Feed on
Posts

Archive for October 2007

Une journée à la maison

Ce matin, gros coup de flemme, je n’ai pas eu envie de sortir. J’ai fait du rangement parce que je ne sais pas rester inactive. Vers 11 heures ma petite fille a commencé à grogner.
- Tu as faim? Tu veux manger? lui ai-je demandé.
- Oui, m’a-t-elle répondu.

Avec le changement d’heure (nous sommes à l’heure d’hiver depuis dimanche), je ne me suis pas étonnée qu’elle ait faim de bonne heure. Nous avons donc déjeuné et je l’ai couchée pour la sieste comme tous les midis. Et c’est en la couchant que j’ai réalisé qu’il n’était pas onze heures et demi, mais dix heures et demi du matin! J’avais regardé un réveil qui n’était pas à la bonne heure avant le déjeuner.
Moi qui avais l’impression de m’être activée toute la matinée et il restait encore une heure et demi avant midi! Incroyable! Cela m’ a tellement secouée que je suis moi aussi allée faire la sieste. Quand je me suis réveillée il était 13h30, j’avais donc dormi trois heures et ma fille dormait toujours... bizarre.

Elle a fini par se réveiller, bougon, les yeux brillants et les joues toutes rouges. Hum, j’ai pris sa température : 39°3. Oh là là, vite du paracétamol! Je crois que se sont des dents qui poussent...

Nous ne sommes pas sorties. Mon père est venu nous rendre visite et la journée est passée.

Donc, aujourd’hui, je n’ai rien fait.

Read Full Post »

Heureux événement

Je crois qu’il est temps que je vous l’annonce : j’attends un heureux événement pour le mois de décembre! En d’autres termes, je suis enceinte. J’attendais d’être certaine que tout allait bien pour vous l’annoncer. La dernière échographie, celle des trente-deux semaines, a eu lieu la semaine dernière et tout va bien pour mon futur bébé.

Je suis suivie pour ma grossesse par un médecin ou une sage-femme de l’hôpital (en fonction des rendez-vous disponibles). J’ai choisi un hôpital public pour accoucher, le meilleur du département des Hauts-de-Seine selon les critiques des mamans. Et oui, je me suis servie d’Internet pour choisir ma maternité! En fait, c’est la même que celle pour mon premier accouchement.

C’est une maternité de niveau 1 c’est-à-dire une maternité pour les accouchements sans risques particuliers pour le bébé : je n’attends pas des jumeaux, je ne fais pas d’hypertension ou de diabète et mon bébé ne risque pas de naître prématurément.
C’est une maternité où l’accouchement est confié à la sage-femme. Le docteur n’intervient qu’en cas de nécessité.

A côté des visites mensuelles à l’hôpital, je suis une préparation à l’accouchement auprès d’une sage-femme libérale. Il s’agit de réunions thématiques et d’exercices de yoga en groupe. C’est très sympa d’échanger avec les autres mamans. J’y vais une fois par semaine.

Read Full Post »

Week-end à la campagne

Quelques petits messages :
d’abord pour vous remercier pour vos nombreux commentaires, en particulier Allan de Melbourne, plein de malice, qui me fait bien rire. Et aussi pour vous dire que le système des commentaires ne marche pas bien y compris sur mon propre ordinateur, je sais c’est un comble, et que je ne peux donc pas vous répondre. Je ne reçois plus non plus depuis quelques temps les adresses e-mails que vous laissez avec vos commentaires. Bref, je pense sérieusement à changer d’hébergeur!

Concernant la galère, l’expression est passée dans le langage courant grâce à Monsieur Molière. “Qu’allait-il donc faire dans cette galère?” est une réplique de la pièce “Les fourberies de Scapin”.

Week-end à la campagne

Le week-end dernier, mon mari, ma petite fille et moi avons passé un charmant week-end près de Reims chez la cousine de mon mari et son mari. Nous y sommes allés en train. Il y a une nouvelle ligne de TGV qui est en service depuis ce printemps vers l’Est de la France. Reims n’est plus qu’à quarante-cinq minutes de Paris. Strasbourg est seulement à deux heures et vingt minutes de Paris alors qu’il fallait auparavant au moins quatre heures (si mes souvenirs sont bons). Comme à chaque nouvelle ligne TGV, c’est une petite révolution.

Nous avons passé un week-end familial où nos filles respectives (deux et presque trois ans) ont fait connaissance et ont bien joué ensemble. Samedi après-midi, nous sommes allés nous promener en forêt. Samedi soir, nous avons regardé la finale de la coupe du monde de rugby. Dimanche matin, nous sommes allés “à la cueillette”. Il s’agit d’un potager géant où l’on cueille ses légumes et ses fruits. Nous nous sommes promenés au milieu des pommiers et avons cueilli de quoi nous préparer une belle tarte aux pommes.

Nous avons déjeuné puis nos filles sont allées faire la sieste pendant que la cousine de mon mari et moi-même avons préparé la tarte. Nos maris, eux, ont joué à la pétanque... sur ordinateur!

Le temps de goûter et il était déjà l’heure de repartir. Mais nous reviendrons.

http://perso.orange.fr/rene.ernst/Maitres_Valets/Moliere_Scapin_II_7.htm

Read Full Post »

Jour de grève

Aujourd’hui, c’est jour de grève dans les transports publics. Les syndicats ont appelé à la grève pour défendre les régimes de retraites spéciaux des agents des transports publics. Nicolas Sarkozy, notre nouveau président, souhaite que ces agents (qui cotisent 37,5 années avant de partir à la retraite) cotisent autant que les fonctionnaires soit 40 ans.

Alors, oui, la grève c’est embêtant parce que ce jour-là pour se rendre au travail, bonjour la galère! Comme aucun train n’était prévu à notre gare pour Saint-Lazare, mon mari, qui travaille dans le XVe arrondissement de Paris, est parti en voiture avec son chef. Son chef n’habite pas très loin de chez nous. Ils avaient rendez-vous à 7 h. Mon mari rentrera avec un collègue. J’espère que tout se sera bien passé.

Revenons à nos moutons, je vous disais que la grève c’est embêtant, mais d’un autre côté, ces personnes qui font aujourd’hui grève ont encore la possibilité de le faire ce qui n’est pas si courant que ça dans le secteur privé. Malheureusement, la grève est trop souvent le seul moyen pour se faire entendre. Combien de fois entend-on que les avancées sociales ont été faites grâce à la grève alors qu’il aurait été plus simple pour tout le monde de négocier avant d’en arriver là.

Vous l’aurez compris, je suis pour la grève même si elle m’embête parce qu’en réalité elle profite à tout le monde et que ce serait pire si on n’avait pas le droit de faire grève.

Allez, tous au piquet!

Read Full Post »

Rideaux sur mesure

Oh là là, je suis lessivée. Je rentre de Paris où je suis allée commander des rideaux dans un fameux magasin de tissus et de décoration Boulevard Haussmann. Vous voyez lequel? près des Galeries Lafayettes.

J’avais choisi mes tissus, il a fallu ensuite que j’attrape une vendeuse. En fait un vendeur! Il était sympathique. Avant que je ne lui montre les tissus, nous nous sommes assis à un petit bureau pour noter toutes les mesures de mes rideaux, le style de confection, etc. J’avais tout bien préparé. Le vendeur s’est alors lancé dans des calculs complexes pour connaître le métrage de tissu nécessaire. Ensuite, nous sommes allés voir les tissus.

Malheureusement, pour l’un des deux tissus (car j’avais besoin de deux paires de rideaux) il ne restait plus que 7,50 mètres alors qu’il en fallait 8,10.
- Je vais voir en réserve si nous en avons en stock, me dit alors le vendeur. Retournez vous asseoir au bureau! Il ne faudrait pas qu’on nous prenne notre place.

Résultat, le tissu n’était pas en réserve et impossible de le commander. Heureusement, j’ai pu rapidement faire un deuxième choix. Comble de malchance, il n’y en avait pas assez non plus et pas en réserve non plus. Mais, celui-là pouvait être commandé!

Pour la deuxième paire de rideaux, le tissu était disponible.

Nous sommes retournés au bureau pour remplir la paperasse. Vingt minutes pour remplir trois formulaires en quatre exemplaires! Deux formulaires de confection et un formulaire pour la commande du tissu. En plus, il faisait très chaud dans le magasin. Je commençais à vraiment en avoir assez. Le pauvre vendeur m’a dit “c’est compliqué chez nous!”.

Ensuite, je suis passée à la caisse, payer les tissus (la confection se paye à réception des rideaux). Bref, j’y ai passé une heure en tout! Quelle galère! Tiens, savez-vous d’où vient cette expression “quelle galère”?

Read Full Post »

Un petit mystère résolu

Dans mon escalier, au cinquième étage, vivent Madame L. et son mari. Madame L. est une femme d’une soixantaine d’années, toujours tirée à quatre épingles : coiffure parfaite, maquillage impeccable, tenue vestimentaire élégante. Madame L. est également très aimable et toujours souriante. Elle se renseigne toujours sur ma petite fille, ses progrès, si elle mange bien, si je fais bien attention à ne pas lui donner trop de sucreries, etc.

Rien de mystérieux jusque-là, me direz-vous. Mais, Madame L. est toujours en route pour la gare, un petit cartable noir à la main, lorsque je la croise. Je suis certaine qu’elle se rend à Paris.

Sans m’en rendre compte, j’ai commencé à me demander ce qu’elle pouvait bien faire à Paris et, aujourd’hui, j’ai su.

Nous nous sommes croisées à la cave, elle avait son petit cartable ouvert d’où sont tombés des papiers qu’elle a vite ramassés.
- Cela devait bien arrivé, puisque mon cartable est ouvert! C’est mon cartable d’école, a-t-elle ajouté fièrement.
- Vous allez à l’école? lui ai-je demandé.
- Oui, à la Sorbonne, j’y vais chaque semaine, c’est passionnant.
- Oh, je veux bien vous croire.
- Allez, je vous laisse!

Et voilà, un petit mystère résolu.

Read Full Post »

Un tour aux Quatre Temps

Cet après-midi, je suis allée faire un tour au centre commercial Les Quatre Temps de La Défense. C’est un grand centre commercial, c’était même le plus grand d’Europe à son ouverture dans les années quatre-vingt.

Pour m’y rendre, j’ai pris le train. La Défense n’est qu’à quatre minutes de ma gare.

En fait, j’y allais dans un but particulier : acheter quelques nouvelles affaires pour ma petite fille. J’ai parcouru plusieurs magasins, mais quelle déception! Je trouve la mode de cette année pour les petites filles vraiment déprimante. C’est la mode des petites blouses et des petit manteaux comme dans les années cinquante. Les couleurs sont tristes : violine, vieux rose, marron, gris. Ce sont des couleurs de mamies! Pas question que j’habille ma fille d’à peine deux ans comme si elle allait tourner dans une adaptation télévisée d’un épisode du commissaire Maigret!

Je suis donc rentrée à la maison les mains vides.

Cela faisait des mois que je n’étais pas allée aux Quatre Temps et une plongée de temps en temps dans l’univers de la consommation pure et dure ce n’est pas désagréable (à condition de ne pas en abuser, bien sûr).

Read Full Post »

Bon à tirer - BAT

Aujourd’hui, j’ai reçu le bon à tirer de mon livre. Le bon à tirer est l’épreuve qui est envoyée par l’imprimeur. On peut y faire les dernières corrections ou bien l’envoyer sans correction. Il faut signer le document pour approbation et le renvoyer à l’imprimeur qui peut alors lancer la fabrication du livre. Ce document lui servira de repère pour son travail.

En fait, j’ai un peu pesté contre mon imprimeur car le coursier qui est venu livrer le bon à tirer n’avait pas le code de la résidence pour accéder chez moi, alors que je l’avais bien indiqué à l’imprimeur.

Le coursier a téléphoné, mais je n’ai pas pu décrocher à ce moment-là : j’étais en train de changer ma fille!

Finalement, le coursier a laissé un message et je l’ai rappelé. Il va repasser en fin d’après-midi.

Mais dans l’histoire, j’ai tout de même perdu vingt-quatre heures car si je l’avais reçu le matin, j’aurais pu le renvoyer aujourd’hui. La levée de la poste ayant déjà eu lieu, je suis contrainte de ne l’envoyer que demain matin... Voilà comment perdre vingt-quatre heures!
Mais, je reste zen.

Read Full Post »

La maison du miel

Aujourd’hui, j’ai vu mon amie Natasha et devinez où nous nous sommes retrouvées? Oui, chez Ladurée, rue Royale. J’ai été incroyablement raisonnable et j’ai simplement bu une tisane. Donc, pas de photo de pâtisserie aujourd’hui.

En rentrant vers Saint-Lazare, au lieu de prendre la rue Tronchet qui part de la place de la Madeleine et croise le boulevard Haussmann, nous avons emprunté la rue Vignon qui lui est presque parallèle en partant du boulevard de la Madeleine. C’est une petite rue bien sympathique avec de nombreuses boutiques... pour porte-monnaies bien remplis!

Mais, il y a une boutique que j’étais très contente de faire découvrir à mon amie : la maison du miel. C’est une très ancienne boutique qui date de 1905. Bien sûr, le magasin a été rénové depuis et il est même très agréable. On peut y déguster une quantité incroyable de miels différents et acheter des confiseries variées, du pain d’épices et autres gâteaux.

J’ai acheté du miel d’oranger pour ma petite fille car elle raffole du miel au petit-déjeuner et des bonbons au miel et à la réglisse pour moi. En fait, j’aime bien le miel, mais comme ça en dégustation à petites doses ou bien pour parfumer un gâteau. Je ne suis pas une véritable amatrice.

Par contre, mon amie Natasha adore le miel et elle a craqué pour un pot de miel de châtaignier et un pot de miel de caféier.

http://www.maisondumiel.com/page1.html

Read Full Post »

Des impondérables

Vous souvenez-vous qu’au mois d’août j’avais envoyé un mailing à mes clients pour leur annoncer la parution de mon prochain ouvrage? J’avais annoncé la parution pour la fin septembre, en prenant soin de tenir compte d’une certaine marge. Il y a toujours des impondérables.

Oui, il y a toujours des impondérables! Je l’ai à nouveau vérifié. Cette fois le dieu des impondérables n’y est pas allé de main morte, il a carrément flingué l’ordinateur de mon père. Et c’est mon père qui réalisait la maquette du livre. Heureusement, mon père est prudent et il avait sauvegardé au fur et à mesure son travail sur une clé USB. Pas si grave donc, me direz-vous? Oui, mais comment fait-on pour terminer un livre sans ordinateur et quand on n’a pas prévu de s’en acheter un neuf?

Mon père est rentré à Paris et nous avons dû prendre une décision. L’autre problème qui était posé par l’achat d’un ordinateur neuf était que celui-ci ne nous aurait pas davantage permis de finir le livre. En effet, mon père travaille sur Mac OS9 qui n’est pas le système d’exploitation en cours sur les Mac.

Finalement, notre fournisseur, Jean-Marc, a proposé une solution à mon père : un ordinateur d’occasion, puissant et rapide, capable de fonctionner en système 9 et en système X. Exactement comme le mien.

Bref, tout s’est arrangé et ce matin, après quelques jours de travail avec mon père, j’ai pu faire partir le livre chez l’imprimeur. Je suis toute excitée et j’attends avec impatience de le recevoir. Surtout que mes clients commencent à s’impatienter.

Read Full Post »