Feed on
Posts

Archive for December 2006

Guichet automatique

Ce matin, je suis passée au guichet automatique de ma banque pour y retirer de l’argent et consulter le solde de mon compte.
Il y a quelques années, j’ai oublié de retirer ma carte du distributeur. La personne qui était passée après moi l’avait récupérée et l’avait remise à la banque. Mais comme entre temps, j’avais fait opposition, j’ai dû changer de carte et de code secret. Et bien, je ne me suis jamais habituée à ce nouveau code secret. Au moment de le saisir, j’ai toujours un doute. J’ai un moyen mnémotechnique pour m’en souvenir, mais cela n’empêche pas le doute. Pourtant, jusqu’à présent, je ne me suis jamais trompée.
En France, on utilise aussi le code au moment de payer un achat avec sa carte. On ne signe pas, on tape son code sur une petite machine. Je suis toujours prise d’une petite angoisse entre le moment où j’ai saisi mon code et celui où la machine affiche “code bon”.
Concernant, mon solde bancaire, c’est bien ce que je craignais. Avec les fêtes et les dépenses qui vont avec... je suis un peu à découvert.

Read Full Post »

Jour de parution

Aujourd’hui, nous sommes mercredi et comme tous les mercredis, je suis passée chez Pascal, le marchand de journaux. J’achète deux magazines qui paraissent ce jour-là : le programme télé, Télérama, et Pariscope qui présente toutes les activités culturelles sur Paris et sa région. J’achète ce dernier surtout pour les programmes de cinéma. Tous les films et les horaires y sont présentés pour une semaine. Le mercredi est également le jour de sortie en salle des films.
Il y a un autre journal du même format que Pariscope qui propose les même informations. Il s’agit de L’Officiel des spectacles mais nous disons “L’Officiel”.
Et bien, les lecteurs qui aiment l’un, souvent détestent l’autre. Quand on découvre qu’un de ses amis achète “l’autre”, c’est comme si on découvrait une face cachée de sa personnalité. La conversation prend alors souvent le tour suivant :
- Ah, tu achètes L’officiel?
- Oui, pourquoi, tu achètes Pariscope?
A ce moment-là, on se regarde avec incompréhension.
- Oui, je trouve que la présentation est beaucoup plus claire.
Et là, on se regarde avec encore plus d’incompréhension car le sujet qui fâche c’est surtout la présentation, mais on ne dit rien. Après tout, le plus important c’est de s’entendre sur l’horaire de la séance!

Read Full Post »

Poularde de Noel

Ce midi, au déjeuner, je me suis régalée! Il restait de la poularde de Noël. Car cette année, la volaille que nous mangeons traditionnellement le 25 décembre, lejour de Noël, était une poularde farcie. La poularde est une jeune poule de cinq mois environ qui est spécialement engraissée pour être mangée à cet âge. Pour cuire la nôtre, nous avons suivi les conseils du boucher. Nous l’avons disposée dans un plat avec un peu d’eau au fond et nous l’avons enfournée à four froid. Elle a cuit pendant deux heures et demi à 160°c. Les deux premiers tiers du temps à l’envers pour que la graisse fonde et se répartisse bien sur la “bête?. Puis, nous l’avons retournée pour la fin de la cuisson. Je n’avais pas l’intention d’acheter une poularde farcie, mais mon boucher a été tellement convainquant que je n’ai pas pu résister.?Ma farce est une merveille! Il m’a fallu plusieurs années pour trouver la bonne répartition des ingrédients. Je vais vous dire ce qu’il y a dedans : du porc, du boudin blanc, du foie gras, des herbes, etc, etc, et du Calvados?. Qui aurait pu résister? Je crois que c’était une poularde digne de Françoise la cuisinière d’A la recherche du temps perdu, la fameuse œuvre de Marcel Proust. Et que vient faire Marcel Proust ici? Et bien, je vous en parle car j’ai reçu pour Noël le quatrième tome de son adaptation en bande dessinée. ça aussi, c’est une merveille!

Read Full Post »

Galettes

Parfois, je m’achète des galettes, vous savez les “crêpes salées” comme on dit dans les crêperies.
Mon fromager en vend de délicieuses par 6. Elles sont faites à la main et sont présentées à plat dans un emballage plastique. Il existe plusieurs recettes de galettes : certaines pâtes ne contiennent que de la farine de blé noir, du sel et de l’eau, d’autres ont de l’œuf ou bien un peu de farine de froment.
Comment est-ce que j’ai mangé ma galette aujourd’hui? J’en ai déposé une dans une poêle beurrée que j’ai fait chauffer à feu doux. J’y ai mis des tomates fraîches, un peu de jambon, un œuf miroir (c’est-à-dire que je ne l’avais pas battu) et du fromage râpé. C’était super bon et le temps de quelques bouchées je suis me suis retrouvée en Bretagne. C’est peut-être pour cela que les crêpes ont autant de succès, parce qu’elles ont le pouvoir de faire remonter des souvenirs agréables.
A propos des galettes, on m’a expliqué une fois en Bretagne (précisément à Saint-Brieuc) que les galettes étaient mangées le vendredi pour “faire maigre”.

Read Full Post »

Metro-boulot-dodo

Aujourd’hui, j’ai reçu un appel d’une amie qui était avec moi au lycée. Elle m’appelait pour me donner de ses nouvelles. Cette amie a quitté la région parisienne il y a un peu plus de deux ans pour aller vivre en Bretagne.
Il est de plus en plus fréquent que des gens quittent la région parisienne pour aller vivre en province. La vie parisienne est souvent vécue comme une obligation liée au travail. Les gens se retrouvent souvent à devoir vivre en banlieue où sont les loyers sont plus abordables qu’à Paris et ils ont de longs temps de transport pour se rendre à leur travail. Ils rêvent alors d’une vie meilleure en Province, sans les rames de métro bondées, sans les bousculades dans les couloirs de correspondance, sans les personnes de mauvaise humeur, sans pollution, sans le rythme infernal du “métro-boulot-dodo”.
Les gens rêvent de verdure, du ciel, d’avoir de la place, du calme, de promenades en forêt, de voir leurs enfants jouer dans leur grand jardin.
Au fait, ça me rappelle une chanson que j’adore d’Alain Souchon : Foule sentimentale. Vous connaissez?

Read Full Post »

Language levels colours

Language levels colours
courant : everyday language
soutenu : formal language
familier : casual language
très familier : very casual language

Read Full Post »

Les dents du bonheur

Aujourd’hui, je suis allée acheter des fruits.
Je vais toujours au même endroit, “Chez Eric”. Le magasin ne s’appelle pas comme ça, mais comme c’est Eric le patron, on dit “chez Eric”.
Eric travaille avec sa mère, une femme charmante que je n’avais pas vue depuis longtemps.
Elle était très heureuse de nous voir, moi et mon bébé. “Mais c’est qu’on a grandi! Oh, quel joli sourire! Mais, on a les dents du bonheur!.”
Utiliser “on” quand nous parlons à un bébé est très courant, surtout chez les personnes un peu plus âgées que moi!. Une femme de mon âge aurait plutôt tendance à tutoyer directement le bébé.
Mais que sont les dents du bonheur? Et bien simplement les dents de devant qui sont écartées. Je connais l’expression car ma mère a les dents du bonheur, mais je n’en connaissais pas l’origine.
D’après un site Internet, l’expression “les dents du bonheur” viendrait du fait que les bébés écartent leurs dents de devant en suçant leur pouce et cette disposition dentaires s’appellerait ainsi parce que sucer son pouce est un vrai bonheur pour les bébés.

Read Full Post »