Feed on
Posts

Archive for December 2008

Repas de Noël

Hier, nous sommes rentrés tard à la maison et j’étais épuisée. Je n’ai pas eu le courage de vous raconter notre repas. Je le fais donc aujourd’hui.

Ma sœur et son mari nous avaient invité à fêter Noël chez eux, avec mes parents. Hier matin, après avoir fait déjeuner nos deux filles nous avons chargé notre voiture des différents paquets que le Père Noël nous avait chargé de remettre pour lui et nous sommes partis en direction de Paris. Ma sœur habite le Ve arrondissement de Paris, à deux pas du Panthéon.

Nous avons trouvé une place juste en face de l’immeuble de ma sœur, c’était idéal pour décharger la voiture. Eric, le mari de ma sœur est venu nous aider. Ma grande fille était excitée comme une puce, elle aime beaucoup les réunions familiales.

Mes parents sont arrivés peu après nous. Nous avons pris l’apéritif. Eric nous a servi du Champagne que nous avons dégusté avec des gougères. Puis, nous sommes passés à table. En entrée, nous avons mangé du saumon fumé avec des blinis. Ensuite, un rôti de biche accompagné de marrons aux lardons et de sauce aux airelles. Nous avons mangé une salade d’endives aux noix et du fromage. Le plateau se composait de Comté et d’Epoisses. L’époisses est un fromage bourguignon, affiné au marc de Bourgogne, qui se sert à la petite cuillère. Enfin, la traditionnelle bûche de Noël en dessert. Une délicieuse bûche à la mousse framboise apportée par mes parents.

Eric nous a proposé des cafés que nous avons bu avec des chocolats de l’Atelier du confiseur! Enfin, c’était l’heure du spectacle de marionnettes concocté par Eric et Cécile avec en vedettes Georges de Mykonos (un âne marionnette qui porte le nom de l’île où il fut acheté) et Kermit la grenouille qui avait délaissé le Muppet Show pour ce show privé. Nous avons bien ri.

Et ce fût l’heure des cadeaux que nous avons trouvé disposés au pied du sapin. Nous avons tous été gâtés. Merci Père Noël!

Read Full Post »

Une sympathique rencontre

Ce matin, d’assez bonne heure, je me suis rendue avec mes filles chez le boucher pour commander une volaille de Noël pour ce week-end. Ma petite fille courait dans la rue en criant “C’est Noël! C’est Noël!”. Elle a fait sourire plusieurs passant.
Chez le boucher, heureusement, il n’y avait pas foule. Alors que j’attendais mon tour, j’entends quelqu’un parler du fond de la boutique. Je la connaissais cette voix forte et sympathique. Je fis signe à la femme du boucher qui tenait la caisse :
- C’est le fromager qu’on entend?
- Oui. Vous voulez lui dire bonjour?
- Ah, oui, ça me ferait bien plaisir.
- Jacky, venez par ici. Il y a quelqu’un qui veut vous dire bonjour!
- Ah, mais c’est ma petite cliente! Comment allez-vous? dit le fromager à la retraite quand il m’aperçut.
Nous nous sommes fait la bise et nous avons échangé quelques nouvelles. Sa femme nous a rejoint et elle a demandé des nouvelles des enfants. Eux étaient “montés” à Paris (puisqu’ils habitent désormais le sud de la France) pour passer les fêtes avec leur fils et leurs petits-enfants.
Enfin, le fromager m’a demandé si je continuais à aller chez le nouveau fromager, celui qui a repris sa boutique.
- Non, parce que ce n’est pas pareil, lui ai-je répondu.
- J’étais très exigeant sur la qualité.
- Oui, c’est vrai. Mais il y a aussi l’accueil qui est différent. Vous voir me rappelle de bons souvenirs.
Bon après cette rencontre, une nouvelle résolution dans ma liste de 2009 : retrouver un bon fromager!
A demain pour le récit de mon repas de Noël en famille. Bon réveillon et bonnes fêtes à tous!

Read Full Post »

LE livre

Chers auditeurs : cela fait des mois que j’y travaille, mais les minutes de liberté étant rares ce n’est qu’en cette fin d’année 2008 que j’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai réuni tous les textes de la première année de podcast en un livre. Et aujourd’hui, après moultes batailles avec l’automate de Lulu.com, ce livre est enfin disponible à la vente! Je dois un grand merci à mon père qui a fait la maquette du livre et comme d’habitude s’est chargé pour moi de tous les aspects techniques comme par exemple préparer un Pdf aux dimensions exprimées en pouces ou en pixels (ouh ouh, est-ce que quelqu’un connaît le système métrique?), redimensionner toutes les photos qui illustrent les textes, traduire les explications du site Lulu “claires comme du jus de chique” (c’est mon père qui l’a dit) qui prévoient tellement de cas que ça en devient un vrai casse-tête chinois.
Un nouveau livre, c’est toujours émouvant et celui-là particulièrement. Relire mes premiers textes, me rappeler les circonstances de leur écriture, et puis aussi le dernier, juste avant la naissance de ma deuxième fille qui a fêté ses un an dimanche dernier. Hum. Oui, j’étais assez ému. Et puis c’est aussi un an d’échanges bien sympathiques avec vous chers auditeurs qui m’écrivez de tous les coins de la planète pour me faire partager vos sentiments sur tel ou tel texte, ou bien me raconter à votre tour quelques anecdotes. Allez, c’est promis, j’essaierai d’aller un peu plus vite pour réunir les textes de 2008. Oh, si vous avez envie de vous procurer le livre, vous trouverez un lien sur mon site Internet.

Read Full Post »

En passant par la gare

La semaine dernière, je suis allée au cinéma avec ma voisine Alexandra. Nous avons vu le film The visitor qui nous a énormément plu à toutes les deux. En rentrant chez nous, nous avons un peu parlé du sort des sans-papiers en France. J’ai évoqué un reportage entendu dans une émission de radio il y a plusieurs mois de cela qui m’avait donné une claque sur la réalité des centres de détention. Nous étions d’accord toutes les deux que la façon de traiter les gens ici n’est pas humaine.
Hier soir, je suis allée voir un autre film, avec Caroline. Il s’agissait de Musée haut, musée bas. Je n’ai pas accroché. Je ne sais pas pourquoi, je n’arrêtais pas de penser au prix qu’avaient dû coûter les décors et je trouvais qu’il y avait trop de dépenses. Caroline n’a pas trop aimé le film non plus.
Pour rentrer chez nous, nous avons traversé la gare. Je ne sais plus de quoi nous parlions, mais notre discussion a été interrompue par la présence de la Police dans le hall. Des agents entouraient quelques personnes, des africains au regard hébété assis contre un mur, enveloppés comme des paquets cadeaux dans des couvertures de survie dorées. Il n’y avait aucune agitation. Les gens passaient comme Caroline et moi, surpris, ne sachant pas quoi penser.
- Tu crois que ce sont des sans-papiers m’a demandé Caroline après que nous sommes sorties de la gare.
- J’en ai l’impression.
- Nous, nous rentrons à la maison et eux qu’est-ce qu’ils vont devenir.
- Ben, centre de détention et ensuite expulsion. Il faut bien tenir les chiffres.
Pas facile de parler cinéma après ça.

Read Full Post »

Un chocolatier exceptionnel

Ah, aujourd’hui, j’ai enfin vu mon amie Natasha! Nous ne nous étions pas vues depuis le mois d’avril. Vous vous rendez compte. C’est de la folie. Mais pour nos retrouvailles, nous avons fait fort. Je souhaitais acheter des chocolats pour les offrir à mon frère et sa famille pour Noël. Natasha m’a indiqué le meilleur chocolatier qu’elle connaisse pour l’instant à Paris : Michel Chaudun.
Nous nous sommes retrouvées à Saint-Lazare. Nous avons pris la ligne 9 jusqu’à la station Alma Marceau. Nous avons commencé à discuter assises sur des strapontins, ballotées par le métro. Sorties du métro, nous avons traversé la Seine et nous avons marché tranquillement jusqu’à notre destination. La boutique de Michel Chaudun est une petite boutique en angle qui propose de belles vitrines. Natasha m’a expliqué que Michel Chaudun n’avait pas de site Internet parce que cela ne l’intéressait pas. Elle trouve cela touchant, tout comme les cahiers d’écoliers et les photos d’époque du chocolatiers présentés dans l’une de ses vitrines.
Nous sommes entrées.
La boutique est belle, petite, lambrisée, chaleureuse, comme un endroit hors du temps. Et quels parfums!
Le vendeur très aimable, nous a entendu discuter en anglais et s’est adressé à nous en anglais. C’était drôle. Pendant que Natasha faisait son choix, j’ai pu tranquillement regarder les chocolats exposés. Le vendeur nous a proposé de déguster un chocolat qu’il nous a présenté sur un petit plateau doré. C’est ainsi que j’ai goûté la spécialité de la maison, le pavé, une petite truffe fondante en forme de cube. Hum, une petite truffe, mais quel voyage pour les papilles!

Read Full Post »

Injoignable

Ce matin, mon téléphone portable a sonné pour m’indiquer un nouveau message. Un SMS. Je jette un œil au petit écran. “Rappeler 888, vous avez un nouveau message”. Ah. J’appelle ma messagerie et j’écoute le message. C’était une maman de la classe de ma fille qui invitait ma fille à venir jouer chez elle. J’allais la rappeler quand j’ai réalisé que je n’avais pas entendu le téléphone sonner alors que le message ne datait que de quelques minutes à peine. Pire, mon téléphone n’indiquait aucun appel manqué. Bizarre. J’ai essayé de m’appeler depuis mon téléphone fixe et je suis tombée directement sur ma messagerie. Le téléphone n’avait pas sonné. J’étais vraiment intriguée. Comment était-ce possible? J’ai envoyé un SMS à la mère de la copine de ma fille. Elle l’a bien reçu.
- Bon, résumons, ai-je dit à mes deux filles qui me regardaient avec curiosité, l’air de dire “Elle fait des drôles de trucs Maman”, je peux appeler, je peux envoyer des SMS et en recevoir, mais je ne peux pas recevoir d’appels. Pourtant, je n’ai touché à rien.
Un peu plus tard dans la matinée, alors que je faisais des courses, je me suis arrêtée dans un magasin de téléphones portables. Une femme au visage autoritaire s’est occupée de moi.
- Vous avez votre portable sur vous?
- Oui, lui ai-je répondu en lui tendant mon téléphone.
- Hum, vous avez activé le renvoi d’appel permanent?
- Pardon?
- OK. C’est trop technique.
Elle a fait des trucs sur mon portable et m’a appelée depuis un autre téléphone. Mon téléphone sonnait à nouveau! Merci Madame!

Read Full Post »

Vernissage

Hier soir, je suis allée au vernissage de l’exposition de mon amie Michelle. L’exposition a lieu dans le hall du studio-théâtre de ma ville, là où nous sommes allées récemment voir une pièce. C’est un endroit bien sympathique pour une expo.
Je ne suis pas arrivée au tout début de la soirée, malheureusement. J’ai manqué les discours des officiels! J’ai quand même bien profité de la soirée. J’ai longuement admiré les tableaux de mon amie. J’en connaissais certains, mais d’autres m’étaient totalement inconnus. Il s’agit de collages, souvent très colorés et souvent avec une petite note d’humour.
Au bar, j’ai pris un verre et mangé quelques petits fours sucrés (absolument délicieux) en discutant avec Haroldo, le compagnon de Michelle. A côté de nous, le maire-adjoint à la culture s’entretenait avec le directeur du théâtre. Haroldo a profité d’un moment pour me présenter.
- Je vous présente Laetitia, une amie de Michelle. Elle aussi écrit des livres.
- Ah! Comme c’est intéressant.
Nous avons échangé quelques paroles et ne me demandez pas pourquoi, je lui ai parlé de mon podcast. Il ne savait pas ce que c’était. Je lui ai expliqué. Puis, il a été appelé ailleurs.
La soirée ne s’est pas terminée tard. Je suis rentrée avec mes amis à travers les rues de la ville, dans la nuit noire, mes les pensées illuminées par les couleurs vives ou douces des œuvres de mon amie.

Read Full Post »

Enfermée dehors

Hier, la sieste a duré très longtemps... Et au moment où nous allions sortir notre petite voisine est passée dans l’escalier. Ma fille a lâché son goûter se précipitant vers la porte. - Maman, je veux voir Elena! J’ai ouvert la porte et j’ai un peu discuté avec sa maman. Bref, quand j’ai refermé la porte, il faisait déjà nuit dehors. Je me suis demandée si j’allais sortir. Mais comme la sieste avait duré longtemps, je me suis dit que ce serait mieux que mes filles prennent un peu l’air pour bien trouver le sommeil ce soir. Nous nous sommes donc préparées à sortir. C’est au moment de quitter la résidence que je me suis rendue compte de mon oubli. Il faut une clé pour sortir et je n’avais pas les clés dans ma poche. - Zut, j’ai oublié mes clés! - Pourquoi? a demandé ma fille qui veut toujours qu’on lui explique tout. - Parce que je n’ai pas pensé à les prendre. Mon amie Caroline a un double de mes clés. J’ai vu que ses fenêtres n’étaient pas allumées. Heureusement, j’avais mon portable sur moi et j’ai pu l’appeler. - Caroline, c’est Laetitia. - ça va? - Oui, mais je suis enfermée dehors. J’ai oublié mes clés. Tu es chez toi? - Non, je suis dehors, mais je ne suis pas très loin. On est rue de Champagne. J’arrive tout de suite! Caroline est allée chercher le trousseau de clés et ma fille a joué en bas de l’immeuble avec ses filles. Nous sommes rentrées à la maison saines et sauves.

Read Full Post »

Petit-déjeuner réussi

Ma grande fille de trois ans mange super bien au déjeuner, au goûter, au dîner, mais c’est la croix et la bannière pour lui faire avaler son petit-déjeuner. Ça me stresse un peu car le matin on est toujours un peu pressé et je ne voudrais surtout pas qu’elle aille à l’école le ventre vide.
Nous avons essayé toutes sortes de petit-déjeuner : le pain de mie avec du beurre, de la confiture, du miel, le pain grillé (sans la croûte), les céréales avec du lait, le yaourt, le petit-suisse, la semoule, la bouillie. Les tartines de pain grillé avec du miel ont eu le plus de succès, mais la lassitude commençait à pointer son nez. J’ai commencé à dire des choses comme : tu sais si tu ne manges pas bien tes tartines, le Père Noël va le voir et il peut décider de ne pas t’apporter tes jouets. Un horrible chantage, n’est-ce pas? Eh bien ma fille, imperturbable dans ses certitudes me répond toujours : mais siiiiiii, il va apporter mes jouets.
Puis, hier soir, j’ai eu une idée. Et si je lui faisais des crêpes? Il était vingt-trois heures. Ça serait bien que j’aie ce genre d’idées un peu plus tôt dans la soirée. J’étais déjà couchée, mais je me suis relevée pour préparer une pâte à crêpes. J’en ai rêvé toute la nuit. Ce matin, je n’ai eu aucun mal à me lever. J’ai préparé mes crêpes sous l’œil ahuri de ma fille qui s’est englouti deux crêpes beurre-sucre.
- Maman, demain, je veux encore des crêpes.
- Oui, on verra (si j’ai le courage).

Read Full Post »

Cartes de visite

Mon amie Michelle avait absolument besoin de cartes de visite. Ses tableaux vont être prochainement exposés dans le hall du théâtre où nous sommes allées la semaine dernière voir la remarquable pièce “Les trente millions de Gladiator”. Il faut qu’elle puisse remettre une carte à toute personne intéressée par l’achat d’une de ses œuvres. Elle m’a demandé si je pouvais l’aider. Elle a contacté un imprimeur à Paris qui lui demandait plus de cent cinquante euros pour cent cartes, impression plus mise en page. Je lui ai proposé de demander à mon père de faire une maquette. Mon père est graphiste (à la retraite). Il a tout de suite accepté car il aime bien rendre service. J’ai ensuite cherché un imprimeur en ligne pour Michelle. En quelques clics j’avais trouvé ce qu’il me fallait. J’ai choisi un imprimeur qui a ses locaux sur Paris pour avoir des délais de livraison les plus courts possible. Ce matin, mon père m’a envoyé par Internet le fichier définitif. Il avait fait plusieurs maquettes et Michelle a choisi celle qui lui plaisait le plus. J’ai ensuite passé la commande en ligne auprès de l’imprimeur et Michelle devrait recevoir les cartes d’ici quarante-huit heures. J’ai ensuite appelé Michelle. - Tu auras tes cartes demain ou après-demain, lui ai-je dit. - Les bras m’en tombent! m’a-t-elle répondu. C’est ça Internet!

Read Full Post »