le mardi et le jeudi, il y a un petit marché sur une place près du port où j’ai acheté d’excellents produits, dont des fraises locales et du poisson frais absolument délicieux. Les maisons et les immeubles sont très souvent en briques, ce qui me donne souvent l’impression d’être dans une ville anglaise. Le soir, il y a le départ du ferry. Il actionne sa sirène pour signaler qu’il quitte le port. Il y a une liaison entre Dieppe et New-Haven en Angleterre. De la fenêtre de ma chambre, je peux distinguer une partie de l’immense navire lorsqu’il est à quai. Tout cela ma plaît beaucoup, mais je n’ai pas encore trouvé une bonne librairie!

00:0000:00

Read Full Post »