Feed on
Posts

Archive for October 2008

Retrouvailles virtuelles

Hier soir, en consultant ma boîte mail j’ai découvert un message d’un site d’anciens élèves auquel je me suis inscrite. Ce message contenait la liste des personnes récemment inscrites et qui avaient fréquenté le même lycée que moi à la même période. J’ai remarqué dans la liste le nom d’une très bonne amie malheureusement perdue de vue en 1997. Nous étions ensemble en première (l’année qui précède le bac) et nous étions bonnes copines. L’année d’après elle n’était plus avec nous car elle avait dû retourner dans son pays. Nous avons commencé à nous écrire. Puis nous nous sommes revues en 1997 alors qu’elle était de passage à Paris pour quelques semaines. Ce sont de très bons souvenirs. J’étais au chômage alors nous pouvions nous voir presque tous les jours. On allait au cinéma, on se promenait à Saint-Michel et on passait beaucoup de temps à discuter. Le soir on dînait avec mon copain (qui est devenu mon mari). C’était l’hiver et il faisait très froid. On était tout le temps gelées. Après, nous nous sommes perdues de vue jusqu’à ce que je reçoive ce message. Alors, j’ai cliqué sur son nom et un lien m’a emmenée jusqu’à sa page perso. J’avais la possibilité de lui envoyer un message, ce que j’ai fait. Quelques heures plus tard, je reçois un message du même site me disant que mon amie avait essayé d’ouvrir mon message mais pour qu’elle puisse le faire il fallait que je devienne membre “premium” c’est-à-dire payer une cotisation annuelle de plus de 23 euros. J’ai réfléchi cinq minutes. Je suis allée sur un autre site d’anciens élèves sur lequel je suis également inscrite. J’ai cherché mon amie, elle était également inscrite. J’ai pu lui envoyer un message qu’elle a pu lire gratuitement. Voilà, nous nous sommes écrit et nous avons prévu de nous téléphoner prochainement, toutes les deux très heureuses de ces retrouvailles virtuelles.

Read Full Post »

Petites invitées

Aujourd’hui, nous avions des petites invitées à la maison. Caroline et ses deux petites filles Mathilde et Juliette. Pour l’occasion nous avions dressé la grande table du salon. Micaela était toute excitée par ces préparatifs de fête.
- Et elle va s’asseoir où Juliette? A côté de moi?
- Non, en face de toi. C’est Mathilde qui va s’asseoir à côté de toi.
- Ah, c’est bien comme ça.
De mon côté, je préparais notre déjeuner. En entrée, des carottes râpées et du jambon cuit. En plat principal, une soupe au pistou. La recette familiale. Je me suis dit que ce plat plairait aux enfants parce qu’il contient des pâtes et que ce serait aussi l’occasion de manger des légumes. Il y avait justement de belles courgettes ce matin au marché chez mon producteur préféré. La soupe au pistou est très simple à réaliser, il faut juste être attentif au minutage. On commence par les haricots verts, dix minutes plus tard, les courgettes, dix minutes plus tard, les tomates, puis encore dix minutes et on ajoute les pâtes, enfin dix minutes plus tard on termine par les haricots blancs ébouillantés.
J’avais également fait du pain dans ma machine à pain. C’était la première fois que je le préparais avec une poolish (un levain que l’on prépare la veille).
Caroline est arrivée avec un gâteau au yaourt aux pommes. J’adore ce gâteau tout simple, c’est un de mes premiers souvenirs de maternelle.
Les filles ont joué puis nous sommes passées à table. C’était un vrai repas de fête.

Read Full Post »

Cave party

Mon mari est en vacances cette semaine. Nous en avons profité pour faire un peu de rangement dans la maison. Avec les enfants les choses s’accumulent vite et il y a toujours aussi peu de place pour ranger. Nous avons donc fait du tri et décidé de jeter des choses au prochain passage des encombrants (dont un canapé, une table et une chaise - du mobilier sentimental de mon mari dont j’ai enfin réussi à me débarrasser!). Les encombrants passent tous les deuxièmes mardis du mois dans notre quartier. La veille de ce jour-là les trottoirs ressemblent à des dépotoirs. Il y a des gens qui se promènent avec leur caddy, fouillent et emportent ce qui les intéressent. Nous avons aussi rangé les affaires de bébé dont nous n’avons plus besoin. Après les avoir bien emballées et mises dans des cartons, nous les avons descendues hier soir à la cave. Le soir est le seul moment où nous sommes à peu près libres de nos mouvements. Pas de petites chipies dans les pattes.
Nous avons fait plusieurs voyages car il y avait beaucoup de choses à descendre. Mon mari en a aussi profité pour remonter le futur grand lit de Micaela. Elle est très impatiente de dormir dans son nouveau lit. C’est l’ancien lit de ma sœur. Le seul hic pour l’instant est que nous n’avons pas mis la main sur les vis...
A un moment donné, alors que nous étions en bas, nous avons entendu que quelqu’un passait la porte d’entrée. Cette personne voyant la porte de la cave ouverte l’a refermée au passage. Heureusement que cette porte s’ouvre de l’intérieur, sinon nous aurions dû passer la nuit à la cave. Cette perspective ne m’enchantait guère!

Read Full Post »

Saucisson brioché

Hier, chez le boucher, j’ai fait une petite folie (c’est-à-dire un écart au régime crétois, hi hi!). Il y avait dans la vitrine d’adorables petits saucissons briochés individuels. J’en ai pris deux. Il s’agit tout simplement d’un mini saucisson lyonnais cuit dans une brioche. C’est délicieux. J’étais certaine que ça plairait à ma fille pour son déjeuner en rentrant de l’école. Je les ai fait doucement réchauffer au four. Je les ai accompagnés d’épinards. Maintenant ma fille aime beaucoup les épinards. D’ailleurs, c’est drôle car mes deux filles sont plus becs salés que sucrés. Mon bébé, qui est maintenant “diversifiée”, ne mange d’ailleurs que des légumes. Elle refuse les compotes. Je lui ai proposé tous les parfums que j’ai pu imaginer. Curieuse, elle commence toujours par ouvrir la bouche, puis dès qu’elle réalise qu’il s’agit d’une compote elle me regarde offusquée, ferme sa bouche hermétiquement, tourne la tête et fait de grands moulinets avec ses bras pour éviter toute approche de la cuillère. Bon. OK. Pas de compotes. J’ai compris le message. Mais personnellement, je ne mangerai pas une purée de légumes pour goûter.
Mais revenons à nos saucissons. Hum! Vous auriez dû voir les yeux gourmands de ma fille devant son assiette. Je crois que c’est ce genre de plat qui donne son goût à l’enfance. La brioche était moelleuse, la saucisse très bonne, truffée de petits morceaux de champignons. Micaela plus tard pourra parler des “saucissons briochés de son enfance”. Ah, vous aimeriez bien les voir? Malheureusement, j’ai totalement oublié de faire une photo! Bon, d’accord, j’en rachèterai rien que pour les montrer. Pas par gourmandise, bien sûr.

Read Full Post »

Adieu doudou

Cet après-midi, mes filles et moi sommes parties en expédition à l’autre bout de la ville pour acheter les céréales que ma grande fille aime bien prendre au petit-déjeuner et qui ne sont vendues que dans un magasin bio dans le centre ville. Pour aller un peu plus vite, j’ai proposé à ma fille de prendre un raccourci et de passer par le pont de chemin de fer. Elle n’était pas trop d’accord car il fallait monter un grand escalier, mais la perspective d’arriver plus vite à la boulangerie l’a motivée. Gentiment deux jeunes garçons qui discutaient en bas de l’escalier m’ont proposé de m’aider à porter la poussette, mais je me suis débrouillée toute seule. Nous avons regardé les trains passer quelques minutes. J’aime bien ce pont, on a un beau point de vue sur la ville et on voit les trains arriver de loin. A la boulangerie, nous avons acheté le goûter promis (un palmier et un pain au chocolat), puis nous sommes passées au magasin bio. Malheureusement, il n’y avait plus ces céréales, mais la dame qui est super sympa va les commander spécialement pour nous. Ensuite, nous sommes passées chez le boucher, vous savez celui qui a retrouvé sa boutique après des démêlés avec ses actionnaires.
Il était temps de rentrer à la maison. Ce n’est qu’à quelques pas de la maison que je me suis rendue compte que le doudou de Micaela n’était plus là. Dès que mon mari est rentré, j’ai refait tout le chemin que nous avions fait l’après-midi, seule, dans la nuit, scrutant le trottoir et les rebords de fenêtre au cas où quelqu’un l’aurait déposé là... mais aucun doudou. Il a bel et bien disparu. J’avais un clone heureusement, mais ça me serre le cœur de savoir que cette petite boule blanche et douce qui a si souvent consolé ma fille est perdue, par terre, quelque part, et qu’il va finir à la poubelle...  

Read Full Post »

Parachute doré

Vous avez été adorables de m’envoyer de si gentils messages de rétablissement! Merci à tous, j’ai presque aimé être malade!
L’autre jour j’écrivais que l’homéopathie était terriblement efficace et bien c’est vrai. Mais parfois cela peut aussi aller dans le mauvais sens car c’est le traitement que m’avait prescrit mon docteur qui a déclenché une aggravation des symptômes. J’ai eu une sinusite maxillaire aiguë, j’ai cru qu’on m’avait à nouveau arraché les dents de sagesse! Heureusement, c’est presque fini.
Aujourd’hui, en lisant un blog, j’ai appris que le chanteur Français Alain Souchon mettait à disposition gratuitement sur son site une chanson de son prochain album. J’aime beaucoup ce chanteur alors je suis allée faire un tour sur son site. Il y a une vidéo sympa où il explique la raison de son geste. Il explique aussi l’origine du titre de sa chanson “Parachute doré”. Je ne sais pas si c’est une expression anglo-saxone traduite en français, mais un parachute doré est la méga prime que reçoit un pdg (président directeur général) pour quitter l’entreprise qui l’emploie. Il est viré moyennant finances. Et c’est une clause de son contrat. Les montants de ces primes font souvent ces derniers temps la une des journaux, elles scandalisent, elles écœurent et elles inspirent les poètes! Je n’ai pas encore écouté la chanson, mais je l’ai téléchargée sur mon ordinateur. J’ai décompressé le fichier ZIP et j’ai fait glisser le fichier mp3 sur l’icône de iTunes. La chanson d’Alain Souchon fait désormais partie de ma bibliothèque de musiques. Et vous, avez-vous votre parachute doré?   

Read Full Post »

Laetitia est malade

Exceptionnellement, pas de podcast cette semaine parce que je suis malade et que je tousse beaucoup!
Je vous souhaite à tous une très bonne semaine et je vous dis à bientôt!  

Read Full Post »

Je me dis qu’il y a des plaisirs simples qu’il faut savoir apprécier, surtout quand on a eu une semaine difficile. Depuis quelques semaines vous savez que Jacques est à nouveau notre voisin. Cette semaine Jacques, qui campe littéralement dans son appartement en attendant que les travaux soient terminés, a trouvé le temps de préparer sa fameuse salade de pommes de terre. La recette familiale hollandaise est un secret bien gardé, mais le résultat est délicieux. Il y a un mélange de saveurs qui rend cette salade toute simple merveilleusement bonne. En plus, elle me rappelle cette belle journée du pique-nique Onething où Jacques nous en avait préparé. Bref, la salade de Jacques c’est comme un souvenir d’enfance. Pour vous donner une petite idée de son goût, j’ai pu identifier les cornichons (visibles à l’œil nu), les œufs durs écrasés et l’estragon.
Hier soir, Jacques m’a passé un petit coup de fil pour m’annoncer qu’il m’avait mis de côté de la salade.
- Salut, c’est Jacques. ça y est la salade est prête. Dis-moi quand je peux passer te la déposer?
- Hum! Merci! Non, ne te dérange pas. Je passerai demain matin avec les filles.
Je suis passée ce midi avec mes deux filles prendre possession de ma boîte. Jacques avait ajouté pour mon mari et moi quelques harengs marinés.
Ce midi, ma fille et moi avons bien entamé la salade. Ma fille a dit : “hum, c’est bon! Je veux encore de la salade de Jacques”.  

Read Full Post »

Le bon docteur

Il y a parfois des décisions qui s’imposent, comme changer de docteur. C’est ce que j’ai fait aujourd’hui. Ma fille de presque trois ans était fiévreuse depuis dimanche soir. Je l’ai emmenée chez mon docteur habituel mardi après-midi. Il l’a examinée et m’a prescrit quelques médicaments. J’étais surprise par sa prescription que je trouvais légère. Dans ma famille, nous nous soignons par homéopathie, c’est une médecine dite “douce”, moi je dirais “efficace, naturelle et économique”.
En rentrant à la maison ma fille s’est mise à tousser très fort et quand je l’ai couchée à pleurer sans pouvoir trouver le sommeil.
Le lendemain matin, j’ai demandé à la pharmacienne si elle pouvait me donner l’adresse d’un autre homéopathe dans le quartier. Après la nuit que je venais de passer, ma décision était prise.
- Oui, bien sûr, je vous conseille le docteur Martin.
Le docteur Martin! Mais oui, bien sûr! C’est le docteur qui me soignait lorsque j’étais petite. Comment n’y avais-je pas pensé plus tôt? Sa femme a été mon institutrice au CP et m’a appris à lire et à écrire. Je l’ai appelé. Il a pu nous recevoir l’après-midi même. C’était très émouvant de le revoir. Il se souvenait de moi et surtout de ma sœur qui lui avait transmis la rougeole! Je crois que lui aussi était ému.
Il a examiné ma fille et elle avait une otite. Il a fait sa prescription et ce soir, la douleur a déjà nettement diminuée. Je n’ai aucun regret d’avoir changé pour le bon docteur. 

Read Full Post »

La gourmet solitaire

J’ai intitulé ce podcast “La” gourmet solitaire et c’est une faute, mais je l’ai fait exprès. En effet, gourmet est un nom masculin. Mais comment dire lorsque le gourmet est une femme? Le dictionnaire dit qu’il s’agit d’une personne, mais l’inconscient l’associe à un homme. Si je dis “Le gourmet solitaire”, c’est l’image d’un homme qui se formera dans votre esprit. Est-ce que je me trompe?
Ou bien, si vous êtes un lecteur de mangas, vous aurez l’image de cet homme dont on ne connaît ni le nom, ni l’âge, ni le travail, qui au gré de ses déambulations professionnelles et personnelles se retrouve à manger dans différents restaurants. Chaque lieu forme comme une petite nouvelle, les plats sont décrits minutieusement, le plaisir qu’ils procurent au héros se lit sur son visage et puis la poésie du moment est présente dans les différentes cases de la bande dessinée. C’est homme est le gourmet solitaire. J’ai adoré ce livre.
La gourmet est mon amie japonaise Noriko (nous nous écrivons toujours très solennellement, mais je la considère comme mon amie). Nous nous envoyons régulièrement des petits paquets remplis de douceurs. Hier, j’ai reçu un paquet de Noriko qui contenait deux jolis paquets de biscuits délicatement emballés dans un papier de soie. Le paquet était accompagné d’une carte où Noriko écrivait qu’elle était allée au cinéma et s’était souvenue d’un “bon petit magasin de Karinto” et avait décidé de m’en acheter.
J’ai grignoté quelques délicieux biscuits doucement sucrés et je voyais dans mon esprit Noriko se promenant dans Tokyo, ses paquets de karinto sous le bras, comme dans une nouvelle du Gourmet solitaire. 

Read Full Post »