Feed on
Posts

Archive for February 2008

Un rêve

Mes nuits sont encore entrecoupées de tétées et entre chaque tétées je me suis aperçue que je rêvais beaucoup. J’aime bien me souvenir de mes rêves, cela me rassure : le sommeil n’est pas un trou noir!
Cette nuit, entre la tétées de deux heures du matin et celle de six heures, j’ai fait un rêve qui m’a amusée. Je buvais un verre de Champagne avec d’autres personnes. Tout le monde se connaissait et était habillé comme pour le bureau. Je portais un tailleur blanc. Nous fêtions manifestement quelque chose. Tout le monde discutait. Puis, la discussion se transforma en réunion de travail et je pris la parole. Je tenais un discours de chef d’entreprise, tentant de remotiver les personnes de mon équipe, de mon entreprise. Je compris en m’écoutant parler que j’avais repris une usine de patins à glace près d’Annecy. J’expliquais ma stratégie pour gagner des parts de marché sur les fabricants chinois.
- Il faut parler le même langage que nos concurrents. Lorsqu’un de nos concurrents va voir un gros client il lui dit “voilà, nous fabriquons tant de patins à la minute”. Nous nous sommes incapables d’avancer ce genre d’argument car nous ne le savons pas, nous ne savons pas combien nous fabriquons de patins à la minute.
Un homme en bleu de travail et portant une casquette sur la tête prit la parole :
- Nous ne les battrons jamais sur ce terrain-là! Vous le savez bien!
Je lui répondis avec conviction.
- Oui, mais nous avons autre chose : la qualité et le savoir-faire. Nous allons nous chronométrer et oui, nous serons moins rapides que nos concurrents. Mais nous dirons à nos clients : effectivement nous fabriquons x paires de patins à la minute mais dans telle qualité. La qualité c’est ce qui fera la différence. De plus, nous pouvons personnaliser nos patins tout en maintenant notre rythme de fabrications.
Je continuais ainsi et réussissais à faire adhérer tout le monde à mon projet. J’avais hâte de me mettre au travail. Je croyais beaucoup à notre réussite... Quand des pleurs me ramenèrent dans ma chambre. Tout ceci n’était qu’un rêve! Mais je fais une bonne chef d’équipe, vous ne trouvez pas?

Read Full Post »

Visite de la voisine

Deux étages au dessus de chez nous habite une famille avec deux petits enfants dont une petite fille de l’âge de ma grande fille. Elles aiment bien se croiser dans l’escalier. Lorsque ma fille l’entend à travers la porte, qui descend où qui remonte chez elle, elle court vers la porte en criant :
- je veux voir Elena!
Il y a quelques jours, j’ai ouvert la porte et ma fille a pu voir sa petite copine. Elle voulait la faire rentrer à la maison pour lui montrer ses voitures.
- Elena, regarde voitures!
Ce n’était pas le moment, mais nous avons convenu avec la maman qu’elles viendraient nous rendre visite un jour. Aujourd’hui était ce jour.
Elena, sa maman et son petit frère de huit mois sont arrivés à l’heure convenue. Mais ma fille dormait encore!
Nous avons fait connaissance avec la maman. De quoi parlent des mamans qui se rencontrent presque pour la première fois?
- Micaela dort encore parce qu’elle fait ses dents en ce moment.
- Elena n’a eu sa première dent qu’à onze mois.
- La mienne à six mois.
- Avez-vous inscrit votre fille à la maternelle?
- Oui, mais ils ne la prendront pas parce qu’elle est née en janvier 2006.
- Est-ce que votre petit garçon fait ses nuits?
- Oui, mais il a été long à se régler.
- Est-ce que vous avez commencé l’apprentissage de la propreté?
- Oui, mais elle ne veut pas aller sur le pot. Mais, je ne me fais pas de souci. Ce n’est pas le cas de ma mère. Elle est très inquiète.
- La mienne aussi.
- Il paraît que c’est une grande préoccupation des grands-mères. C’est ce qu’on m’a dit à la PMI. Et on a dit la même chose à une des mes amies dont la fille est à la crèche.
Lorsque ma fille s’est réveillée, Elena est venue la chercher dans sa chambre et elles ont joué ensemble tout le reste de l’après-midi.

Read Full Post »

Une rencontre

Ce matin, je suis retournée chez le kiné pour ma fille et en rentrant j’ai manqué le bus de peu. Il m’est passé sous le nez! Le suivant étant plus d’un quart d’heure plus tard, j’ai décidé de rentrer à pied.
J’étais presque arrivée chez moi lorsque qu’une dame âgée m’aborda. “Excusez-moi Madame, pouvez-vous me dire si je suis loin de l’église Saint-Marc des Bruyères”.
- Non, vous êtes presque arrivée. Elle est à quelques mètres d’ici, sur votre droite.
- Ah, merci. Vous êtes bien aimable. Cela fait loin quand même de la gare! Est-ce qu’il y a un bus qui passe près d’ici?
- Oui, le 178.
- Ah, c’est pas mal. Je suis venue aujourd’hui car demain je dois assister à des obsèques et je voulais repérer le chemin. C’est à 13h30, il ne faut pas que je sois en retard.
Les yeux de la dame se sont soudain remplis de larmes.
- C’est pour mon docteur. Quarante-huit ans.
Je répète surprise “Quarante-huit ans”? pensant dans ma tête “ Le pauvre, il mort jeune”.
- Oui, quarante-huit ans que nous nous connaissions! Cela me fait quelque chose. Il connaissait toute ma vie. Je suis tellement triste!
- Il sera content que vous ayez pu venir à ses obsèques.
- Oui, il faut que je sois là. Il y aura sa famille aussi. Il a une belle famille.
- Je vais vous accompagner jusqu’à l’église.
- Vous êtes gentille. C’est joli comme quartier ici. Vous habitez là?
- Oui, cet immeuble.
A ce moment, mon bébé qui était dans son sac a émis un petit cri.
- Oh, mais il y a un bébé là-dedans?
- Oui!
- Oh, mais c’est rudement pratique votre sac... si j’avais pu avoir ça pendant la guerre, ça m’aurait bien rendu service. Je n’avais pas assez d’argent pour acheter un landau.
Nous nous sommes ensuite quittées. J’ai repensé à cette rencontre tout l’après-midi et à cette phrase “si j’avais pu avoir ça pendant la guerre”, pendant la guerre...
Heureusement que j’avais loupé mon bus, quelle rencontre!

Read Full Post »

La bête

Ce matin, comme tous les matins, j’ai ouvert la fenêtre dans la chambre de ma fille (la grande) et dans la mienne pour aérer. Ma fille, mon bébé et moi nous étions réfugiées bien au chaud dans le salon. Je laisse les fenêtres ouvertes en général un bon quart d’heure. Je suis donc allée les refermer un peu plus tard.
Je jouais dans le salon avec mes filles, quand tout à coup, passe près de moi, une bête! Une bête volante qui se dirige à toutes ailes vers la fenêtre, qu’elle se prend bien sûr dans la figure... J’ai été surprise, puis carrément effrayée quand je l’ai vraiment vue. Il s’agissait d’une grosse guêpe d’environ 4 centimètres de longueur. J’ai bien distingué ses rayures jaunes et noires.
Lorsque la bête, remise de son choc, a fait un nouveau tour dans la pièce,j’ai vite ouvert en grand la fenêtre et j’ai attrapé ma fille par le bras, pris mon bébé sous l’autre et nous nous sommes réfugiées dans l’autre partie de l’appartement. Ma fille me regardait avec incompréhension.
- Ce n’est rien. Il y a une bête dans le salon. Elle va sortir toute seule par la fenêtre.
On a attendu quelques minutes. J’avais mis mon bébé dans son berceau. Ma fille toute excitée par “La bête” ne me lâchait pas d’une semelle.
J’ai entrouvert la porte du salon et glissé ma tête pour voir si la bête était toujours là.
Oui, elle était toujours là. Ma fille m’a demandé : elle est parti la bête? Non.
On a encore attendu, puis j’ai à nouveau regardé dans le salon. Plus de bête. Ouf!

Read Full Post »

Leçon de musique

Samedi matin, j’ai mis mon bébé dans son “sac” et je suis allée faire un tour à Paris. En réalité, à la Fnac Saint-Lazare. Je me suis arrêtée au rayon livres, lisant un quatrième de couverture à droite, à gauche, mais sachant mon temps minuté, je n’ai pas fait de découverte. Il faut plus de temps pour cela. Je me suis donc rendu au rayon musique classique et j’ai vite trouvé ce que je cherchais : une leçon de musique par Jean-François Zygel en DVD.
J’ai découvert ces leçons de musique grâce à un article de Télérama. Il s’agit d’un pianiste et professeur qui a eu l’idée d’organiser des leçons de musique à la mairie du XXe arrondissement de Paris. Ces leçons ont rencontré un vif succès et ont été filmées.
Ce matin, tout le monde à la maison était tranquille (ma fille jouait au Lego et mon bébé gazouillait dans son transat), c’était l’occasion de glisser mon fameux DVD dans le lecteur, ma leçon de musique sur Claude Debussy.
Cela m’a tout de suite plu! La façon dont la leçon était filmée, dans un petit endroit avec un public calme. J’aurais aimé prendre des notes comme on le fait au lycée en cours de français. Oui, c’est cela, cela m’a rappelé un cours de français du lycée où avec un bon professeur on entre dans les coulisses d’une œuvre sans qu’elle perde de son charme.
Je n’ai pas pu regarder plus de 20 minutes de leçon, mais j’ai hâte de retourner en cours!
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-François_Zygel
http://www.telerama.fr/musique/24154-entretien_avec_jean_francois_zygel_qui_met_le_classique_la_portee_de_tous.php

Read Full Post »

Méthode ancestrale

Au début du mois de janvier, c’était l’anniversaire de mon amie Natasha. Comme c’était un anniversaire important (un chiffre rond), j’ai eu envie de lui faire un beau cadeau. Je trouvais que c’était important de lui offrir quelque chose qui lui fasse vraiment plaisir et je savais qu’elle avait un faible pour un vin que nous aimons toutes les deux beaucoup. J’ai décidé de lui en offrir une caisse. Elle l’a découvert par des amis et moi chez un ami caviste. Il s’agit d’un Cerdon, mais pas n’importe lequel, celui de Raphaël Bartucci qui élabore des vins naturels c’est-à-dire en biologie (ne confondez pas avec les vins doux naturels, c’est autre chose).
Le Cerdon est un vin rosé mousseux, délicatement fruité. Celui de Raphaël Bartucci est élaboré selon la méthode ancestrale que l’on appelle aussi méthode rurale. Voilà en quelques mots comment cela se passe. Le raisin est mis à fermenter en cuve (classiquement) et mis en bouteille avant que la fermentation ne se termine, c’est-à-dire avant que les levures n’aient terminé de transformer autant de sucre en alcool qu’elles le peuvent. La fermentation va se terminer en bouteille, pendant trois mois dans le cas de ce délicieux Cerdon, et va donner les bulles, c’est la “prise de mousse”. Ce n’est pas ainsi qu’est élaboré le Champagne. Je vous raconterai cela si vous êtes nombreux à me le demander (eh, oui, je me fais prier!)
Pour en revenir au Cerdon de Raphaël Bartucci, voici l’effet qu’il peut produire : mon beau-père adorait le Cerdon, puis il trouvait que les vins avaient changé de qualité et il a cessé d’en boire. Il y a quelques années, je lui ai offert une bouteille du Cerdon de Raphaël Bartucci. Il l’a bu et ses yeux se sont embués de larmes alors même que ses lèvres souriaient. C’était le goût de ses souvenirs.

Read Full Post »

Chez le libraire

Voilà, je crois que j’ai terminé ma période Comtesse de Ségur : après les malheurs de Sophie, Les petites filles modèles et Les vacances, j’ai eu envie de passer à autre chose. Je me suis acheté un roman policier italien écrit par Gianrico Carofiglio. C’est ma soeur qui m’a fait connaître cet auteur. Elle le lit en italien et a prêté les ouvrages en sa possession à mon mari qui lit aussi l’italien. Ces romans avaient vraiment l’air bien et drôles aussi alors j’ai cherché sur Internet et j’ai vu qu’il existait un titre traduit en français.
Ce livre m’a bien plu et m’a vraiment dépaysé. J’ai donc cherché à connaître d’autres auteurs italiens de romans policiers (Bien sûr,je suis déjà une fan de Andrea Camilleri). Sur un blog très bien écrit par un passionné de romans policiers, j’ai découvert d’autres auteurs susceptibles de me plaire. J’ai noté les références et je me suis rendue chez le libraire pour les commander. Je ne vais dans cette libraire que pour commander des ouvrages. Le monsieur est gentil et en plus il accepte Les chèques lire. Ce sont des chèques qui permettent d’acheter des livres et qui sont en partie payés par le comité d’entreprise de l’entreprise où travaille mon mari.
Vous trouvez que je m’embête à commander les livres à vingt minutes à pieds de chez moi, que je ferais mieux de commander sur Internet? Oui, peut-être, mais ça me fait plaisir d’aller dans cette librairie et de parler cinq minutes avec ce monsieur. L’autre jour, je lui avais commandé une BD dont j’avais entendu parlé sur France Culture. Nous avons réalisé lorsque j’ai passé ma commande que nous avions entendu la même émission.
http://actu-du-noir.over-blog.com

Read Full Post »

Soirée Bollywood

Hier soir, j’ai regardé le programme du cinéma à côté de chez moi et j’ai vu qu’une soirée Bollywood était prévue dans quelques jours. Mon coeur s’est mis à battre un peu plus vite. J’adore les films de Bollywood. J’en ai déjà regardé pendant presque toute une nuit il y a trois ans sur Arte. Je trouve les histoires de certains films très modernes et très bien racontées. Mais ce qui me plaît le plus ce sont bien sûr les parties chantées et dansées. En général, je danse devant la télé!
Ah, misère (comme on dit dans le sud), la soirée spéciale Bollywood commence à 19h30... je ne pourrais pas y aller, mon bébé ne dormira pas encore. Pour une fois, je crois que j’étais un peu triste de manquer cet événement.
Mais, j’ai vite oublié cela car mon bébé aujourd’hui n’a pas arrêté de me faire des sourires et cela efface tout le reste.
Cependant, ce matin, alors que je me rendais à pied chez le kiné pour ma fille à l’autre bout de la ville, j’ai aperçu de l’autre côté de la rue que j’empruntais alors, une affiche sur la vitrine d’une boutique de téléphone et de babioles. C’était vous savez ce charmant acteur indien qui chante et danse si bien dans les films de Bollywood. Dans son regard, j’ai lu quelque chose comme “il y aura d’autres soirées Bollywood Laetitia et je serais heureux de chanter pour toi!”. Wouah, ça fait un drôle d’effet!

Read Full Post »

La visite de la fanfare

Hier soir, je suis allée au cinéma avec mon amie Caroline voir “La visite de la fanfare”. Quoi, vous dîtes-vous, si vite après la naissance du bébé? Mais, oui, mes amis : j’ai un bébé réglé sur les horaires des séances de cinéma! Elle s’endort vers 19h30 et ne se réveille pour la tétée suivante qu’aux environs de deux heures du matin. Elle est ainsi réglée depuis près d’un mois maintenant. Les séances du cinéma près de chez moi étant à 20h45, j’ai donc pleinement le temps d’aller voir un film. Et en ce qui concerne ce film, je ne le regrette pas.
J’ai trouvé que c’était à la fois drôle, calme, simple, complexe, humain et dépaysant. Caroline et moi avons adoré.
Le trajet du retour jusqu’à la maison a été l’occasion de nous remémorer nos passages préférés du film. Bien sûr, nous sommes marquées à vie par l’image de la fanfare et des valises à roulettes. Nous ne verrons plus quelqu’un passer avec une valise à roulettes sans nous rappeler ce film. Et puis, il y a la façon particulière et touchante dont Toufik dit au revoir de sa main à Dina à la fin du film. C’est notre nouvelle façon de nous dire au revoir et une façon comique de nous replonger dans l’univers de ce film. J’espère que vous aurez l’occasion de le voir si vous ne l’avez pas déjà vu.
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=128097.html

Read Full Post »

Mardi Gras

Aujourd’hui, j’ai décidé de faire une entorse à mon régime crétois car c’est Mardi gras. Je devrais faire des bugnes, mais j’ai envie de crêpes et je n’en ai pas fait pour la Chandeleur, alors c’est parti pour des crêpes!
Et puis, ce sera l’occasion de faire des crêpes à ma petite fille de deux ans. Je crois que chaque famille a sa propre recette des crêpes. Les uns commencent par incorporer les œufs à la farine, les autres par le lait. Dans ma famille on réalise d’abord un mélange farine-lait (en creusant un puits) puis on ajoute les œufs et encore un peu de lait. Dans certaines recettes on ajoute du sucre, ou bien on remplace une partie du lait par de la bière (ma tante faisait cela, cela donne un goût différent et les crêpes sont très légères).
Ah, ah, mais moi j’ai amélioré la recette familiale depuis que j’ai raté mes crêpes au printemps dernier alors que je préparais une recette pour le concours organisé par Bergamote (la blogueuse des desserts). Après avoir fait reposer ma pâte, je la bats avec un fouet! Hum, mes crêpes sont alors délicieusement légères!
En 1990, j’ai eu l’occasion de me rendre en Hongrie, à Budapest, chez une correspondante qui m’a accueillie dans sa famille. Un jour, nous avons décidé de faire une excursion au lac Balaton. Une fois là-bas, j’ai été toute surprise de découvrir une baraque à crêpes! Mon amie m’ a expliqué qu’en Hongrie aussi on mange des crêpes! Bon, très bien, les crêpes ne sont pas que bretonnes. Elles étaient bonnes d’ailleurs ces crêpes hongroises.
Et vous, avez-vous votre recette de crêpes?

La recette de Hervé Bizeul :
http://closdesfees.com/blog2/index.php/post/2006/11/20/283-le-vin-lillumination-les-crepes
Mardi Gras :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mardi_Gras
Le blog de Bergamote
http://bergablogue.blogspot.com

Read Full Post »