Feed on
Posts

Archive for April 2009

Des montagnes de questions

Le mercredi, les enfants ne vont pas à l’école. Ce matin, ma fille avait envie d’écouter de la musique. Je lui ai proposé d’écouter des chansons que j’aime bien. J’ai réussi à mettre la main sur quelques CD (vous vous souvenez que Felicia a réorganisé ma bibliothèque de CD?) dont Fantaisie militaire d’Alain Bashung. Cela faisait une éternité que je ne l’avais pas écouté. Je voulais le faire plus tôt parce qu’il est mort il y a seulement quelques semaines alors que, malade, il donnait encore des concerts. J’avais aussi lu quelques jours avant d’apprendre sa mort une interview de lui très émouvante dans Télérama. Son dernier album Bleu Pétrole a eu beaucoup de succès et Alain Bashung a reçu trois victoires aux dernières victoires de la musique : meilleur interprète masculin, meilleur album et meilleur spectacle. Il détient ainsi le record du nombre de victoires. J’ai glissé le CD dans la platine et les premières notes de La nuit je mens ont envahi la pièce. Ecouter cette chanson que je n’avais pas entendue depuis plusieurs années m’a ravi comme lorsqu’on arrive en vacances, que l’on descend de voiture et que la mer est là comme dans notre souvenir, mais nouvelle et odorante. Nous l’avons écoutée deux fois. A l’époque où cette chanson était diffusée sur toutes les radios, je n’habitais pas cet appartement, je n’avais pas d’enfants, je passais mes journées à courir Paris.
- Une autre chanson! a demandé ma fille.
Nous sommes passées à Luz Casal dans la B.O. du film Talons Aiguilles de Pedro Almodovar, Un ano de amor! Encore des souvenirs!

Read Full Post »

La première hirondelle

La semaine dernière, j’étais donc à Lyon. Enfin, pas vraiment, j’étais à Venissieux, dans la banlieue lyonnaise. Notre petit séjour dans ma belle-famille s’est bien passé.
J’espérais découvrir à notre retour que les hirondelles étaient bien arrivées. Mais je ne les ai pas vues. Lundi matin, rien non plus. Pourtant, j’ai bien observé. Je ne sais pas pourquoi mais leur retard commençait à me rendre nerveuse. Je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était peut-être la fin, qu’elles ne viendraient peut-être plus jamais. En fin d’après-midi, j’ai eu mon amie Michelle au téléphone pour organiser un cinéma ce soir. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui demander si elle avait vu des hirondelles de chez elle.
- Non, je ne les ai pas vues, m’a-t-elle répondu.
L’heure du dîner est arrivé. Micaela a demandé à ce que je m’assoie à côté d’elle soit pile en face de la fenêtre. Nous étions en train de manger quand j’ai vu passer devant la fenêtre une petite forme noire. Mes yeux l’ont automatiquement suivie et sur le ciel bleu j’ai bien reconnu la forme d’un martinet!
- Une hirondelle! me suis-je exclamée.
- Une ‘rondelle? a demandé ma fille, où ça?
- Là, elle vient de passer, vous ne l’avez pas vue?
Personne à par moi ne l’avais vue. Nous avons tous regardé le ciel pendant quelques minutes, même notre bébé observait avec curiosité. Aucune autre hirondelle n’est passée.
Finalement, nous avons continué notre repas. Après le dîner, j’ai fait un tour sur Internet et j’ai découvert un site très intéressant où des passionnés font part de leurs observations concernant les hirondelles et les martinets. Si je l’avais regardé plus tôt, j’aurais sû que les hirondelles étaient déjà arrivées depuis le 19 mars dans certaines régions.

Read Full Post »

Welcome to Podbean.com. You can edit this post by clicking "Manage" Tab then "Posts" sub-Tab after you log into your Podbean Dashboard. Podbean.com provides an all-in-one service for video and audio podcast/blog. You can customize your podcast/blog site on mouse clicking, see where your audiences come from on a geographic map powered by Google, moderate your comments with a built-in anti-Spam filter, easy to customize your iTunes podcast page in the iTunes preview page. Learn more at http://news.podbean.com. Have question ? Check out Podbean.com FAQ. Happy Podcasting!

Read Full Post »

Adieu tartelettes

Je suis encore sous le choc. Mais il faut que je vous raconte tout depuis le début. Aujourd’hui, ayant enfin mis un point final à ma compta, j’ai décidé de m’offrir en récompense une tartelette aux fraises de ma pâtisserie préférée. Vous savez, celle qui est à vingt minutes à pieds de chez moi. J’ai convaincu Micaela de m’accompagner sans maugréer en lui faisant miroiter un beau pain au lait. Nous voilà donc parties pour traverser la ville. On en profita pour chanter quelques chansons dont notre chanson favorite du moment : “La mare à Toto”.
Enfin, nous arrivons à la pâtisserie. Je comptais déjà mentalement le nombre de baguettes tradition que j’allais acheter, hésitant entre deux ou trois. Nous rentrons dans le magasin. Y a-t-il des tartes aux fraises? Oui. Tiens, c’est nouveau, ils mettent de la pistache maintenant. Oh! Mais c’est une nouvelle présentation.
- Que désirez-vous Madame?
Je passe ma commande, remarquant que je n’avais jamais vue cette vendeuse et que toutes les vendeuses d’ailleurs m’étaient inconnues et portaient une nouvelle tenue.
Je m’approche de la caisse. Tiens, ce n’est pas la patronne. Tiens, les tradi n’ont pas la même tête que d’habitude. La dame à la caisse se comportait comme la patronne. Mais où était donc Madame Berquier, la vraie patronne? Je payai et on me tendit un paquet sur lequel était inscrit un autre nom. Je mis quelques instants à réaliser. La pâtisserie avait changé de propriétaires! Quoi! Fini les palmiers succulents, les tartes aux fraises à tomber par terre, les tradi avec leur léger goût de farine de maïs... Oh là, pour le coup, je suis triste. En illustration de ce podcast, la tarte aux fraises que j’avais achetée pour le pique-nique “One thing in a french day” l’année dernière. Celle que j’ai acheté chez les nouveaux propriétaires ne lui arrive pas à la cheville.

Read Full Post »

Nouveau passeport

Il y a quelques jours, j’ai reçu par la poste un courrier m’avisant que mon nouveau passeport était à ma disposition à la mairie annexe. La mairie annexe est à cinq minutes à pieds de chez moi. C’est là qu’il y a quinze jours environ j’ai déposé ma demande de renouvellement de passeport. Il faut un certains nombre de documents pour accompagner la demande : copie d’extrait de naissance, photocopie du livret de famille, justificatifs de domicile et deux photos d’identité. Maintenant, plus question de sourire sur les photos destinées au passeport : il faut être sérieux et avoir le visage bien dégagé. Ah, que je déteste cette photo de moi comme ça! Mon dossier était complet.
Pourquoi ai-je besoin d’un passeport? Pour voyager hors d’Europe, imaginez-vous. Eh bien, même pas. C’est pour obtenir auprès de l’administration américaine un numéro des impôts qui me permettra de vendre sur Amazon.com mon livre regroupant les podcasts. J’avais fait une première demande de numéro ITIN il y a plusieurs mois, les documents que j’avais fournis étaient tous certifiés conformes et faisaient partie de la liste des justificatifs demandés par l’administration américaine. Mais, ma demande a été rejetée. On m’a indiqué dans le courrier m’informant de cette décision que le passeport était la plus simple des pièces à fournir. Voilà pourquoi j’ai fait cette demande. Maintenant, il faut que je remplisse à nouveau cet obscur formulaire. Les documents administratifs ne sont en général pas simples, mais dans une langue étrangère cela demande encore plus de concentration.

Read Full Post »

Les cloches de Pâques

Ma grande fille a bien compris que des cloches volant dans le ciel et revenant de Rome, déposaient sur leur retour des friandises en chocolat et parfois, pour les enfants très sages, un petit cadeau.
Personnellement, j’ai vu les cloches de Pâques. Une fois quand j’étais petite. Je les revois très bien volant dans le ciel. Il faisait très beau ce jour-là. Elles étaient deux volant en formation serrée. Lorsqu’elles eurent disparu et que j’eus baissé les yeux, je vis à mes pieds (j’étais sur le balcon) un petit parapluie en plastique transparent avec un liseret rouge. Exactement celui que je rêvais d’avoir!
C’est un peu ce qui s’est passé pour Micaela. Je l’ai appelée dimanche matin.
- Vite, viens voir Micaela! Les cloches sont là! Vite!
Nous avons tous couru jusqu’à la fenêtre du salon, mais trop tard. Les cloches étaient déjà parties. C’était mignon de voir Micaela qui les cherchait du regard. Puis, elle s’aperçut qu’il y avait des boîtes sur le balcon.
- Oh! Regarde Maman, les cloches ont laissé des cadeaux! Est-ce qu’il y en a un pour moi?
- Oui, là, il y a écrit ton nom sur cette boîte.
- Oh, c’est une cloche en chocolat! Merci les cloches!
Un peu plus tard dans la journée, j’ai envoyé un email à mon amie espagnole Teresa lui racontant qu’on s’était bien régalé avec les chocolats laissés par les cloches.
Elle m’a répondu ce matin. Elle dit qu’elle ne comprend pas cette histoire de cloches qui apportent des chocolats. Elle a dû nous trouver bien bizarres si les cloches n’apportent rien en Espagne!

Read Full Post »

Emplettes de Pâques

Hum, je ne rêvais que de cela depuis que j’ai découvert ce chocolatier à deux stations de train de chez moi : acheter les chocolats de Pâques. J’y suis allée ce matin avec ma petite fille. La petite boutique était remplie à ras bord d’œufs, de poules, de lapin, de poissons, de cloches en chocolat blanc, noir ou au lait, ornés de rubans ou décorés de nougat. Posés les uns à côté des autres sur les étagères du magasins ils faisaient un de ces tintamarres dans ma tête!
- Alors, que vais-je choisir pour Micaela?
- Cot cot cot, choisis une poule, me crièrent les poules! Nous sommes bien garnies et tu auras des œufs en pralinés!
- Ding dong, ne les écoute pas! Prends une cloche et en nous dégustant tu nous verras voler dans le ciel!
- Blup blup, un poisson! Pêche un poisson de Pâques et tu auras dans tes filets la plus croquante des fritures!
- Non, c’est un œuf que tu dois choisir, me cria un œuf de Pâques, dangereusement perché en hauteur. Je suis le plus beau, regarde comme ma forme est parfaite! Tu fondras de bonheur en me croquant.
- Madame, madame! C’est à vous me dit le chocolatier en personne, faisant taire la basse-cour.
- Oui, euh, je voudrais des sujets de Pâques.
- Ah, oui, tout ce que vous voulez!
Etais-je la seule à entendre la basse-cour ou bien le chocolatier avait-il un regard complice? Je suis ressortie avec un gros sac!

Read Full Post »

Il y a quelques semaines, je croyais enfin tenir l’explication de l’intérêt très prononcé de ma petite Micaela pour les singes. En effet, en l’accompagnant jusqu’à sa classe j’avais remarqué sur le bureau de la maîtresse un livre avec un singe en couverture.
- Ah, c’est sans doute à cause de ce livre que Micaela me parle autant des singes! ai-je dit à la maîtresse.
- Non, je ne crois pas, me répondit-elle, car je n’ai reçu ce livre que ce matin.
- Ah. Cela doit venir d’autre chose alors.
- Ou bien c’est un goût personnel! me dit la maîtresse.
“Un goût personnel”, ça m’a bien plu comme explication.
Nous avons donc décidé, mon mari et moi, d’emmener Micaela voir de vrais singes et nous nous sommes rendus ce matin à la ménagerie du Jardin des plantes dans le cinquième arrondissement. C’est un endroit qui m’a bien plu. Il n’y avait pas la tristesse que l’on ressent parfois dans les zoos. Tous les habitants de la ménagerie avaient l’air bien chez eux. Enfin, ceux que nous avons pu croiser car notre visite a été rapide ; nous avions peu de temps. Nous avons passé une bonne demi-heure devant les ouran-outangs. Micaela était médusée, debout devant la vitre, la bouche ouverte, totalement absorbée par la comtemplation d’une maman oran-outang. Jusqu’à ce que son fiston fasse le clown avec un bidon d’eau, se déplaçant agilement de corde en corde.
- Oh, le singe, regardez! Regardez!
Sur le chemin de la sortie, nous avons vu des yaks, des chèvres des montagnes (très grandes, blanches au poil long, absolument majestueuses), des flamants roses et des wallabees. Nous reviendrons, c’est sûr.

Read Full Post »

Les bonnes femmes pas sympas

J’adore mon quartier! Je vois des arbres partout de chez moi. Il y a des oiseaux, comme par exemple cette pie qui chante sur une branche de l’arbre que je vois du salon au moment où j’écris ce texte. J’ai des voisins super sympas dont je vous parle régulièrement. Mais c’est un quartier qui s’embourgeoise. Les parisiens viennent y acheter une maison, se barricadent derrière des grilles aveugles et se promènent en 4x4 aux vitres fumées. Et puis, il y a cette bande de bonnes femmes pas sympas que l’on retrouve partout dès qu’on a des enfants. Avec ma copine Caroline, on en parle souvent, en rigolant d’être si commères! Vous voulez savoir comment elles se comportent ces bonnes femmes pas sympas? En voici un exemple tout frais de ce matin.
Après avoir accompagné Micaela à l’école, le mardi, je dépose Felicia à la garderie. Sur le parking à poussettes, j’ai croisé ce matin une de ces BFPS les bras chargés d’un immense moule à tarte. Je ne sais pas quelle mouche m’a piquée, je lui ai adressé la parole en souriant.
- Ah! Il y a de l’anniversaire dans l’air! lui ai-je dit.
- Non, non, ce n’est pas pour ici, m’a-t-elle répondu sèchement.
Et elle s’en va donnant la main à sa petite fille.
Je la suis, Felicia dans les bras. Elle ouvre la porte de la garderie. Vous savez c’est une de ces portes qui se referme toute seule dès qu’on la lâche. Je m’attendais à ce qu’elle me tienne la porte. J’étais juste derrière elle, c’était quand même la moindre des politesses. Et paf! La porte se referme devant mon nez. Sympa, non? Je la retrouve à l’intérieur minaudant.
- Regardez ma belle tarte aux poires!
Elle aurait mérité, comme me l’a suggéré par la suite Caroline, que je lui fasse un croche-patte, que sa tarte aux poires se retrouve par terre et que je lui dise “ce n’est pas grave. Ce n’est pas pour ici!”.

Read Full Post »

Vous vous souvenez que j’avais remarqué la semaine dernière des religieuses appétissantes dans une boulangerie? Eh bien, ça m’a donné une idée. J’ai proposé à mes amies et voisines Caroline et Alexandra de faire une dégustation de religieuses au chocolat. Nous avons organisé cela cet après-midi. Ce matin, nous sommes allées nous approvisionner dans différentes boulangeries du quartier. J’en ai pour ma part acheté trois différentes. C’était très amusant de rentrer dans la boulangerie et trois fois de suite de demander le même gâteau, l’air de rien.
A quinze heures, nous nous sommes réunies chez moi. Nous avons tout d’abord noté l’emballage. ça compte aussi. Caroline s’est chargée d’ouvrir les quatre paquets et nous avons découvert notre butin. La dégustation proprement dite pouvait commencer. Nous avons d’abord soigneusement noté le prix et le poids de chaque religieuse. Première constatation : plus le prix augmente, plus la religieuse se fait légère. Ainsi, la plus lourde était aussi la moins chère. Nous avons découpé chaque religieuse en quatre ou en d’autres mots, nous avons fait un massacre de religieuses car ce n’est pas le plus aisé des gâteaux à découper. Puis, chacune de nous a goûté un morceau. En silence, bien concentrées sur notre tâche, nous avons observé, dégusté et pris des notes. Quand toutes les assiettes furent vides, nous nous sommes regardées.
- Alors? a demandé Caroline.
- Pour moi, il n’y en a aucune de franchement bonne, ai-je annoncé.
Alexandra pour sa part n’en avait apprécié qu’une seule.
Les notes moyennes n’ont guère dépassé cinq sur dix. Le bilan : pâte à chou insignifiante, crème au chocolat sans goût et beaucoup trop de sucre. La quête des religieuses continue.

Read Full Post »